Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité
"Five hundred twenty-five thousand moments so dear"

Message par Invité le Dim 20 Oct - 16:53

Five hundred twenty-five thousand moments so dear


Je venais tout juste d'arriver dans cette école. J'étais tiraillé entre l'espoir que je puisse enfin revoir mon cheval combattant et heureux de vivre et le dégoût de cette endroit. J'allais devoir partager ma chambre ! Jamais je n'avait du partager ma chambre avec d'autre personne, même pas en colonie de vacances !

J'entrai doucement dans la suite que l'on m'avait attribué,mes deux grosses valises me suivant de très près. Oui deux valises, des énormes valises, voici mon coté féminin qui se manifeste : une valise pour les fringues et une autre pour les chaussures et affaires de beauté. On peut pas en douté, je suis bisexuelle.Je soupirai en regardant le spectacle devant moi. Je devais avouer que ce l’était pas aussi horrible que je m'y attendais.

Je ne savais pas trop où se trouver ma chambre alors je laissais mes valises en pleins milieu du chemin, tant pis pour les autres ils allaient devoir s'habituer à moi. Je fis vite le tour du petit très petit salon puis m'assis sur un des canapés. Tout en continuant l'observation de la pièce, je me mis à imaginer ce que ma vie aller devenir ici. Es'ce que mes colocs allaient être sympas, mieux gay ou bi et dans ces deux deniers cas j'allais sûrement m'éclater. Puis Tango allait il s'habituer à un nouveau environnement mon beau gris nouveau près , nouveau copain. Enfaite nous étions dans la même situation avec . Et j'avais peur pour lui, pour notre belle amitié mise en péril par un fichu accident.

Pris dans un élan, j'attrapai ma valise et l'ouvrit.J'étais plus que décider à aller voir mon chou, voir comment s'était passer son voyage à lui. Je choppai mon pantalon d'équitation parmi le tas de fringues. Je défis mon jean's et le baissai me retrouvant en caleçon pensant que personne ne se trouvai dans la pièce. Malheureusement, je fis un faux mouvement, réveillant mon atroce mal de dos, séquelle de mon accident.

-Put**

Je m'écroulai sur le canapé en me tenant le bas du dos. C'est à ce moment là que j'entendis du bruit, des pas. Super, me voilà en caleçon devant un de mes colocataires et en plus je ne peux pas bouger.Après je ne vais pas dire que ce n'est pas une chance de me voir ainsi à moitie à poil.
Je lève les yeux vers l'inconnu et me trouve devant un mec pas mal du tout. Un mec chatain tout mignon et je pense en faire mon quatre heure.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
If this love only exist in my dreams... never weak me up
Romeo dormait. C'était un joli rêve dans lequel il était avec Avril sur un cheval et ils galopaient sur une colline rouge. Rouge parce que les feuilles de l'automne s'étaient doucement déposées. Ils riaient et loin était sa seconde personnalité. Comme s'ils la fuyaient. Oui ils fuyaient le mal sur le dos de Sunfly. Et Sunfly allait toujours de plus en plus vite. Loin. Loin de tout ce qui est difficile. Loin de tout. Fuir.

Un bruit réveilla le jeune homme. Quelqu'un venait d'entrer dans l'appartement. C'était sûrement Luka. Romeo grogna un peu dans son oreiller. Jamais il n'aurait aimé sortir de ce rêve. Il aurait aimé ne jamais se réveiller. Il jeta la tête dans son oreiller et mit ses écouteurs sur les oreilles. Il savait très bien qu'il pouvait rester ainsi car jamais Luka n'oserait le déranger désormais. Et en fait... Ca lui plaisait pas mal cette situation. D'accord il détestait comme les choses s'étaient déroulées mais il aimait sa tranquillité. Après tout s'était comme s'il était tout seul car il fuyait Luka.

Un cri le sortit tout de même de sa musique. Quelqu'un venait de se blesser. Enfin la personne qui était entrée dans la chambre venait de se blesser. Romeo coupa son ipod et tendit l'oreille guettant le moindre bruit. Seuls des grognements de douleur lui répondirent. Il soupira et se leva. Sur le coup il ne fit pas attention au fait qu'il était en caleçon. Mais il y ferait attention après.

Timidement il poussa la porte de sa chambre et arriva dans le salon. Il jeta un coup d'oeil mais il ne vit personne à part deux nouvelles valises jamais vues auparavant. Il s'arrêta sur le seuil de sa porte. Luka avait il invité quelqu'un sans le prévenir ? Il questionna doucement.

    "Lu... Luka ?"

Il s'avança vers le canapé pour voir un jeune homme en sous vêtements comme lui. C'est d'ailleurs à ce moment précit que Romeo réalisa qu'il était en boxer. Le jeune homme allongé sur le canapé était brun et... Mon dieu ce qu'il était bien foutu ! Le caleçon le mettait tellement en valeur. Romeo rougit. Certes il n'était pas foutu comme cela mais pour une fois ce ne fut pas pour ça que le jeune homme rougit, cette fois c'était pour ces pensées. Bien sûr il avait trouvé Luka mignon et il s'était senti complexé mais là ce n'était pas les mêmes sentiments et il devait se contrôler pour ne pas baisser le regard. Jamais il n'avait maté personne et c'était si nouveau pour la pureté du petit esprit de Romeo que le jeune homme ne savait plus quoi, plus quoi faire et restait ainsi stoïque devant le nouvel arrivant sans ajouter quoi que ce soit.  
© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Five hundred twenty-five thousand moments so dear
J'avais vraiment mal au dos. Je fermai fortement les yeux sous la douleur. Je relevai les yeux vers le beau gosse devant moi. Tout comme moi, il était vêtus de son caleçon. Je me mis à reluquer ouvertement ses jambes. Je souris franchement , mon regard remonta vers son torse, que je caractérisée de assez musclé. Bien bien. Inconsciemment je me lechai les lèvres.Le pauvre je crois que je lui est fais peur. Enfin ça se comprend, je rentre chez lui comme cela et il me vois entrain d'agoniser sur son canapé.


« Non je suis pas luka, mais tu peux m’appeler comme tu veux bébé .. »
Je lui fis un petit clin d’œil séducteur, mon petit manège aurait bien continuai mais la douleur se fis encore plus vive.Il avait l'air perdu devant lui, tout gêné. Espérons qu'il ne soit pas trop coincé..

« Mec, bien que la vue soit agréable pour mes yeux, pourrais-tu prendre dans mon sac à dos bleu, les pilules dans la poche avant, s'il te plait ? »
J’insistais bien sur le s'il te plait avec ma voix la plus séductrice.

Attendant qu'il aille me chercher mes anti-douleurs, je me redressai tant bien que mal sur le canapé. Parfois je me demande pourquoi cet accident est tomber sur moi. J'adorai ma vie,maintenant je me sens comme un petit vieux qui peux plus bouger. Doucement je reportais mon attention sur mon beau colocataire. Soyons poli je vous pris :
« Excuse moi, je me suis pas présenter, je suis Zaccharia, ton nouveau coloc ! Et toi tu es ? »
Je lui fis un petit sourire made in Zaccharia. Tout le monde craque, même mes papas et ma maman qui on plus que l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
If this love only exist in my dreams... never weak me up
Romeo sentit le regard intrusif du jeune homme présent devant lui et il rougit encore plus. Son petit corps était tout prêt à s'enfuir en courant et il priait que Luka vienne briser la confusion et le malaise qui régnait dans la salle. Comme à son habitude, Romeo ne regardait pas la personne autour de lui et il jetait des coups d’œils aux alentours pour voir où il pourrait se cacher. Malheureusement il savait très bien que c'était impoli de laisser une personne comme ça. Surtout de partir en courant devant cette même personne. Il regarda son interlocuteur quand il lui parla. Ce dernier expliqua qu'il n'était pas Luka. Non sans blague. Le cerveau de Romeo était en tel état de stress qu'il commençait à devenir désagréable. Heureusement rien ne sortit et il garda tout pour lui. L'avait-il réellement appelé bébé ?! Se pourrait il que ce type soit gay ? Se pourrait il que le garçon en face de lui soit intéressé par lui, Romeo ?

A y réfléchir l'idée n'était pas si mauvaise que ça mais le jeune homme essayait de ne pas y penser. Il était tellement perturbé par ses pensées et par la réaction du jeune homme qu'il ouvrit la bouche en O de stupeur et resta là. Il était incapable de penser raisonnablement, incapable de regarder le brun. Et surtout incapable de comprendre qu'il était en train de donner à l'inconnu exactement ce qu'il cherchait. Alors que le blessé fit un clin d’œil, Romeo réagit enfin, sortant de son état de figé. Il ferma la bouche et regarda le sol.

L'argentin commençait à reprendre ses esprits et à faire de l'ordre lorsque l'inconnu rajouta une nouvelle couche. Putain c'est qu'il était en train de le draguer bien là. Et Romeo pouvait tellement profiter de la faiblesse de l'autre à cet instant. Se jeter sur ce corps allongé sur le canapé. Deux corps nus l'un contre l'autre. Stop Stop. Ne plus penser à ça. Romeo essaya de raccrocher à la conversation. Pilules dans le sac bleu. Sa respiration était devenue plus haletantes mais il fit comme si rien en s'était passé et hocha de la tête toujours aussi blême.

Doucement il se dirigea vers le sac essayant de ne pas penser à ses yeux qui étaient sûrement en train de regarder son derrière. Il cherchait le sac bleu lorsque la voix reprit. Alors l'inconnu s'appelait Zaccharia et était le nouveau colocataire gay. Merde ça allait être bizarre dans l'appartement. En même temps on ne pouvait pas dire que Romeo était dépité à l'annonce que ce jeune homme était le nouveau colocataire. Il sourit doucement à lui-même. Se détourner du jeune homme avait calmé ses ardeurs et il rougissait moins. Il trouva le sac sans beaucoup de mal mais eut plus de difficulté à trouver les pilules.

Il se retourna les pilules à la main et un petit sourire de vainqueur sur les lèvres avant de recommencer à rougir. Le petit brun le regardait et souriait. Romeo détourna son regard vers le sol. Et doucement il murmura.
    "Tiens tes pilules."

Il tendit le bras et se rendit compte de son ridicule. Il était bien trop loin pour que Zac n'attrape la petite boite et n'osait pas s'avancer. Il avala sa salive et respira lentement. Il s'avança vers le malade le bras brandit tenant la petite boite comme une protection.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Five hundred twenty-five thousand moments so dear




Je m'amusais de ce tableau, le jeune homme en face de moi avait l'air tout gené, et je crois qu'il avait un peu beuger sur le coup. La partie la plus plaisante, c'est quand monsieur-le-coloc-super-mignon se retourna et se baissa pour prendre mes pilules. Quel fessier de rêve, mon dieu, dans ma tête passa des images pas très catholique, moi sur lui dans un lit. Je secouai la tête pour faire partir ses images avant d'être trop excité.

Je pense que le plus marrant c'est l’état dans lequel se trouve mon colocataire.Je le sens que mon petit jeu de charme marche sur lui, il est complètement perdu entre la moral et l'envie de se jeter sur moi. Allons, allons, on va faire durer le jeu mais nous savions, je crois, tout les deux où aller se finir ce petit jeu.

Il se retourna avec ma boite de pilules à la main. On aurait dit qu'il essayait de se protéger avec la boîte. Si mon mal de dos n'étais pas si fort, je me serais lever puis nous aurions basculer sur le canapé et non non stop. Bref je pris la boite de pilules, l'ouvris. Normalement je devais en prendre une ou deux et attendre six heures avant d'en reprendre, mais là j'en avalais quatre pilules.


« Merci . »

Les effets des anti-douleurs se firent vite sentir. Je me mis debout et m'approchais de mon colocataire.

« Et toi tu t'appelles ?  J’espère que t'es gay ou bi, évite de me briser mon petit coeur»

Bien que je lui avais déjà poser la question, il avait du oublier trop troublé par ma vision , je comprend, et pour la deuxième partie de la question, bien que je sois presque sur qu'il soit gay ou tout du moins bisexuelle, je voulais juste revoir ses joue rougir encore et encore.. Je fis le tour de son corps et l'enlaça : son dos contre mon torse. J'approchai ma bouche de son oreilles et soufflai. Je voulais bien l'exciter. D'un voix sensuel, je sortis :

« Bien que la vue soit très, très agréable.. Je propose que l'on remettre nos vêtements puis on pourra faire connaissance ! »



Je m’écartais doucement de son petit corps chaud et bien trop agréable à garder près de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
If this love only exist in my dreams... never weak me up
Ne sachant pas quoi faire et perdu sans son bouclier, Romeo regarda le sol. Le petit bruit de la boite qui s'ouvrait lui indiqua que son nouveau colocataire venait de prendre ses cachets et bizarrement Romeo ne se demanda pas vraiment à quoi il servaient bien qu'il mourrait d'envie de le savoir. Zac le remercia gentilement. Il y avait tant de conviction et de force dans la voix du jeune homme c'était rien comparé à la petite voix fluette de Romeo. Et Romeo, devant cet inconnu, se sentait comme un gamin devant son padre. Il se sentait faible, minuscule, insignifiant et pourtant il était certain que Zac lui donnait de la signification. Romeo ne voulait simplement pas l'admettre. Il n'avait jamais pu penser plaire à quelqu'un auparavant.

Un mouvement sur sa droite le fit tourner de l'oeil pour regarder ce qu'il se passait. En fait il n'y avait rien de spécial c'était juste l'inconnu qui se levait. L'inconnu. On peut dire le désiré désormais même si Romeo refoulait ses sentiments. Et l'homme le prit à nouveau au dépourvu en lui demandant s'il était gay ou bi. L'était il ? Le jeune homme n'avait jamais eut aucune expérience ni relations. Pouvait on décidé comme cela sur un coup de tête ce qui nous convenait le mieux ? Le fait d'être attiré par une personne nous casait on directement dans une case ? Honnêtement, le jeune argentin n'en savait rien et il répondit simplement en rougissant.

    "Ro... Romeo"

Briser son petit coeur. Comment Romeo pourrait il un jour briser ce coeur qui en soit ne réfléchissait qu'avec le sexe. Car il était certain que celui qui briserait le coeur de l'autre serait Zac. Il était certain que Zac ne cherchait que du plaisir temporel alors que Romeo s'attacherait à lui comme une femme s'attache à un coup d'un soir. Mais Romeo ne voyait pas ça. Il avait prit Zac pour une personne qui s'attachait aux gens et qui avait peur de souffrir. Doucement Zac paraissait plus humain, plus gentil. Grand erreur de jugement.

Il frissonna. Quelque chose de chaud venait de se poser contre son dos. Il sentait les courbes du torse du jeune homme contre son dos. Il y avait un corps contre lui. Il ferma les yeux et essaya de ralentir son rythme cardiaque. Contre son fessier il sentait la petite forme un peu pointue de son "partenaire". Il frissonna à nouveau. Il avait tantôt chaud, tantôt froid. Prit d'une fièvre incontrôlable. Incontrôlable comme son corps. Il pensa à tout, à rien, à autre chose que la situation dans laquelle il était. Son corps bouillait et ... Il s'interdit de regarder le visage de l'autre, de se retourner alors que ces joues étaient en feu et son  visage était figé de stupeur et un petit sourire de bonheur égayait ses lèvres.

Puis tout se rompit à nouveau. Ca n'avait duré quelques minutes. Des secondes pour Romeo. Trop rapide. Le contact s'était brisé trop rapidement et il en était déçu. Mais il fit bonne figure. Il ne s'était pas totalement remit de ce choc en fait. Il regarda le sol et ne put se tourner vers son interlocuteur. L'argentin était incapable de le regarder. Il rougissait toujours autant et hocha la tête aux paroles du jeune homme qui lui proposait de s'habiller. Romeo acquiesça. Il obéissait toujours. Pourtant son corps mit du temps avant d'accepter le fait qu'il fallait bouger et s'habiller. Une longue inspiration précéda le premier pas et le jeune homme passa dans sa chambre pour y mettre un jeans et un tee-shirt.

Qu'allait il lui arriver maintenant ? Et si Luka arrivait et les avaient vus ensemble ? Et si sa seconde personnalité se dévoilait maintenant. L'un comme l'autre allait tout gâcher. Le jeune homme ouvrit la fenêtre. Non sa personnalité ne reviendrait pas, pas tout de suite car là en ce moment présent il était juste bien.
© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Five hundred twenty-five thousand moments so dear

Je devais avouer que ce mec m'attire. Peut être que c'est son air angélique qui me fais ça.A ce moment là, j'avais un petit problème dans le pantalon en étant très très poli. Son petit nom à ce gars là : Roméo. Bien sur!Ce mec ne pouvait pas avoir un autre nom. Tout est accordé son nom et son caractère : Trop mignon. J'étais presque sur que ce beau gosse soit puceau !
A l'annonce de son prénom je me met à sourire comme un idiot. Peut être que j'avais l'air méchant et trop direct mais en même temps je n'allais pas l’épouser ce mec, aller quoi je vais la garder un nuit et si c'est un bon coup le temps que je trouve un autre gay qui me plaise.

« Joli prénom ! »

Remarque ridicule mais drague oblige. Je sourie encore plus quand ses deux joues se mirent à rougir sous mon attaque. J'aurais bien aimée passer mes main sur son corps, tester la marchandise.
Il partis vers sa chambre pour s'habiller et j'en profitais pour, encore une fois, reluquer son joli petit derrière musclé. Je mordis ma lèvre inférieur en savourant la vue.
Quand il fis le premier pas, on aurait pu croire qu'il recommencer à respirer. Ce moment là était trop jouissif, je lui faisait trop d'effet. Pour la suite de mon plan ça m'avance bien.
Bien que je sois tenter de rejoindre Roméo dans sa chambre, je renonçais à cette idée et m'habillais à mon tout. Comme ce matin , j'enfilai mon jean bleu foncé et un T-shirt blanc, classique mais classe.
Je m'assis ensuite pour attendre Roméo.Quand je le vis enfin réapparaître, je pouvais voir sa gêne encore présente.

« Dis moi bébé, je te propose deux choix : Soit on fais connaissance de manière très ennuyeuse, et tu peux t’asseoir sur la fauteuil en face de moi, soit on peut faire connaissance d'une toute autre manière et a tu peux carrément venir t’asseoir sur moi »

J’insistais vraiment sur le « sur moi ». Je n'étais pas vraiment sûr de ça futur réponse mais fallait que je prenne des risques. Je passais ma main dans mes cheveux, vieux tic.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
If this love only exist in my dreams... never weak me up
L'air frais calmait la chaleur qui émanait du corps du jeune homme et lui permis aussi de remettre de l'ordre dans ses idées. Enfin c'était trop vite parler car il se rappela quand Zac avait énoncé que Romeo était un joli prénom. Jamais l'argentin n'avait reçut de compliments sur son prénom. Toujours ça avait été une source de moqueries et de méchancetés envers lui. Il sourit bêtement dans le vide comme une femme qui tombe amoureuse.

Il trembla doucement. L'air frais devenait malheureusement trop frais. Le contact contre l'autre corps lui manqua subitement. Il aurait aimé que les bras qui s'étaient enfermés contre lui ne s'ouvrent plus jamais. Inconsciemment ses mains entourèrent son ventre et sa taille. Il ferma les yeux essayant de se remémorer tous les gestes. Romeo manquait d'affection depuis si longtemps et Zac lui donnait exactement ce dont il avait besoin.

L'argentin réalisa bien rapidement que s'il voulait un câlin il allait falloir aller le chercher. Il ferma sa fenêtre, prit un jeans qu'il enfila ainsi qu'un tee-shirt et sortit de sa chambre. Zac était là, assit sur le canapé, attendant le sourire aux lèvres. Romeo recommença à rougir et se demanda s'il aurait pas mieux fallu rester dans sa chambre. C'était trop tard maintenant. Le jeune homme écouta la proposition et ses joues rougirent encore plus fort. Il avait envie de retourner dans ses bras mais n'osait pas. C'était trop nouveau. C'était tellement pas lui. Il ne répondit rien mais s'installa sur le fauteuil en face. Il ne le regarda pas. Il savait qu'il passait pour une petite pucelle mais franchement il n'avait pas le courage d'aller plus loin. Il commença à jouer avec ses mains signe évident de sa gêne et de son embarras. Il suivit des yeux le geste de la main de Zac pour finalement planter son regard sur les yeux de l'autre homme. Il rougit violemment et regarda le sol. Ses mains tournèrent de plus en plus vite.
© MISE EN PAGE PAR TAZER.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Pv : ROOOOMEEOOO



Mon nouveau compagnon de chambre avait vraiment l'air timide. Bien que j'aimais bien ses petits rougissement, j'aurai préfère qu'il prenne l'autre solution et qu'il s'assoie sur mes genoux. Tant pis, je me débrouillerai autrement.
Je voyais bien que sur son fauteuil, Roméo stressait comme un fou. Il savait que j'allais lui sauter dessus. Bien qu'il n'avait pas la force et le courage pour le faire lui même il devait espèrai pour que je prenne encore une foi les rênes, le contrôle. Mais je le laissais attendre un peu, je l'observai ouvertement. Ses trait assez fin, ses yeux bleu , ce gars me plaisais carrément. Roméo avait souvent les yeux baissés au sol et cela ne m'avais absolument pas plus.


«Roméo, ça ne me plaît pas.. tes yeux au sol je veux les voir, je veux voir tes beaux yeux bleus, chou! »


En même temps que mes paroles, je me levai, m'approchai du beau gosse et m'agenouillai devant lui. Tout d'abord je caressai son beau visage puis pris levai son menton avec ma main. Je pu enfin revoir ses yeux bleus qui me plaisais tant. Je souris doucement. Je crois que jamais je n'avais voulu un mec d'un tel façon. Bien que je soit bisexuelle, je préférai mes faire des filles expérimenter qui savait ce qu'elle voulait. Là tout le contraire, Roméo est un mec et d'après son comportement il doit être puceau. Et faire ce que je voulais avec lui aller etre long à avoir. Mais bon j'allais le pousser un peu. Je me levai et me glissai dans l'espace entre le dos de Roméo et le fauteuil. Je pris ensuite Roméo dans mes bras comme tout à l'heure en passant mes mains sous son T-shirt.


« Alors beau gosse, d’où vient tu, quel age à tu, enfin parle moi de toi ! Apres je parlerai de moi ! »

Je lui chuchotai le tout à son oreille avant de lui mordre doucement le lobe d'oreille. Je continuai mon chemin avec des très lèges baiser papillon dans le cou, puis me stoppa tout à coup. Il fallait le laisser me désirer et si je lui donnai tout de suite ce qu'il veut, il allait ce braquer.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
If this love only exist in my dreams... never weak me up
Zac continua dans sa lancée. Comme ce que Romeo déplorait et craignait, le nouveau colocataire parla de ses beaux yeux, de chou. Romeo rougit à nouveau. Il avait levé les yeux lorsque son "ami" avait parlé de beaux yeux mais les avaient redescendus aussitôt. Non même pas pour Zac il
était incapable de regarder dans les yeux.  

Lorsque l'inconnu se leva, Romeo le suivit des yeux. Enfin le "suivit" des yeux. Sans le regarder il voyait le corps qui se déplaçait et se ... merde ! se rapprochait de lui. Son coeur commençait à tambouriner dans sa poitrine, sa respiration se fut plus haletante et ses mains devinrent moite. Il était anxieux, et stressé. Il sentit l'autre se glisser entre lui et le dossier de fauteuil et il se sentit tiré contre un autre corps chaud et moelleux. Il ferma les yeux, se concentrant pour retrouver un rythme cardiaque normal. Il était bien contre Zac. Il ne pouvait énoncer le contraire. Mais sa présence le rendait aussi malheureusement mal à l'aise. Il laissa le brun passer ses mains sous son tee-shirt et au lieu de se mettre à courir, il se laissa aller contre Zac, contre l'affection qu'il lui donnait.

Mais lorsqu'il sentit son oreille être trifouillée, il ouvrit grand les yeux. C'était nouveau pour lui, c'était angoissant. Il sentit dans baisés dans son cou. Il se leva d'un bond et rejoignit presque en courant l'autre bout de la pièce.

    "Tu... tu ne devrais pas faire ça. Tu... Tu ne me co.. connais pas. C...C'est pas bien."

Que dire de plus. Qu'il avait peur ? Qu'il ne connaissait pas cela ? Non zac n'avait réellement pas besoin de savoir tout ça.

Finalement Romeo s'enferma dans sa chambre laissant Zaccharia seul dans le salon.
© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Moments difficiles pour nos vieillards!
» Moments, citations et dialogues mémorables
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» [24/06/11] Vidéo des meilleurs moments de l'E3 2011
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: