Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
En sueur Anastasia se réveilla dans son lit ce matin. Son rêve, ou cauchemar sûrement, se perdit dans le brouillard du matin. Elle cligna plusieurs fois des yeux et regarda vers sa fenêtre fermée. Les rideaux filtraient le soleil qui se levait doucement sur l'écurie. Il était à peine 7 heures. Les palefreniers devaient déjà être en train de nourrir. Elle soupira, mais ne tenta pas à se recoucher.

La maison était silencieuse. Cela faisait un moment qu'elle habitait dans son écurie. Ca lui permettait de n'être pas si seule sans Miguel. Mais ce matin le silence prédominait. Passant dans sa cuisine elle se fit un café. Elle n'avait aucune envie de se mettre dans la paperasse à nouveau. Pas aujourd'hui.

Malgré l'heure naissante, le soleil pointait son bout du nez et le ciel était dégagé de tout nuage. Il allait faire beau, aujourd'hui encore. Elle sourit. Un temps idéal pour monter. Elle n'avait monté depuis quelques semaines mais ça lui semblait être une éternité. Et ce n'était pas maintenant qu'elle allait monter à nouveau. Elle n'avait gardé que Naranjo, mais l'étalon commençait à se faire vieux.

Un sourire prit ses lèvres en pensant à l'alezan. C'était son soutien depuis un moment et elle le délaissait. La jeune femme fila à la douche, mit un jeans, prit des gants et mit ses chaussures. Une bonne heure était passée depuis qu'elle s'était levée. Elle prit tout de même le temps de manger un peu de pain pour ne pas être mal.

Malgré qu'on fusse le matin au printemps, la température était bonne. Anastasia se rendit aux écuries et regarda un  peu son cheval, comme elle en avait l'habitude, avant d'entrer dans le box. Une fois le cheval brossé rapidement par le bouchon, elle lui mit le licol et le sortit dans la cour. L'étalon, comme à son habitude, se montra nerveux, tirant pour dominer mais la jeune femme ne se laissa pas faire, elle ne se laissait jamais faire.

Dans le rond de longe, elle lâcha le vieux cheval. Elle le laissa faire ce qu'il voulait puis le mit au pas sur la piste. Elle n'utilisait que sa voix et son corps comme John Lyons ou Monty Roberts lui avaient appris à le faire à travers internet et des livres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Depuis combien de temps n’étais-je pas revenu en ces lieux. Cela devait faire 7ans environ sans compter les permissions que j’avais pu avoir. Grâce à l’une d’elle, j’étais devenu père et vous ne pouvez pas savoir à quel point j’en étais fier. Maintenant, l’armée, c’était fini pour moi ! Je n’avais qu’une seule envie, c’était de revoir ma princesse et mon gamin qui étaient toute ma vie. Si je dis ça, vous devrez peut-être vous demandez pourquoi j’étais parti à l’armée alors s’ils étaient toute ma vie. Même moi-même n’avait pas la réponse, c’était quelque chose que je devais faire. J’avais pu remarquer que le haras avait bien changé depuis mon départ et en bien. Ma belle avait fait du beau travail et tout le monde semblait avoir trouvé sa place dans ce domaine.

Je marchais à la recherche de cette colombe qui devait se trouver quelque part. Ce domaine était tellement grand que j’avais l’impression que je pourrai me perdre à tout moment. Surtout que cela faisait super longtemps que je n’y avais plus mis les pieds. A peine avait-elle réalisé son rêve que j’étais parti à la guerre. Je demandais aux personnes que je croisais s’ils n’avaient pas vu Anastasia et la plupart me répondait à la négative sauf un. Celui-ci me disait qu’il l’avait vu se diriger vers le rond de longe avec un cheval. Mon coeur s’accéléra, mais une autre question me vint à l’esprit : c’était où le rond de longe ?

Je n’avais même pas pris la peine de déposer mes affaires, je les promenais encore depuis mon arrivé dans le domaine. Ma priorité était de la voir, de voir cette beauté après un si long moment d’attente. Me pardonnera-t-elle d’être parti à la guerre, de l’avoir fait longtemps patienter, de l’avoir laisser seule avec notre enfant ? En tout cas, qu’importe la réponse, j’étais maintenant de retour et je rattraperai le temps perdu. Je la rendrais la femme la plus heureuse au monde et je resterai éternellement à côté d’elle. Je n’avais plus de raison de partir, ma blessure à la jambe m’interdisait de retourner à la guerre. D’un côté, cela me convenait, car au fond de moi, elle me manquait beaucoup de trop pour m’éloigner encore, une fois, d’elle.

Me voilà arrivé au rond de longe après avoir tourné un long moment à sa recherche. Je pus la voir avec le cheval et c’était un spectacle des plus magnifiques. Je ne pouvais décrire ce que je ressentais au fond de moi, j’avais l’impression que mon cœur allait exploser. Je ne voulais qu’une chose, c’était de courir vers elle et la serrer contre moi, mais j’étais incapable de bouger. Je n’arrivais pas à parler, à bouger et c’était comme si des larmes coulaient le long de mon visage. J’étais tellement heureux que j’en étais figé. Je ne pus que poser mon sac à mes pieds et sourire bêtement en la voyant si belle devant moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
D'accord Naranjo était d'un naturel assez énervé. D'accord Naranjo aimait n'en faire qu'à sa tête. Mais là il était juste insupportable. Il regardait partout, occupé à fouiller l'environnement plutôt qu'à écouter les ordres de sa maîtresse. Anastasia désespérait. En même temps elle l'avait mérité. Elle l'avait négligé et il le lui faisait payer à sa manière. Elle n'y cru pas ses yeux lorsque l'étalon fut sur la piste au trop. Bien sûr son port de tête était trop haut et ses oreilles indiquaient clairement qu'il se fichait pas mal de l'exercice mais pour Anastasia c'était déjà le début d'une réussite.

Malheureusement, la réussite fut de courte durée. L'étalon s'arrêta et regarda la jeune femme. Tout son attention était sur elle mais il s'était arrêté. Pourquoi la défier ? En signe d'impuissance, la jeune femme lâcha un petit "hey" peu convainquant. Ce n'était pas l'habitude de l'étalon de s'arrêter comme ça et surtout pas son habitude d'être à ce point passionné par sa propriétaire. Un bruit de sac posé sur le sol fit trembler la jeune femme qui se retourna immédiatement.

C'était ça ! Si Naranjo avait été à ce point turbulent. Si Naranjo s'était arrêté d'un coup. Un fantôme. Tout d'abord la jeune femme y cru. Dans le soleil qui l'aveuglait un peu elle distinguait les formes de son amant mais c’était juste impossible. Il n'était pas censé rentrer maintenant. Illusion ? Non ce n'était pas possible. Son corps était comme sous le choc et un seul un murmure sorti de sa bouche
    "Miguel ?"


Ce son fut comme un réveil. Bien sûr qu'il était là. Devant elle. Et elle, elle perdait son temps à se demander si c'était réel. Elle glissa entre deux barres du rond de longe et fit les quelques mètres qui la séparait de son homme, en courant. Anastasia se jeta dans ses bras alors que les larmes brouillaient sa vue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Je restais un moment là à l’observer, à regarder ce cheval qui tournait dans le rond de longe. Certes, j’aurais pu appeler son prénom qui aurait vagué tel une mélodie vers son destinataire, mais l’instant présent était trop intense pour que je puisse agir à ma guise. Pourtant, le cheval avait ressenti ma présence et cela devait être à cause du bruit quand j’avais posé mon sac.

° Miguel ?°

Mon prénom sorti de sa bouche comme si elle voulait être sûre que ce n’était pas un rêve. J’étais là, vraiment là et maintenant, je le serais toujours. Aussitôt, elle vint vers moi en courant et je fis pareil pour la rejoindre aussi vite que possible. L’enlacer, la sentir contre moi, entendre le son de sa voix, tout cela m’avait tellement manqué. Je gardais mes bras autour de sa taille, laissant mes mains se poser sur son dos. Son parfum revint enivrer mes sens, sa peau venant caresser la mienne était aussi doux qu’un pétale de fleur. Sa joie était telle qu’elle ne put retenir ses larmes et je la comprenais tellement bien cette sensation. Les hommes font leur macho à ne pas pleurer devant les êtres qu’ils aiment pour ne pas passer pour des faibles, mais exceptionnellement, ici, des larmes coulaient sur mes joues. Les retrouvailles étaient trop intenses pour que je puisse me retenir et, j’étais si heureux d’être en vie pour la retrouver. Je vins rapidement poser mes mains sur son magnifique visage essuyant ses larmes de mes doigts, j’eus un sourire rempli de joie et de bonheur. Rapidement, mes lèvres vinrent se poser délicatement sur les siennes.

- Ma belle, je suis l’homme le plus heureux de ce monde de pouvoir te retrouver dans mes bras. Chaque jour, mes pensées allaient vers toi et pour le jour où je pourrais revoir ma belle colombe. Sache que plus jamais je ne te quitterai. Je resterai à tes côtés et auprès de notre fils.

J’aurai pu croire à un rêve, car de nombreuses fois, je rêvais de ce moment quand j’étais à l’armée. Ici, c’était la réalité, je pouvais la sentir contre moi, entendre les battements de son cœur et pouvoir me noyer dans son regard. Je ne pouvais plus me séparer d’elle, la sentir contre moi était d’un tel réconfort que je ne voulais plus la libérer. A partir de maintenant, je serais toujours à ses côtés, je l’épaulerai dans ses tâches et chaque jour, mes yeux se perdront sur sa magnifique silhouette. Je la regardais encore et encore.

- Je t'aime, ma belle. Merci d'avoir accepté les désirs de ton homme. Merci de m'avoir attendu aussi longtemps. Merci d'être resté auprès de moi.

J'avais tellement de chose à lui dire, tellement de mots que j'ai du retenir pendant ces longues années. Je devais la remercier de sa patience et de sa compréhension envers moi. Nombreuses sont celles qui auraient rapidement abandonné après autant d'année loin de leur homme, mais pas ma Anastasia. C'était un ange tombait du ciel et que j'ai réussi à attraper.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
Anastasia plongea son visage dans le cou de son partenaire tellement heureuse. Elle sentait les mains de son homme se balader dans son dos et elle restait accrochée à son cou comme s'il allait partir d'un moment à l'autre. Elle s'enivrait de son odeur. La jeune femme se sentait incapable de le quitter. Elle avait peur qu'il s'en aille à nouveau. Elle sentit de l'eau qui coula doucement dans son cou. Pleurait-il vraiment ? Etait-il à ce point heureux de la retrouver ? C'était sûrement ça.

Lorsqu'il prit son visage entre ses mains, elle plongea son regard dans le sien. Il ne résista pas longtemps avant de l'embrasser et elle prolongea ce baisé le plus longtemps qu'elle pouvait. Elle écoutait ses paroles. Tellement belles. Tellement profondes. Tellement pathétiques dirait une personne extérieure à la scène mais à ce moment rien ne l'intéressait d'autre que d'entendre la voix de son homme. Il parlait de ne jamais plus partir. Elle resta muette. Etait-ce une promesse en l'air ?

Elle sourit aux remerciements de son mari. C'était juste tellement normal. Il avait réalisé son rêve à elle, jamais elle n'aurait pu se mettre en travers de ses rêves à lui. Jamais elle n'aurait pu le tromper ou lui être infidèle. Jamais elle ne se serait imaginée au bras d'un autre. Et ces retrouvailles valaient bien toutes les rencontres qu'elle aurait pu faire quand il était loin.

    "Tu... Tu ne repartiras pas à la guerre ?"

Sa voix était enrouée, emprisonnée par les larmes. Ce n'était qu'un murmure. Elle n'y croyait pas. Et pourtant au fond d'elle, elle le savait. Elle sentait que ces retrouvailles n'était pas comme celles de d'habitude. Elle sentait l'avenir se dessiner entre eux deux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Je me demandais quand même comment j’ai pu me passer d’elle pendant aussi longtemps. Mais, je devais oublier d’y penser, maintenant j’étais près d’elle. Je noyais mon regard dans le sien, je voulais profiter de chaque seconde que m’offrait la vie près d’elle. Sa question qu’elle me posait était comme une affirmation qu’elle attendait depuis si longtemps et aujourd’hui, je pouvais le lui offrir.

– Non, ma belle. A partir d’aujourd’hui, je serais auprès de toi chaque jour qui passe. Je m’occuperai de toi et de notre fils.

Ce n’était pas des paroles en l’air, je le disais avec sincérité. De toute façon, avec la blessure que j’avais, l’armée c’était fini pour moi. Et c’était pas plus mal, cela me permettait de faire ma vie avec ceux que j’aime. Je n’osais même pas imaginer la tristesse que j’aurai engendrée si je n’étais pas revenu. J’étais heureux d’être devant elle et de pouvoir l’enlacer, l’embrasser et lui dire que je l’aimais. Je regardais le cheval derrière elle qui semblait profiter de ce moment de pause que je lui offrais. Un bel alezan que je ne reconnus pas. Enfin faut dire que j’étais parti à la guerre et qu’il fallait que je fasse mes repères dans ce domaine si grand.

– Et sinon, comment se porte notre petite fripouille. Il a du bien grandir depuis la dernière fois que je l’ai vu. J’ai aussi très hâte de le retrouver.

Notre fils, ma plus grande fierté ! Je chérissais chaque jour que je passais avec lui et partir à la guerre en le laissant derrière était douloureux. Maintenant, c’était fini, je rattraperai le temps perdu et je chérirais ces deux êtres qui sont mes rayons de soleil. J’allais aussi me faire une place dans ce domaine, m’occuper des chevaux, aider les cavaliers et surtout épauler ma femme dans tout ce qu’elle faisait. Je ne l’a laisserait plus jamais seule à ses devoirs, je serais là maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
C'était comme si son rêve était devenu réalité. C'est comme si elle avait droit à son happy ending. C'était comme si tout autour d'elle était monté au paradis et qu'elle se trouvait sur un petit nuage. Les larmes coulaient sur ses joues. Il ne partait plus. Elle était tellement joyeuse qu'elle avait du mal à y croire. Bien sûr elle ne pensait pas tout ce que ça amènerait comme soucis, elle qui avait appris à se débrouiller seule. Non elle ne pensait qu'au fait de se lever dans ses bras tous les matins et ça suffisait pour lui faire plaisir.

Elle plongea son visage dans le cou de son amant, l'embrassant de tendre baisés entre chaque sanglot. Elle murmura son prénom plusieurs fois, heureuse d'être avec lui. Heureuse de ne plus jamais le perdre. Heureuse d'être enfin réunie avec lui.

Alors qu'il parla de son fils elle reprit soin d'elle. Elle se redressa et sécha ses larmes. Elle ne se sépara pas de lui, pas encore, elle ne le pouvait pas. Elle passa son temps à regarder son visage et son doigt glissa sur les traits de son visage. Ensuite, seulement un fois satisfaite, elle daigna répondre.

    "Il va bien. Il doit être réveillé maintenant. Nous sommes en vacances actuellement donc il n'a pas cours. Il va être tellement ravi de te revoir. On a déplacé la maison pour être plus près. On habite au dessus du club house maintenant. C'est plus cosy. J'espère que ça te plaira. Han il y a tellement de choses dont je dois te parler... et faut que je rentre Naranjo. Qu'est ce que tu veux faire ? tu m'accompagnes rentrer mon étalon ?"

A la fin de son monologue, débité avec tant de rapidité exprimant sa joie, elle embrassa son amoureux avant de finalement s'avancer vers le rond de longe prête à rentrer l'alezan. Une fois le cheval attaché à la corde, elle se retourna vers Migui, et un sourire prit ses lèvres lorsqu'elle se rendit compte qu'il était encore là. Qu'il bougerait pas. Qu'elle n'avait pas rêvé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Cette retrouvaille me frappait le cœur comme un marteau. Autant c’était douloureux après aussi longtemps d’absence, mais autant j’étais le plus heureux d’être avec elle pour le reste de notre vie. e sentais sa joie, je la sentais heureuse et ravi de me revoir et cela ne pouvait que me combler encore plus de joie. Sa tête posait dans le creux de mon cou, je la tenais fermement pour ne plus la perdre. Je savais que je ne partirai plus, mais la sentir contre moi me réconfortait, me revigorait.

Plongeant mon regard dans le sien, j’attendais sa réponse à propos de notre fils. Je souriais, j’étais heureux et je ne savais même plus quoi dire tellement que ce moment était si magnifique à mes yeux. Rester comme ça ne me dérangerait aucunement, mais il faut bien se séparer à un moment où à un autre. Mais, ici, juste pour faire ce qui fallait être fait pour se retrouver au soir.  Donc tout était modifié depuis la dernière fois que j’étais venu, il fallait donc que je me repère. Je suis sûr que mon fiston m’offrira un tour du domaine en sa compagnie, par la suite.

° Han il y a tellement de choses dont je dois te parler... et faut que je rentre Naranjo. Qu'est ce que tu veux faire ? tu m'accompagnes rentrer mon étalon ?°

Après ses paroles sorties avec tant de rapidité, je pus sentir ses douces lèvres se poser sur les miennes. C’était un moment que je voulais perdurer et maintenant, cela sera le cas.

- Je te suis, ma belle. Rentrons donc ce bel alezan dans son box et on aura tout le temps de parler une fois rentré à la maison, je pense.

J’avais revu ma femme et je ne pouvais exprimer toute ma joie et mon bonheur. Aucun mot sur terre ne pouvait décrire ce moment et je comptais bien le faire revivre chaque jour qui passe. Et dire que maintenant, je dormirai dans ses bras, je me lèverais à ses côtés et toute la journée, je pourrais voir cette déesse à l’œuvre. J’espérais que mon cœur tienne le choc de voir tous ls jous une si belle et magnifique beauté.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
Miguel accepta et Anastasia sourit. Elle accrocha la longe au licol de l'étalon et ouvrit la porte. Le cheval, content de rentrer finalement, suivi d'un bon pas le couple. Doucement Ana avait passé sa main contre celle de son amant. Elle l'aimait c'était certain et la séparation n'avait fait que renforcer cette amour.

Ils arrivèrent aux boxes. La femme rentra son cheval dans son box et ferma ce dernier. Se retournant elle regarda les chevaux traumatisés qui étaient arrivés il y a peu de temps. Elle préféra prévenir Migui avant qu'un accident soit arrivé, les chevaux traumatisés étaient imprévisibles.
    "Il y a quelques semaines j'ai accueilli les chevaux de l'écurie de mon père. La rangée de boxe en face de toi sont des chevaux au passé difficile et qui cela se ressent sur leur caractère. Il faudra que tu fasses attention avec eux. "


Bien sûr Miguel n'était pas stupide mais lors de ses permissions il n'avait fréquenté que des chevaux sages. Les paso finos d'Anastasia étaient tous adorables et bien dressé mais certains de ces nouveaux chevaux étaient un peu fou. Anastasia en avait vu quelques à l'oeuvre et ça l'avait un peu refroidie quant à l'idée d'acheter un cheval au passé difficile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Je la suivais en restant à ses côtés. L'étalon montrait les signes d'impatience de rentrer dans son box, c'était un bon cheval celui là. J'observais le cheval quand je sentis une main se glissait dans la mienne. Depuis combien de temps ne l'avais-je pas senti entre mes doigts, senti sa paume contre la mienne. J'affichais un sourire en continuant à marcher à ses côtés.

Nous étions arrivé dans l'allée des boxs, je ne reconnaissais pas du tout l'endroit. Cela faisait trop longtemps que j'y avais mis les pieds et faudra que je refasse mes repères. N'astasia me prévenait que les chevaux de l'autre côté étaient des chevaux traumatisés et que je devais me méfier de leur comportement. C'est sûr qu'on ne pouvait prévoir ce qu'ils allaient faire et autant les laisser tranquille.

- J'ai appris cela par le moniteur de cross, y a pas longtemps. Cela a pas du être facile pour toi, ma belle.

Il vint la prendre dans ses bras enroulant ses bras autour de son cou et posant un baiser sur son front.

- Surtout, maintenant, si tu as besoin d'aide dans quoi que ce soit. Appelle-moi. Je suis là pour toi et notre fils, maintenant

Je restais un moment contre elle, j'aimais la sentir près de moi et j'aimerais que cela dure éternellement. Mais, ce n'est pas comme si je ne la reverrai plus. Cette sensation, c'était fini!


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Tell the world that I'm coming home. »

Dad gives me love.


Les rayons du soleil vinrent peu à peu chatouiller les paupières du jeune endormi, qui grogna d'insatisfaction.

« Encore cinq minutes ... »
Enzo voulut se retourner dans son lit, quand celui-ci sembla disparaître. Le jeune enfant ouvrit de grands yeux quand il vit le sol se rapprocher de sa figure, pour percuter violemment son nez. La douleur envahit immédiatement tout son visage, et il se retint de pleurer un instant, les larmes aux yeux. Ca faisait très mal. Il se releva en chancelant, se tenant le nez d'une main. Il était tombé du lit, mais étrangement, personne n'avait rappliqué en courant. Tiens, c'était étrange.

« Maman ? »
Evidemment, comme il s'en était douté, aucune réponse ne lui parvint. Le silence complet. Inquiet, Enzo fouilla des yeux la pièce avant d'explorer tout l'étage. Aucun signe de sa maman. Elle avait comme disparu. S'inquiétant une seconde, le petit garçon se mit à l'appeler de plus en plus fort, sans réponse. Il tâcha de se calmer, pour aller regarder l'heure. Il était tôt, pourtant.
Regagnant sa chambre, Enzo enleva son pyjama pour mettre un jean et un t-shirt. Il mit ses baskets, et s'aventura à l'étage d'en dessous, toujours à la recherche de sa maman. Le club house était toujours et encore vide.

Soudain, le petit blond se rappela qu'elle l'avait prévenu : elle avait dut aller s'occuper de Naranjo. Un sourire éclaira le visage du garçon, qui sortit en courant vers les écuries. Personne d'autre que quelques palefreniers retardataires. Inquiet, il traversa rapidement la cour pour se diriger vers les installations. Après avoir rapidement fouillé des yeux la carrière et le manège, il remarqua deux silhouettes près du rond de longe. Maman était occupée, il ne fallait pas la déranger, alors Enzo rebroussa chemin, préférant l'attendre vers le box du Paso Fino.

Sa maman ne tarda pas à apparaître à l'autre bout de l'écurie, réveillant une joie fulgurante chez Enzo.

« Maman ! Tu m'as fait si peur ! J'ai cru que ... »

Sa voix resta en suspend quand il remarqua qu'elle n'était pas seule. Dans ses bras, elle tenait un homme. Ou plutôt, un homme la tenait dans ses bras. Les yeux luisants, il se mit à s'approcher prudemment, mais à mesure qu'il se rapprochait, la vérité le rattrapait, et il se mit à courir de plus en plus vite, du haut de son mètre quinze. Les larmes roulaient sur son visage, alors qu'il se jetait de toutes ses forces dans les bras du jeune homme.

« Papa ! »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 252

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Date d'inscription : 06/04/2014

Double compte : Zoé Hartmann

Célébrité : Katia Winter

Crédit : Bazzart

Prénom : Fanella Caldwell

Age : 30 ans

Métier : Directrice du haras

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cheval-partage.net/

There is no problems
ξ Only solutions
Comme quoi dans une écurie les nouvelles circulaient vite. Lorsqu'il parla que ce fusse pas facile la jeune femme posa sa tête sur son épaule afin de trouver du réconfort. Le plus avait été de voir son vieux père brisé par les événements. Lui qui avait mis toute la fin de sa vie dans cette aventure. Alors qu'il lui expliquait qu'il serait toujours là pour elle sa main se serra contre celle de celui qu'elle aimait. Oui jamais plus elle ne serait seule. Jamais plus elle aurait ses sentiments d'abandon et de vide. C'était terminé.

Elle sourit dans le vide et arriva au box de Naranjo. Enzo était là tout souriant. Il allait lui reprocher quelque chose alors qu'elle l'entendait crier au loin. Toujours à lui reprocher quelque chose celui-là. Son propre sourire devient illuminé en voyant la tête du blondinet et la joie que ça lui ferait de retrouver son papa.

D'ailleurs le petit garçon ne tarda pas à courir et à se jeter dans les bras de son père, les larmes aux yeux. La famille était réunie mais le paso n'en avait cure. Il tira sur la longe tirant Anastasia de la contemplation de sa petite famille. Elle rentra l'étalon au box puis rejoignit le père et le fils. Un murmure lui échappa.

    "C'est bon de t'avoir à nouveau à la maison Migui."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Je continuais à suivre ma belle et à rester à ses côtés, mais rapidement mon regard se tourna vers une autre personne. Je pus apercevoir dans l'allée, un petit garçon qui semblait tout ravi de me voir. J'eus un sourire heureux de le voir aussi mon fiston, il avait vachement grandi. Il vint vers moi en courant et je l'interceptai au saut en le prenant dans mes bras. J'étais le père et le mari le plus comblé et heureux au Monde. Me voilà auprès de ma femme et de mon fils que j'aime tant. N'astasia allait remettre le cheval au box avant de revenir auprès de nous. J'allais près d'elle et posait ma main sur sa joue avec le sourire.

- Je suis aussi très heureux d'être auprès de vous. Et à partir de maintenant fiston, papa va rester tous les jours auprès de vous.

Disais-je à mon petit Enzo en l'embrassant sur le front. J'étais si heureux d'être auprès d'eux que je ne savais même plus quoi dire.

- Et si on fêtait cette rencontre en allant au restaurant, ça vous tenterait ?


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Aiden ♕ tell the world i'm coming home
» I'M COMING HOME • juwell
» Coming Home ▬ ft Liu Yu Wan
» i'm coming home • petit éclat & petite lune
» I'm coming home ! (Fiche terminée)




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: