Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 756

Date d'inscription : 25/09/2013

Double compte : Lancelot M. Zellige

Célébrité : Lucy Hale

Crédit : Mini BN

Prénom : Blue-Ivy

Age : 20 ans

Métier : Monitrice

Voir le profil de l'utilisateur

it's your life can't live it twice
[GIULIETTA] Soins

Message par Blue-Ivy Dell'Espedito le Ven 16 Mai - 19:47


Nous sommes capables de faire ce qu'il nous est incapable d'imaginer



Matériel utilisé :
- Licol en Cuir (5pts bonus confiance, 2pts moral)
- Répulsif (2pts moral jours chauds)

Total Points Bonus
5pts confiance, 4pts moral


L'écurie était sensiblement vide, et plus encore les allées des boxes. Étonnée de ne voir personne à l'horizon, j'entrais en poussant la porte qui me parut faire un bruit monstre dans le silence quasi-religieux de l'allée. C'était l'heure du repas, et tout le monde pourra sans doute s'imaginer que le seul bruit audible était celui des mastiquements plus ou moins silencieux des équidés.

Mes baskets confortables crissant sur le sol reluisant, je m'approchais du fond, où m'attendaient mes chevaux. Me gardant bien de m'approcher d'un Virgule qui, pour une fois, mangeait goulûment son repas, je m'accoudais patiemment à la porte du box de ma Giulietta. Elle releva immédiatement la tête de sa mangeoire, mais je m'empêchais de la caresser, voulant la laisser terminer son repas.
Ma petite taille me permettant aisément de poser ma tête sur mes bras, je la regardais avec un sourire racler les recoins de la mangeoire, faisant gémir le fer sous la pression de sa tête. Elle finit par comprendre que le grain ne réapparaîtrait pas comme par magie, et elle se décida à venir me saluer.

Venant chercher ses éternelles caresses, je la papouillais pendant de longues minutes, repoussant parfois sa tête trop forte pour moi d'un brève pression. Elle oubliait souvent que j'étais toute petite face à elle, et que d'un seul coup d'épaule elle aurait pu m'envoyer visiter l'autre bout de l'écurie. Voire peut-être elle ne l'avait jamais su, vu les mauvaises habitudes que je lui avais laissées quand elle était encore pouliche. Elle ne pouvait plus s'amuser à me pousser par-derrière ni allonger sa tête sur mes jambes.

- "Bonjour Giu' ! Aujourd'hui, ça te dit une petite sortie ?"
Sur ce charmant programme j'ouvrais la porte, détachant le licol de l'anneau cloué sur la porte. Elle vint sagement à ma rencontre, et je vis avec plaisir qu'elle ne levais pas la tête comme lorsque j'avais du la sortir du van la dernière fois. Toujours aussi calme, elle me laissa la guider hors de l'écurie et attendit patiemment, immobile alors que je l'avais lâchée, que je referme la lourde porte derrière nous. L'appelant à me suivre d'un claquement de langue, je la surveillais du coin de l’œil en l'entraînant vers la barre d'attache au milieu.

Ayant -pour une fois- tout prévu, ma boite de pansage gisait au pied de la barrière. Faisant attention aux gros sabots maladroits de ma jument, je posais la longe sur la barrière, lui faisant simplement faire un tour autour du bois. Elle détestait tout simplement être entravée ou attachée, aussi je n'interférais pas avec la force de ma grande baie. Si elle voulait tirer, elle se libérerait en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, je lui laissais le choix.

Ma demoiselle visiblement propre, je passais simplement un coup rapide de bouchon, qui eut pour seul effet de soulever des nuages de poussière. Poussant un soupir, je revins finalement à l'étrille, provoquant une tempête de sable autour de nous deux. Une fois plutôt propre, je finis à la brosse douce, me promettant de la doucher dans les jours prochains pour éviter un nouveau bain de poussière.

Je continuais en démêlant sa courte crinière et en enlevant les quelques brins de paille de sa queue, puis je lui demandais un sabot. Je dus m'y reprendre à deux fois avant qu'elle ne daigne me le donner, et je les curais soigneusement en songeant qu'une visite chez le maréchal s'imposait. Elle avait d'excellents pieds et je ne l'avais pas encore faite ferrer, mais je devais au moins la faire parer. Et voir si elle pouvait rester pieds nus.

Ayant fini de faire briller ma jument, je l'aspergeais de répulsif, là où je trouvais que les mouches se faisaient trop sûres d'elles. Rajoutant un tour de barrière au nœud particulièrement élaboré, je la quittais pour aller poser ma boite et chercher les quelques affaires dont j'avais besoin pour le cour avec Dean.
Je revins, trouvant une jument volage qui ne s'était pas faite prier pour se "détacher" et partir brouter aux alentours du rond de longe. L'appelant d'une voix plus riante que ferme, elle me regarda et continua sa collation, visiblement nullement concernée par la situation.

- "Giulietta ! Tu sais que tu n'as pas le droit de t'enfuir ! Si tu continues, je devrais t'attacher.
Je la ramenais avec un petit soupir, attachant effectivement la longe pour marquer le coup. Elle tira pour se rebeller, mais je la couvais d'un regard dur et la dissuadais de continuer à bouger une oreille d'un "Non" ferme. Elle se tint à carreaux, restant immobile tandis que j'enroulais des bandes de polo sur ses pattes. Je dus m'y reprendre à plusieurs fois pour la première, n'étant jamais satisfaite des plis que je devinais sous l'épaisseur du tissu. Je finis cependant par parvenir à un résultat probant, et j'enfilais rapidement les cloches sur ses antérieurs.

Ayant récupéré une longe, je remplaçais son licol par son bridon sans mors, détachant les rênes et les laissant en pâture sur la barre d'attache. J'attachais le mousqueton sur un côté de son bridon, et j'enroulais patiemment la longueur de longe autour de sa sous-gorge, que je rallongeais par la même occasion. Ma jument parée, je quittais le centre des écuries pour partir d'un bon pas vers les terrains de cross, ma demoiselle me suivant à la trace.
Cours de Cross


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 715

Date d'inscription : 02/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [GIULIETTA] Soins

Message par Le cheval le Lun 19 Mai - 11:25



Et voilà Giulietta ! Alors, un bon résumé, qui montre une fois de plus comment Giu' et Avril sont vraiment proches. D'ailleurs j'ai beaucoup aimé la façon dont la jument se moque un peu d'Avril et s'en va brouter. Il ne faut pas oublier qu'elle n'a que 3 ans, c'est un encore un petit bébé qui doit faire plein de bêtises ;)

Je t'accorde donc 3 pts de complicité avec Giulietta, plus les 5 pts apportés par ton matériel, ce qui fait donc 8 pts de complicité. Pour le moral, ton cheval est déjà à 100%, pas de pts supplémentaires pour lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 756

Date d'inscription : 25/09/2013

Double compte : Lancelot M. Zellige

Célébrité : Lucy Hale

Crédit : Mini BN

Prénom : Blue-Ivy

Age : 20 ans

Métier : Monitrice

Voir le profil de l'utilisateur

it's your life can't live it twice

Vivez les rêves que la vie vous défie de rêver



Matériel utilisé :
- Licol en Cuir (5pts bonus confiance, 2pts moral)
- Répulsif (2pts moral jours chauds)
- Ail

Total Points Bonus
5pts confiance, 4pts moral


Je voyais depuis l'entrée de l'écurie la tête de ma chère jument dépasser. Après avoir rappelé Imagination à l'ordre en la voyant s'élancer telle une furie dans l'allée des boxes, j'avais vu avec un grand sourire ma grande baie reconnaître le son de ma voix et sortir me saluer. Je m'approchais d'elle, repoussai doucement ses dents un peu trop près de mes poches et débarrassai son toupet des brins de paille qui s'y étaient échoués. Jetant un œil sur le sol, je reconnus bien là l'aspect de paille fraîche qui expliquait ses crins plein de paille. Elle avait toujours adoré se rouler dans sa litière juste refaite.

J'ouvris la porte du box en grand, la laissant sortir tout en invitant ma chienne à rentrer dedans avec moi. Je montrais à une damoiselle assoiffée d'avoir trop chassé les papillons le fonctionnement de l'abreuvoir automatique. Juchée sur ses grandes pattes, elle comprit vite le principe et je pus reporter mon attention sur ma jument en liberté dans l'allée. Virgule et Kiara, ses deux voisins, l'ayant royalement ignorée, elle semblait décidée à dire bonjour à tous les chevaux de l'allée.

J'attrapai le licol, trottinai jusqu'à elle pour le lui passer et laissai la longe sur son dos. Je partis ouvrir la porte et elle resta interdite, me regardant comme si elle ne comprenait pas ce qu'elle devait faire.
- "Andiamo, Giu' !"
Elle me rejoignit en ronflant, montrant au monde entier qu'elle était une jument fatiguée par l'attitude de sa maîtresse indigne. Me poussant doucement dans le dos, je l'emmenais jusqu'à la barre d'attache, me retournant pour déposer un bisou entre ses deux naseaux. Je récupérais ma longe et l'attachais sommairement à un anneau. Je vis les oreilles de ma baie se coucher, et je les redressais de ma main en la réprimandant doucement.
- "Ttttt. Pas de ça, tu le sais."

Si elle l'avait pu, elle aurait froncé les sourcils. En plus, visiblement, elle me boudait, puisqu'elle ne réagit pas à mes caresses. Haussant les épaules en la regardant, je la laissais à la garde d'une Imagination visiblement agacée de courir après des papillons sans succès. Je partis chercher ma mallette dans la sellerie, et revint avec.
Je la posais loin des gros sabots maladroits de ma demoiselle et, appréciant la saleté de sa robe, j'en conclus qu'un coup de bouchon suffirait à faire disparaître la maigre poussière qui restait. La douche de la veille lui avait fait du bien et avait nettement arrangé son état. Cette fois-ci, je ne me retrouvais pas prise dans une tempête de sable en la nettoyant, et je finis par nettoyer sa tête avec la brosse douce.

Voyant les mouches s'intéresser grandement à ses yeux, je partis mouiller une éponge pour nettoyer autour et ainsi dissuader mesdames les mouches d'importuner davantage ma jument. Je curais rapidement ses sabots, avant de finir par démêler queue et crinière, en ayant auparavant éliminé les fameux brins de paille. Je pris un mouchoir dans ma mallette pour l'asperger de répulsif. Je le tamponnais précautionneusement sur le chanfrein de ma demoiselle et juste en-dessous de l'attache des oreilles, avant de l'asperger sur le ventre et la croupe pour la protéger.
Ma jument étant propre, je lui laissais un bonbon à la menthe pour me faire pardonner et repartit vers la sellerie. J'y choisis mes derniers achats, à savoir une selle sans arçon et le tapis adapté. En la soulevant, je fus étonnée -et surtout heureuse- de voir que je ne m'écroulais pas sous son poids.

Je pus même attraper le bridon de ma jument et revenir dans la cour. Ayant posé le tapis, je soulevais la selle sans l'écraser sur le dos de ma grande jument, pour une fois. Je sanglais à fond, grognant contre Giulietta qui prenait un malin plaisir à gonfler son ventre.
Je la laissais s'épuiser à rien faire et je décrochai son licol pour le remplacer par son bridon. Je me baissais pour lui mettre des bandes de polo -mieux mises et plus rapidement que la dernière fois- et laissais les cloches de côté. Après réflexion, elles risquaient juste de l'embêter dans la forêt.

Je repartis à l'assaut de sa sangle, réussissant cette fois-ci à serre suffisamment pour m'éviter de tomber dès que j'effectuais une pression sur les étriers. Je réglais ces derniers à ma hauteur, laissai cloches et licol dans un coin, avant de monter sur le bas de la barre d'attache pour me hisser sur le dos de ma demoiselle.

Lien à venir

Je rentrais à l'écurie à pieds, ma jument me suivant à la trace. Elle avait retrouvé son souffle, et elle et Imagination semblaient se soutenir mutuellement. Tout en pensant très très fort que j'étais un monstre horrible arrivé sur terre pour les faire courir.
Elle s'approcha sans rien faire d'autre de la barre, posant son museau dessus. Je lui retirais rapidement selle et bridon, avant de lui offrir deux friandises. Cela sembla la requinquer un peu, et elle redressa la tête lorsque je revins de la sellerie. J'avais juste attrapé un cure-pieds et un bouchon dans ma mallette, et je m'attelais à retirer soigneusement tous les petits cailloux et les graviers bloqués sous ses sabots. Je passais le bouchon sur ses pattes, partant ensuite en direction de la grange pour aller chercher deux poignées de paille fraîche.
L'empêchant de manger ma brosser improvisée, je frottais vigoureusement sur son encolure et son dos rendus transpirants par son effort précédent. Je laissais ses poils en bordel, afin qu'ils puissent sécher plus rapidement.

Je l'appelais finalement pour la rentrer, mais j'eus une autre idée entre-temps. Vu qu'elle me suivait toujours, je bifurquais vers les prés. Je ne comptais pas la lâcher, juste lui permettre de brouter l'herbe qui était à l'abri des chevaux gloutons de l'autre côté des clôtures. Elle comprit vite et se jeta littéralement sur le tapis qui s'étendait sous ses pieds. Avec un sourire, je l'encourageais.
- "T'as bien travaillé ma belle. Profites un peu."

Je m'assis dans l'herbe, voyant avec joie que ma chienne épuisée venait se coucher à côté de moi. Je la caressais rêveusement, gardant un œil sur ma jument gloutonne. Elle appela un instant ses copains au pré, avant de replonger. Je l'entendais mastiquer, et je profitais de cette petite pause pour appeler mon père et lui donner de mes nouvelles.
Je restais 10, peut-être même 15 minutes au téléphone, et lorsque je raccrochais Giulietta s'était à peine éloignée d'une dizaine de mètres. Je la rappelais, mais elle était visiblement bien trop passionnée par son herbe pour m'entendre. Ne lui ayant pas remis le licol, je dus aller chercher la longe.

Je la lui passais autour du cou, m'attirant un fouaillement de queue visiblement destiné à me faire partir.
- "Giu', je ne suis pas une mouche ! Allez, viens, on rentre."
Elle finit par se laisser faire et je l'emmenais jusqu'à son box. Fermant la porte derrière elle, j'allais vérifier rapidement l'abreuvoir avant de me diriger vers le fond de l'allée pour aller lui chercher son grain.
Je revins avec une main portant le seau, et l'autre une gousse d'ail issue de ma réserve personnelle. Je retirais la peau avant de laisser deux quartiers tomber dans le seau. Avec un peu de chance, la légende était vraie, et elle serait moins embêtée par les mouches en en mangeant.

Je versais le contenu du seau dans la mangeoire, la surveillant deux minutes avant de lui offrir une dernière caresse et d'aller ranger toutes mes petites affaires.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 715

Date d'inscription : 02/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [GIULIETTA] Soins

Message par Le cheval le Ven 23 Mai - 11:31

J'imaginais personnellement une Giulietta beaucoup moins câline se lassant rapidement de la présence d'humains. Et j'imaginais pas du tout la jument se balader en liberté xD

Tu gagnes 5 points de confiance et pas de moral tu as déjà tout ^^
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Re: [GIULIETTA] Soins

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo
» [PV] Divers Soins.
» salle de soins des femmes n°1
» Soins quotidiens et infection




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: