Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité
NaNoWriMo 2013

Message par Invité le Jeu 14 Nov - 19:20

Je rappelle que ceci est écrit complètement à l'arrache et qu'il n'y a pas de relecture. Donc si, je sais écrire français, même si ce texte ne le montre pas vraiment ...

_______________

Elle était réveillée, mais n'ouvrit pas les yeux. Elle sentait sa présence. Peut-être que si elle feignait de dormir, il partirait sans s'intéresser à elle ? Elle l'espérait grandement. Déjà qu'elle ne comprenait pas comment un être de son espèce avait pu traverser les protections de la maison. A moins qu'il ne soit absolument pas celui qu'elle pensait qu'il était. Dans tous les cas, elle sentait une aura glaciale et hostile. Elle sentait le danger rôder. Elle tenta de garder sa respiration apaisée, pour ne pas se trahir. Mais il semblait que cela soit vain.
« Je sais que vous êtes réveillée, Alice. Faire semblant de dormir ne sert strictement à rien. »
Elle prit le peu de courage qu'elle avait entre ses deux mains et se redressa sur son lit, jetant un regard glacial à l'inconnu. Celui-ci était adossé au mur opposé, dans l'ombre, si bien qu'elle ne voyait pas grand chose, si ce n'est le reflet rouge de ses yeux.
« Il n'est pas très sain pour un gentleman de se retrouver ainsi dans la chambre d'une demoiselle.
- Je m'excuse d'avance des apparences trompeuses que pourrait avoir cette visite nocturne. »
Elle murmura :
" Que voulez-vous ?
- Juste ... Discuter.
- N'aurait-il pas été possible de venir un après-midi ? Plutôt que de perturber mon sommeil ?
- Non. »
Cela avait le mérite d'être clair. Elle se mordilla la lèvre. Elle sentait bien qu'elle jouait avec le feu. Mais elle comptait lui tenir tête. S'il pensait pouvoir l'effrayer, il avait perdu. Il en fallait plus pour avoir peur. Quand on vivait à Damn Time, on était habitué tout petit aux choses extraordinaires. Entre les Fantômes, les Maudits, les Chasseurs et toutes les créatures qui hantaient ces rues dès que le soleil se couchait, il en fallait plus qu'un regard obsédant et un ton dénué de toute chaleur pour l'effrayer.
« Soit. Et bien, de quoi voulez-vous discuter ?
- Pouvez-vous me parler un peu plus de votre ville ? Je viens juste d'arriver et je suis assez intrigué de savoir si le peu que j'ai entendu est la vérité ou juste des ragots de vieilles dames.
- Hélas, même si elles ont généralement tendance à exagérer tout et n'importe quoi, sur ce coup-là, elles avaient sûrement raison. Vous n'êtes pas s'en savoir que la ville est maudite. Des créatures abjectes en prennent possession à la nuit tombée et répandent le mal.
- Quelles créatures exactement ? »
Il s'était rapproché d'un pas, le regard brûlant. Apparemment, le sujet l'intéressait grandement ... Alice allait faire attention à ce qu'elle allait lui dire. Hors de question de le mettre au courant de ses recherches.
« Et bien ... En quoi cela pourrait il vous intéresser ?
- Cela ne vous regarde pas.
- Voyons, j'ai besoin de savoir vos motivations pour mieux cibler ma réponse.
- Ne vous jouez pas de moi ... si vous ne voulez pas de problème, répondez seulement à mes questions. »
Alice se mit debout et avança vers l'inconnu, un air furieux déformait son visage.
« Mais pour qui vous prenez vous ? Je n'aurai qu'à lever le petit doigt pour que vous soyez éradiqué de la surface de cette planète. Savez-vous à qui vous parler ?
- A la fille du Maire. »
Il avait répondu d'un ton tranquille, comme s'il n'était pas effrayé pour autant. La jeune femme le dévisagea, prise d'un doute. Il semblait bien sûr de lui ... Pourtant, il devait bien se rendre compte qu'elle était la deuxième personnalité de cette ville et qu'elle avait le pouvoir qui allait avec. Il s'approcha d'elle, sortant de l'ombre. Elle put enfin voir son visage. Excepté la rougeur de ses prunelles, il semblait totalement humain. Des cheveux noirs mi-longs, des traits fins ... Glacial, mais normal. Pourtant, elle sentit la peur poindre dans ses entrailles et elle fit un peu en arrière. Toute sa bravoure s'était envolée au moment où elle avait pu mettre un visage sur cette voix dénuée de tout sentiment.
« Je sais tous vos secrets Alice. Voilà des mois que je vous observe, que je connais le moindre de vos gestes. Vous ne pouvez pas mettre un pied dehors sans que je sois au courant. Et il y a des choses que personne ne doit apprendre, il me semble ... D'ailleurs, comment va votre père ? »
Il savait. Elle écarquilla les yeux sous le coup de la surprise. Personne ne devait être au courant de ça ! Elle risquait énormément. Elle serra les poings et cracha :
« Je fais ça pour ma ville !
- Bien entendu, c'est toujours ce que disent les coupables ...
- Sortez.
- Je n'ai pas eu la réponse à ma question.
- Sortez ! »
Il sourit. La situation semblait plus l'amusé qu'autre chose. Il se retourna et se percha sur la fenêtre. Mais avant de disparaître dans la nuit, il lui lança un dernier avertissement :
« Je ne suis pas votre ennemi. Vous vous en rendrez compte. »
Puis l'obscurité l'emporta.

Elle referma le livre en soupirant. Elle n'avait rien appris de plus. Pourtant, il restait tellement de zones d'ombre ... Elle passa la main dans ses boucles rousses, réfléchissant à ce qu'elle pourrait faire pour compléter les trous de l'histoire. A ses côtés, Emily, sa dame de compagnie, faisait du crochet, peu heureuse de se retrouver par ce bel après-midi enfermée dans la vieille bibliothèque poussiéreuse de la ville. Alice la regarda, se demandant si les ondes négatives d'Emily n'étaient pas en train de tout saboter.
« Emily, allez prendre l'air, rien ne vous retient ici.
- Votre père m'a expressément demandée de vous surveiller.
- Je ne risque rien ici ...
- Ce n'est pas à moi de juger. Mais il n'empêche que je ne comprends toujours pas ce qu'une jeune femme de votre prestance fait dans une bibliothèque par un jour tel que celui-ci. Vous seriez mieux à vous promener en compagnie de vos prétendants. »
Alice lui jeta un regard meurtrier. C'était la dernière lubie de son oncle, membre du conseil municipal, et donc, par extension, tout le monde adhérait : la marier. Elle était sûre que c'était pour se débarrasser d'elle qu'il faisait ça. Si elle se mariait, elle serait alors sous le contrôle de son mari, qui ne voudra sûrement pas qu'elle continuait ses machinations au conseil. Sauf qu'il était hors de question qu'elle cède aux demandes des abrutis qui lui servaient de prétendants. Ils étaient généralement riches, mais complètement incultes, avec peu de conversation et assez disgracieux pour la plupart.
« Ils ne sont pas de mon rang.
- Mademoiselle, ne dîtes pas de sottise. Il y a des fils de duc, de comte, de baron. Vous n'êtes qu'une fille de bourgeois, vous devriez être flattée par cette attention. »
Elle se leva et attrapa le livre.
« Je n'ai aucune envie de me marier et vous ne réussirez pas à m'y contraindre. Alors mêlez vous de vos affaires. »
Elle se détourna, laissant Emily grommeler toute seule. Elle alla redéposer le livre sur son étagère attitrée et flâna un peu dans les rayons, le temps que son envie d'étrangler la servante passe. N'importe quelle fille aurait en effet été flattée que tous ces jeunes gens de haute société s'intéressent à elle, mais pas elle. Ce n'était pas ce qu'elle voulait. De toute façon, à bientôt vingt-deux ans, elle commençait à être vieille pour certains et bientôt, elle aurait la paix. Elle pourrait alors mener ses affaires sans que personne ne vienne lui mettre des bâtons dans les roues.
« Avez-vous trouvé ce que vous vouliez mon enfant ? »
Elle eut un léger sursaut et se retourna prestement.
« Mrs Spikes, vous m'avez fait peur !
- J'aime bien me glisser dans le dos des gens. »
La vieille bibliothécaire était plus que bizarre et disait souvent des choses sans queue ni tête. Mais Alice l'appréciait, notamment parce qu'elle l'aidait sans lui poser de question.
« Hélas, non. Il y a certaines choses qui sont apparemment introuvables dans les livres.
- Et pourquoi ne pas demander directement aux gens ?
- Je préférerais éviter que tout le monde soit au courant ... Et il faudrait que quelqu'un soit là depuis le début de la Malédiction ... C'était il y a longtemps.
- Regardez en face de vous.
- Vous ?!
- Et bien oui.
- Mais quel âge avez-vous ... ?
- On ne pose pas cette question aux vieilles dames ! Mais je suis assez vieille pour pouvoir tout va raconter. Mais également pour vous dire que vous vous intéressez à quelque chose de dangereux ... Cela pourrait vous menez bien plus loin que vous ne le pensiez. »
Alice rit nerveusement.
« Ceux ne sont que des recherches ... Une simple curiosité des faits.
- Êtes-vous sûre que ce n'est pas plus que cela ?
- Bien sûr que oui !
- Je ne dirai pas la vérité à une menteuse. »
Alice ouvrit la bouche pour rétorquer mais se tut. Elle avait raison, elle ne lui disait pas tout. Elle regarda nerveusement autour d'elle avant de murmurer.
« Je veux nettoyer ma ville. Mais ils sont trop forts pour l'instant. J'ai besoin de connaître toute l'histoire pour connaître leurs faiblesses, savoir qui frapper, qui est à la tête. Leurs motivations. Tout savoir, jusqu'au moindre détail. »
La bibliothécaire hocha la tête.
« Je vous aiderai comme je peux. Mais pour l'instant, je ne peux rien vous dire, surtout pas ici. Je vous enverrai un message quand le moment sera venu. »
Alice acquiesça et la vieille dame disparut entre deux rayonnages. La rousse se demanda pendant un moment si elle avait vraiment eu cette conversation. Après des mois de stagnation, son enquête progressait d'un bond incroyable. Enfin. Il ne restait plus qu'à espérer que Mrs Spikes tienne ses engagements.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Classement : Saison 2012-2013 (avant shootout)
» REPECHAGE 2013
» CALGARY 2013
» NEW YORK RANGERS 2013
» 11-12-2013




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: