Météo Aberdeen


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  SuivantPartagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité
Andrea poussa un baillement sonore qui arracha un petit rire à l'homme qui se trouvait à ses côtés. Il était vrai qu'il commençait à se faire tard, et le voir ainsi épuisé par les activités de la journée. Sa phrase le fit sourire, et il acquiesça. Lui n'était pas fatigué, et n'avait absolument aucune envie de dormir. Certes, il n'était pas normal. Mais Andrea avait besoin de sommeil, surtout après ce que Matthew lui avait fait subir.

Après l'avoir embrassé une dernière fois, Matthew se leva vivement, et se pencha pour passer un bras sous les jambes du jeune homme et un autre sous ses épaules. Il le prit sans doute par surprise, et fut heureux de pouvoir faire plaisir à son amour. Sans difficulté, il souleva le jeune homme dans ses bras, traversa la pièce, en lui jetant un regard amoureux. Il était terriblement mignon. Et absolument pas lourd. Un vrai poids plume. 60 kilos à tout casser. Il le portait d'une manière qu'il espérait la plus confortable possible, et fouillait les yeux d'Andrea à la recherche du moindre signe de désagrément.

Il poussa la porte de la chambre du pied, tournant vivement le dos à l'armoire pour ne pas que le jeune homme ne remarque le désastre qui restait de sa penderie. Matthew s'approcha du lit, pour poser le jeune homme sur les draps. Il s'éloigna un peu, pour fixer le jeune homme allongé sur le dos, le sourire aux lèvres :

- Bien installé ?

Il réfléchit une seconde, puis s'approcha du jeune homme, avant de caresser tendrement son visage, puis de l'embrasser avec amour. Il s'éloigna d'un pas, avant de déclarer, presque ému :

- Bon ... Et bien ... Tâche de bien dormir.

Un dernier sourire illumina son visage, alors qu'il fit un pas en arrière, le coeur serré. Il n'avait pas envie de partir, il voulait s'installer près de lui et s'endormir dans ses bras. Mais il ne pouvait pas, c'était plus fort que lui. Il tourna le dos au jeune homme, les yeux fermés par la douleur, les poings serrés, et se dirigea vers la porte de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea le regarda, amusé, accepter sa requête muette. Bon, il avait juste dans l'idée première de se lever et de se rendre avec lui jusque dans la chambre. Tout compte fait, dans les bras, c'était aussi très agréable. Se laissant doucement porter et déposer sur le lit, il vit les choses se gâter lorsque Matthew se recula pour... pour sortir ? Pour aller où ? Il voulait rester ici, pour être avec lui le lendemain matin. Il n'allait pas... dormir sur le canapé ?
De un Andrea n'allait pas le laisser faire. De deux, s'il faisait l'inverse, ses deux chiens -dieu seul sachant pourquoi- allaient le bouffer dans son sommeil.

Se redressant sur -un- coude, il appela Matthew. Il n'avait pas le droit de partir comme ça. Pas le droit de le laisser seul. Andrea avait presque peur qu'il ne se retrouve seul au petit matin, que le militaire n'ait abusé de sa confiance et lui ai servi une bonne dose de bobards.
Mais Matthew n'était pas comme ça.
Donc Matthew viendrait dormir avec lui. Même s'ils ne devaient faire que dormir.

Se levant brusquement pour aller le rejoindre, il se jeta presque dans ses bras. Pour l'une des premières fois de sa vie, l'anglais avait peur. Il ne voulait pas voir l'homme qu'il aimait être relégué au salon avec les chiens simplement parce qu'il avait été trop vite. Simplement parce qu'il lui avait fait peur, qu'il avait fait quoi que ce soit qui lui ai déplu.
L'embrassant tendrement avant toute chose -on ne change pas ses vieilles habitudes- il attrapa la main de Matthew, la serrant doucement pour lui signifier qu'il ne le lâcherait pas. Qu'il ne le laisserait pas partir. Qu'il n'avait pas le choix.

Reculant peu à peu jusqu'au lit, tirant le militaire comme le plus précieux des paquets, Andrea parvint à s'y asseoir. Plus que quelques centimètres, mais il craignait que ce soit le lit seul qui effraie Matthew. Sur une pensée idiote mais très drôle, il se vit lui proposer un lit de camp et un sac de couchage. Ne pouvant même pas lui offrir un seul de ces deux éléments, il remballa ses pensées et son humour passablement nul, avant d'adresser un tendre sourire.
"" - Pas question que je dorme bien sans toi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew s'apprêtait à sortir de la chambre, quand il sentit Andrea se jeter littéralement sur lui. S'il avait fait du rugby, on aurait presque dit un plaquage. Il le serra dans ses bras, et s'empara vivement de ses lèvres dans un baiser désespéré. Presque apeuré. Alors Matthew comprit. Et il s'en voulut d'avoir osé être aussi égoïste. Il rompit le baiser avec tendresse, et se laissa embarqué dans la lente ascension jusqu'au fameux lit. Il n'avait plus le droit de refuser, même si ce n'était pas du tout raisonnable. Il ne fit aucune objection, et se retrouva bientôt assis à côté d'Andrea sur le lit. Celui-ci lui offrit un tendre sourire qui ne le rassura pas le moins du monde.
Il lui parvint évident que si Andrea ne voulait pas qu'il dorme dans le canapé, c'était entre autre parce qu'il avait peur qu'il disparaisse. C'était à la fois triste et attendrissant. Triste car Matthew pouvait facilement s'imaginer toutes les scènes atroces qui pouvaient se dérouler dans la tête du pauvre jeune homme, mais attendrissant car cela témoignait parfaitement de l'amour que celui-ci éprouvait pour lui.

A peine eut-il posé ses fesses sur le lit, qu'il se releva. Non pas pour partir, mais pour se mettre en "tenue" plus confortable. Lui qui avait si souvent dormi habillé dans les tentes et les marais en avait gardé un épouvantable souvenir, alors s'était hors de question qu'il le fasse, peu importait la situation. Il enleva son t-shirt ainsi que son jean pour se retrouver une nouvelle fois en caleçon. Etrangement, il ne ressentait aucun gêne à se montrer ainsi presque nu devant Andrea, sans doute sevré de la pudeur au cours de ses années d'armée.

Il entreprit de faire le tour du lit, mais s'arrêta en chemin, fixant le lit d'un oeil soupçonneux. Il sentait parfaitement qu'il était entrain de faire une grosse connerie. Il allait dormir dans le lit d'un homme, avec un homme. C'était tellement déraisonnable qu'il eut presque honte de lui. Toutefois, il ne pouvait pas refuser : cela aurait fait souffrir Andrea, et ça lui était devenu insupportable. Il soupira, et s'avança les yeux baissés vers le lit. Ils étaient tous les deux entrain de faire une connerie. Lui, ex-militaire n'ayant jamais connu l'amour. Lui, homme aimant une femme et un enfant. Jamais il ne pourrait remplacer ceux qu'il avait déjà aimé. Il n'était peut être qu'un pansement, mais il n'arrivait pas à s'en convaincre. Il voulait croire qu'Andrea l'aimait. Et il le croyait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur


Il avait réussi, et se sentit tout revigoré par sa petite victoire. Il n'allait pas s'enfuir, il allait rester avec lui, au moins cette nuit. Et les autres aussi, espérait-il. Priait-il. Il ne voulait plus dormir seul avec ses cauchemars, étranges amalgames d'explosion et de feu, et ses rêves, tous inatteignables. Avait-il rêvé de trouver l'amour après la tragédie ? Certainement, il ne devait plus s'en souvenir. Donc des cauchemars et des rêves, vastes pensées d'un homme endormi, vastes pensées parfois réalisables, rarement réalisées.

Tandis que Matthew se dévêtait pour se coucher, Andrea fit de même, se débarrassant de son jean qui, il s'en souvenait vaguement, avait à un moment été trempé. Désormais un peu humide, certes, mais plus désagréable au contact sur la peau.
Lui aussi en caleçon, il ne put s'empêcher de regarder avec envie le corps de militaire qui s'étendait juste devant ses yeux. Il s'était promis de se gendarmer, mais la nuit allait être longue. Très très longue. S'il doutait de réussir à dormir, ce n'était certainement pas pour la première raison à laquelle un esprit mal placé aurait pensé.

Ce soir, il ne toucherait pas Matthew. Il ne voulait pas le brusquer. Lui-même était assez étonné de se dire que la seconde personne à partager son lit pour une nuit serait un homme. Mais ce n'était pas sa première relation, et si on se souvenait que deux heures plus tôt ils faisaient leur connaissance mutuelle sous la pluie à cause de deux chiens surexcités, il y avait de quoi... avoir peur.

S'écroulant en arrière, s'enfonçant dans le matelas plus que confortable qu'il avait fait changer dès son arrivée ici, il tendit sa main vers Matthew, resté debout. N'ayant toujours pas quitté son sourire mutin qui, il en était certain, lui donnait l'air d'un gosse d'à peine 4 ans, il voulut absolument retrouver celui de son amant. Il voulait s'endormir à côté d'un homme heureux d'être là, pas tendu à l'extrême en redoutant le pire.
"" - J'ai juste dit dormir, chéri...
Oui, il l'avait dit. Il n'avait jamais insinué quoi que ce soit d'autre. Ou alors, il ne s'en souvenait déjà plus, ou voulait oublier... Mais, non. Jamais il n'avait dit quoi que ce soit qui ne trahisse ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
La remarque d'Andrea le fit sortir de ses pensées, un sourcil levé. Il ne comprenait pas tout à fait où il voulait en venir. Soit il était con, et dans ce cas-là tout était plus logique, soit le brun sous-entendait autre chose. Secouant la tête, il se mit à fixer avec prudence le jeune homme :

- Entre autre, un lit ça sert à dormir, sur ce point-là, je suis d'accord avec toi.

Il lui jeta un regard interrogateur, avant de se glisser sous les draps du lit, dans un frisson. Bon. Il était étendu à côté d'un homme, dans un lit, sous des couvertures. "Rien de plus normal", se dit-il, dans une tentative d'auto-persuasion. Le problème n'était pas du tout celui de dormir aux côtés d'Andrea, bien au contraire. C'était plutôt de dormir aux côtés d'Andrea ... dans un lit. Ca pourrait paraître un peu étrange, mais c'était le fait de dormir dans un lit qui le dérangeait. Il avait peur d'aller trop vite. Non. Ils allaient trop vite, et il le sentait. Ils brûlaient les étapes. En moins de deux heures, ils s'étaient rencontrés, ils s'étaient embrassés, et ils étaient désormais allongés dans le même lit. Et ce scellement trop rapide frustrait Matthew qui se sentait prit au piège dans une spirale qu'il aurait pu décrire comme conformiste.

Tendu, Matthew se blottit contre Andrea, cherchant du réconfort. Il se sentait mal, ainsi allongé. Trop d'espace, trop de possibilités. Il se serra contre le torse chaud du brun, les yeux clos, les poings serrés. Il cherchait à se détendre, en vain. Un sentiment d'insécurité gagnait peu à peu son coeur.

Trop vite, tout allait bien trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Lançant un regard mi sceptique mi amusé à la remarque de Matthew, Andrea le vit finalement se glisser à ses côtes. Se rapprochant de manière presque instinctive, il sentir également son militaire en faire autant.
Alors que l'anglais était en train de trouver le rythme cardiaque nécessaire à son endormissement, il remarque que Matthew était bien loin d'être dans la même situation. Il était tendu contre lui, il sentait ses poings serrés collés à lui.

Quelque chose clochait, et Andrea soit damné s'il avait pu savoir quoi. Il lui avait promis de ne pas le toucher, de le laisser avancer comme il le voulait. Il respectait ses choix, mais ne comprenait vraiment pas pourquoi tant de retenue en ce moment la. Ils auraient pu s'endormir tranquillement, paisiblement, mais le brun savait bien que, dans cet état, Matthew ne risquait pas de s'endormir.

Se tournant de manière à lui faire face, il souffla délicatement pour éloigner une mèche rebelle qui l'empêchait de voir entièrement le visage de son amour. Gardant son éternel sourire qu'il pensait à présent pouvoir peindre sur son visage tant se retrouver face à Matthew lui octroyait la même réaction, il parla aussi doucement que possible, comme à un nouveau né.
"" - Parles-moi, y'a quelque chose qui va pas mais tu veux rien me dire. J'aime pas te savoir dans cet état.

Encore plus lorsque je sais que c'est à cause de moi, faillit-il ajouter. Cependant, il ne dit rien, passa délicatement sa main sur le nez et le front de Matthew, effaçant d'un coup de homme magique les rides soucieuses. Bon, la magie n'opérait que pendant quelques douzièmes de secondes, mais c'était suffisant pour qu'Andrea puisse le comparer ainsi.
Reprenant la parole face à son chéri definitivement muet, il tenta une dernière approche pour chercher une solution à un problème qu'il n'arrivait même pas à comprendre.
"" - Je t'ai promis que je me fierais à toi. Que j'avancerais avec toi, à ton rythme. Tu veux faire quoi, comment ? Demande-moi ce que tu veux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Habitué à dormir serré contre ses camarades, l'espace lui parut presque étouffant, et il se serra encore un peu plus contre Andrea. Le silence complet le stressait énormément. Parfois, il se demandait s'il était vraiment tout à fait normal, mais une maison "vide" était une épouvante absolue pour lui. On lui avait toujours appris que le silence était toujours annonceur de mauvais signe, et au fond, ce n'était pas faux.
Quand le brun se retourna pour lui faire face, Matthew frissonna. Oups. Il se sentait comme un gamin venant de faire une bêtise. Pris sur le fait en plein stress. Pourtant, il n'aurait jamais cru possible ce qu'il se passa. En un instant, ses épaules se détendirent, ses traits s'adoucirent, son souffle se calma. La douce voix d'Andrea résonnait dans sa tête, et il put enfin se concentrer sur autre chose que sur sa peur. Tout d'abord, il remarqua que le peau du jeune homme était incroyablement douce, et il se plut à caresser timidement son torse du bout des doigts. Ensuite, le brun avait raison. Ils n'allaient pas trop vite. Ils allaient à leur rythme à eux. Alors, Matthew releva lentement les yeux, et plongea son regard dans celui, serein, d'Andrea. Il se sentit immédiatement mieux. Rassuré. Ils ne faisaient rien de mal.

Matthew se colla entièrement à Andrea, non pas pour se rassurer cette fois, mais pour savourer ce doux contact de sa peau contre la sienne. Il se permit même de glisser son visage dans le cou du magnifique jeune homme pour en humer l'odeur. Il s'écarta à peine, pour observer le visage apaisé d'Andrea, et lui sourit timidement.

- Je ne te demande que de faire de beaux rêves ... Sache que je t'aime, Andrea. Plus que tout au monde.

Il posa de la manière la plus tendre qu'il fut possible ses lèvres contre celles d'Andrea, et, après un très court baiser, ferma les yeux, en se laissant aller contre l'oreiller, tentant, vainement, de s'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea sentit distinctement un changement s'opérer chez Matthew lorsqu'il lui parla. Se détendant davantage, ce dernier lui offrit une caresse qui faillit presque le faire gémir tant la tension dans son propre corps était grande. Il profita du fait que le blond glisse sa tête dans son cou pour embrasser délicatement son cou, et savoura le baiser comme tous les précédents.

Il n'était pas certain que Matthew allait parvenir à s'endormir, mais il ne savait que trop bien que l'armée collait à la peau. Son père n'avait jamais dormi tout à fait normalement lorsqu'il était en permission. Mais, tout de même, Andrea espéra très fort qu'un jour, cet homme connaîtrait la satisfaction d'une nuit pleine et reposante. Car, désormais, il ne doutait pas un instant de la qualité de son propre sommeil, vu à quel point son rythme cardiaque se détendait lorsqu'il était près de Matthew.

L'imitant, il se laissa aller sur l'oreiller, collant sa tête contre l'épaule forte et solide de celui qui, il en était sur,éloignerait le moindre cauchemar cette nuit. Gardant les yeux ouverts encore un petit peu pour profiter de la vision apaisante qui s'offrait à lui, Andrea finit par poser sa main à plat sur le torse de Matthew, pile au niveau de son cœur. Il en détectait ainsi tous les battements, et comme par magie il sentit son propre cœur adopter ce même rythme.
Souriant contre l'épaule, il releva doucement la tête, s'expliquant.
"" - Comme ça je saurai si tu dors ou pas.

Il savait qu'il risquait de s'endormir avant lui mais, ayant rapidement développé une confiance certaine en cet homme qu'il aimait tendrement, il savait que ce dernier ne retirerait pas sa main s'il venait à ne pas s'endormir de la nuit. Andrea finirait par être réveillé par ces battements de cœur trop rapide, et ne passerait pas sa nuit à ronfler comme une marmotte tandis que son homme la passait a se torturer l'esprit.
""- Promets moi que tu me réveille s'il y a le moindre soucis. Si tu n'arrives pas à dormir ou... Je ne sais pas. Mais ne reste pas seul à te torturer l'esprit. Je peux t'aider à supporter ce genre de choses maintenant.

Oui, désormais, Matthew ne serait plus seul. Plus jamais. Andrea se le promit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
C'était la première fois de sa vie que Matthew se retrouvait dans un lit, aussi calme. Lui qui dormait généralement sur le canapé, il appréciait soudainement le moelleux du matelas, la chaleur de la couverture, et surtout, les caresses d'Andrea. C'était tellement apaisant de se sentir aimé, et d'aimer en retour. Des multitudes d'envies indécises grandissaient au creux de son esprit, alors qu'il se rendait compte qu'il pouvait enfin penser à l'avenir. Il avait le droit de vivre.
Quand Andrea posa sa main sur son torse, il sursauta d'abord, encore trop militaire pour ne pas prendre peur, mais se détendit de nouveau la seconde d'après, en se promettant qu'un jour, il ne sursauterait plus. C'était tellement étrange pour lui de parler au futur, qu'il se demanda pour quelle raison ça ne lui était jamais arrivé. Sans doute parce qu'il n'avait jamais eu aucune perspective d'avenir.

Les yeux clos, Matthew sourit à la remarque du jeune homme, se savant observé. Lui-même, de temps à autre, ouvrait les yeux sur l'obscurité et fixait le visage doux de son amour. Toutefois, la seconde réplique le fit plonger un regard soucieux dans celui d'Andrea. Ça, c'était hors de question. Il murmura à voix basse, dans une douceur infinie :

- Hors de question que je te garde réveillé avec moi si je ne dors pas. Toi, tu as besoin de sommeil, pas moi. Alors contente-te toi de dormir paisiblement pour nous deux, tout en sachant que je veille sur toi. Je te promets de ne pas bouger d'un millimètre jusqu'à ton réveil, et je sais que je ne risque pas d'être tendu à la vue de ton joli visage endormi. Alors, endors-toi, mon ange ...

Les deux derniers mots avaient faillis rester coincés dans la gorge de Matthew, qui, s'était surpris lui-même à lui donner ce petit surnom étrange. Il continua à le fixer, en posant de tant à autre de minuscules baisers sur la bouche offerte, tout en veillant à ne pas trop bouger pour ne pas l'empêcher de dormir. Il avait beau ne pas être fatigué, c'était la première fois qu'il se sentait aussi bien, avant une nuit où il tenterai de dormir. Il abordait ses rêves sereinement, maintenant qu'il avait Andrea pour le protéger des cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Il aurait voulu pourtant rester veille avec Matthew, mais il ne connaissait que trop bien les limites de son corps. Déjà, ses paupières se fermaient, et il avait décidé de ne plus les rouvrir jusqu'au matin. Bercé par la voix grave de son amour et par les perspectives qu'il lui faisait miroiter avec son surnom, il ne tarda pas à s'endormir, gardant toujours sa main sur le cœur de Matthew.

___________________
Il n'y avait pas de coq pour le réveiller, mais vu le noir complet de la chambre, il était encore tôt. Lâchant un soupir bienheureux peu discret, il bougea lentement avant de se figer.
Puis de se souvenir.
Matthew.

Il avait donc tenu sa promesse. Il était resté avec lui, effaçant par sa simple présence le moindre cauchemar. Car, oui, aucun cauchemar n'était venu tourmenter le sommeil d'Andrea cette fois ci. Même s'il ne se souvenait plus de ses rêves, la il savait qu'il avait rêve d'avenir. Il le sentait.

Il se rendit alors compte que, si sa main était restée comme collée au cœur de Matthew, il avait beaucoup bougé. Preuve de son sommeil bienheureux, sa tête reposait en travers de la poitrine de ce dernier, se soulevant à intervalle régulier au rythme de sa respiration. Comme un bébé, il avait donc été bercé toute la nuit par la simple présence de son homme.

Ne sachant pas s'il était réveillé ou pas, puisqu'il n'émettait aucun bruit, Andrea retint ses baisers et ne fit que bouger sa main. Avec ses doigts, il caressa lentement le torse offert, en une caresse si légère qu'il y mît tout son amour et sa patience pour éviter, au cas ou, de réveiller son militaire endormi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »

We don't sleep to sleep, but to act.


Andrea s'endormit en quelques instants, sous les yeux attendis d'un Matthew admiratif. Combien de fois avait-il rêvé de pouvoir s'endormir aussi rapidement. Son visage effaça tous les signes de fatigues, et il devint serein, détendu, les yeux clos. Matthew continua à caresser son visage avec toute la tendresse dont il était capable, veillant sur son amour. Il ne bougerait pas d'un seul millimètre, il lui avait promis. C'est ainsi qu'il passa les six heures suivantes, allongé sur le dos, le visage sur le côté, à scruter les expressions du jeune homme qui semblait faire de doux rêves. Plusieurs fois dans la nuit, il avait été étonné d'entendre son propre prénom murmuré par ls lèvres d'Andrea. Alors, il rêvait peut-être de lui.
Les longues heures de "sommeil" de Matthew passèrent bien vite, alors qu'il avait passé la nuit à étudier le visage parfait du petit brun. Il avait eut le temps de réfléchir, et sans même avoir eut besoin de recourir à une quelconque auto-persuasion, il était prêt à se lancer corps et âme dans l'aventure. Il avait tout à y gagner. Et de toute manière, il ne pouvait plus faire marche arrière. Il avait confié son coeur à Andrea, il lui appartenait entièrement désormais. Et au fond, il était heureux de se dire que, oui, il ne vivait plus que pour lui.

Aux environs de 5h30 du matin, un petit mouvement à ses côtés le fit frissonner, alors qu'il fixait patiemment le plafond, d'un blanc infini et parfait. La douce main d'Andrea se mit à caresser son torse avec tendresse, éveillant un nouveau sourire sur le visage de l'ancien militaire. Il s'était enfin réveille.
Sans bouger, il se mit à caresser tendrement ses cheveux, avant de lui souffler à l'oreille :

« Bonjour, chéri. »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea ne savait pas si Matthew avait dormi, mais en levant la tête vers la voix qui était apparue jusque dans ses rêves, il ne vit pas les cernes auxquelles il s'était presque attendu. Soit le militaire avait vraiment dormi soit... il avait gardé son rythme de l'armée. Sans dormir, presque pas, afin d'être toujours sur le qui-vive. Malgré tout son amour pour lui, l'anglais ne pouvait pas comprendre ce choix de s'engager dans l'armée. A son sens, Matthew venait de gâcher les 33 premières années de sa vie.
Il découvrait tout juste l'amour, quand Andrea l'avait connu à 16 ans. C'était triste, mais il ne pouvait pas cracher dessus désormais qu'il se retrouvait avec un homme-oreiller dans son lit.

Souriant lorsqu'il l'appela, il bougea doucement pour remonter vers lui. L'embrassant langoureusement, gardant en souvenir les baisers tendres de la veille, il le gratifia d'un "" - Bonjour mon amour rendu rauque par sa voix à peine réveillée.
Passant son doigt sur la barbe naissante du matin qui couvrait le menton de son fameux amour, il respira profondément, retrouvant exactement la même odeur que la veille. Non, on ne lui avait changé. Non, les extra-terrestres n'étaient pas venu le priver de son bonheur naissant. C'était revigorant, dès le matin, de se sentir aimé. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressenti cela.

L'embrassant encore, comme pour rattraper la nuit inactive, Andrea se colla bien malgré lui de plus en plus à Matthew. S'il avait jusque là réussi à se gendarmer, c'était uniquement parce qu'il s'était endormi, rien d'autre. Vu que le blond ne voulait pas être brusqué, il devrait bien vite sortir du lit pour éviter de faire quelque chose qu'il finirait quoi qu'il en soit par regretter.
Avec un sourire, caressant toujours son visage pour en retenir chaque trait, Andrea réussit à parler d'une voix presque normale.
"" - Tu as bercé la plupart de mes rêves je crois bien...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
I'm tired of everything, except of you.


Les doux baisers d'Andrea avant même que le soleil ne lèvent emplissaient son coeur d'un amour sans faille. Il se sentait terriblement bien, il n'avait pas envie que quoi que ce soit ne change.

« Bonjour mon amour. »
Un immense sourire apparut sur le visage de Matthew, alors qu'il posait langoureusement ses lèvres sur celles de son homme. Il était paisible. Le souffle calme. Le visage serein. Andrea passa sa main sur son menton, avant de l'embrasser à nouveau. Ses baisers étaient terriblement doux, et le jeune brun se colla un peu plus au blond.

« Tu as bercé la plupart de mes rêves, je crois bien ... »
Un petit rire s'échappant de ses lèvres, Matthew se retourna d'un seul coup, pour renverser la situation. Désormais, c'était lui qui était au dessus d'un Andrea sur le dos, à embrasser ses lèvres et son cou. Bon, il devait avouer qu'il aimait être au dessus, se sentant sans doute en sécurité. Il rit une seconde, avant d'éloigner son visage de celui d'Andrea, pour mieux l'observer.

« Tu n'as pas arrêté de prononcer mon nom ... »
Un immense sourire apparut sur le visage de Matthew, qui l'embrassa avec passion. Il glissa sur le côté pour poser un pied sur le sol. Il n'était pas du genre à aimer lézarder dans un lit, et préférait faire autre chose de plus intéressant.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea ne pût retenir un cri de surprise lorsque les muscles de Matthew s'occupèrent de lui montrer à quel point il n'était qu'un faible microbe face à lui. Savourant outrageusement les caresses, il remarqua avec bonheur que la nuit avait porté conseil à chacun d'entre eux.
Matthew acceptait le fait de ne plus se retenir dans tout ce qu'il faisait.
Andrea le laissait faire, avançant à son rythme, attendant qu'il lui demande de passer à la suite.

Répondant avec ferveur aux baisers qu'il recevait, il laissa échapper un grognement de déception en le voyant mettre un pied hors du lit. Mais, malgré tout, c'était effectivement mieux comme ça. Cela les empêcherait de passer à autre chose, puisque Matthew n'avait pas encore l'air prêt.
Se levant à son tour, l'anglais enfila un Jogging trop grand, vieux d'un bon paquet d'années, mais qui avait au moins le mérite d'être confortable. Restant torse nu, vu la chaleur ambiante de l'appartement, il se dirigea vers son homme qui lui montrait son dos. Passant une main sur la colonne vertébrale avant de remonter jusqu'au cou, Andrea se bissa sur la pointe des pieds pour venir lui mordiller le lobe de l'oreille, son torse collé au dos musclé du militaire.
"" - Tu as une préférence pour le petit-déjeuner ?

Il ne se rendit pas tout de suite compte qu'il avait chuchoté cette phrase, et cette découverte l'étonna lui-même. Il ne s'était plus montré tendre et paisible depuis si longtemps qu'il doutait encore d'être capable d'un tel comportement.
Il était fier de se savoir aimé, et encore plus fier que ce soit en partie grâce à son caractère si ambigu. Hier encore, l'attitude de Matthew l'énervait au plus haut point, et le lendemain, le voilà en train de caresser doucement son torse...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
Why should I go if I love you ?


Matthew tourna vivement le dos à Andrea pour récupérer les affaires d'Andrea qu'il avait mit moins d'une heure la veille. Il enfila son jean tranquillement, en gardant une oreille attentive derrière lui. Il allait enfiler son t-shirt quand il entendit un petit bruit dans son dos, et la seconde d'après, tout son dos se retrouva en contact de ce qu'il supposait être le torse d'Andrea. Il frissonna quand il se rendit compte que son amour lui mordillait le lobe de l'oreille.

« Tu as une préférence pour le petit-déjeuner ? »
Se retournant lentement Matthew le saisit par la taille et posa ses lèvres sur les siennes. Il l'embrassa langoureusement, avant de caresser sa joue avec tendresse.

« Je n'ai pas très faim, désolé. J'ai déjà mangé pour deux, hier. »
Il fit un petit rire ironique, avant de l'embrasser à nouveau. Puisque Andrea restait torse nu, alors lui aussi. A ce moment, son esprit tilta avec autre chose. Il ne voulait pas partir. Il voulait rester ici. Bon, cela ne faisait moins de douze heures qu'il connaissait Andrea, et déjà, il voulait rester dans l'appartement d'Andrea. C'était terrifiant. Un sourire triste apparut sur son visage, et il prit le brun dans ses bras.

« Je n'ai pas envie de rentrer chez moi ... »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

[justify]Fermant les yeux de bonheur, Andrea profita des câlins et des baisers que son amour lui offrait si tendrement. Il savait qu'il pouvait passer la journée avec lui, à attendre ces gestes qui étaient devenus si naturels chez l'un comme chez l'autre. Oui, Andrea ne s'imaginait même plus une journée sans le voir, une journée sans l'embrasser, ou une nuit sans qu'il dorme à côté de lui.
Aussi, lorsqu'il énonça douloureusement qu'il se sentait obligé de partir, le petit brun décida de passer à la vitesse supérieure. Non, il n'allait pas partir. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Jamais, même.

Passant son bras derrière la nuque du fier militaire, il lui appliqua une légère pression pour ne pas être obligé de se lever sur la pointe des pieds. Prenant sa bouche, il l'embrassa une énième fois. Cette fois-ci, ce ne fut pas tendre, pas doux. Andrea réclama plus, se perdant rapidement dans un abyme sans fond. Il passa la main dans les cheveux courts de Matthew, se souvenait à peine que c'était aussi sa coupe de cheveux qui l'avait renseigné sur son métier.

Lâchant enfin prise, il ne fit plus que caresser la nuque de son homme, rompant petit à petit le baiser. Il se rendit vite compte qu'il était essoufflé, et il eut un instant peur d'avoir fait une bêtise.
Il avait tout bonnement et simplement réclamé Matthew, il ne lui avait pas laissé le choix. Rendu à fleur de peau par la pensée d'un éventuel départ de l'homme qu'il aimait, il s'était débrouillé pour tenter de le garder avec lui, à ses côtés. Il s'était débrouillé pour qu'il se mette à regretter son départ, s'il était d'obligés de s'en aller.

Mordillant la lèvre inférieure de Matthew, ne parvenant pas à lui cacher ni son essoufflement ni l'envie qu'il avait que le militaire reste. Il avait presque peur de le voir s'en aller. Il pouvait presque mettre sur le compte d'un coup de panique sa précédente conduite à la limite de l'indécence. Oui, c'était indécent de sa part de se jeter ainsi sur Matthew.
Mais il n'était pas du genre à regretter quoi que ce soit.

"" - Je crois bien que je vais devoir te trouver une raison valable pour rester encore la journée. Puis ce soir, on reparlera de la nuit... Tu as une suggestion à me faire ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
If I love you, it's because you're you.


Matthew laissa Andrea passer sa main dans son cou, et il baissa la tête pour embrasser langoureusement l'être qu'il aimait. Mais, dans sa manière de l'embrasser, l'ex-militaire sentait quelque chose de différent. Quelque chose d'animal se dégageait de sa manière d'être, il s'accrochait à lui comme un prédateur à sa proie. C'était étrange. Sans broncher, il se laissa faire. Il commençait à y prendre goût, quand tout à coup, les lèvres d'Andrea se détachèrent peu à peu. Étrangement, le brun était essoufflé. Matthew ne comprenait pas.
Mais de toute manière, il n'avait aucune raison de partir. Ni aucune envie de partir. Il tenait à cet homme comme à la prunelle de ses yeux. Il voulait passer sa vie à ses côtés. C'était étrange, mais il en avait vraiment envie.

Andrea mordilla sa lèvre inférieur, le faisant sourire à nouveau. Dans ses yeux, Matthew y lit un sentiment qui ressemblait presque à de la peur. Il eut envie de le rassurer, alors, passant un bras dans son dos, il se mit à décrire les détails de sa colonne vertébrale du bout des doigts. Il allait rester. Comment, il ne savait pas, mais il allait rester.
« Je crois bien que je vais devoir te trouver une raison valable pour rester encore la journée. Puis ce soir, on reparlera de la nuit... Tu as une suggestion à me faire ? »
Après un long sourire sans réponse, Matthew lui chuchota à l'oreille :
« Bon, et bien, je ne pars pas. »
Il lui sourit à nouveau, avant de s'écarter, en gardant sa main dans la sienne.
« Si ça ne te dérange pas, j'aimerai bien passer chez moi récupérer quelques affaires ... Seulement, je n'ai pas envie d'y aller seul ... »
Il fit une mimique triste, avant de rire joyeusement.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Pour un peu, Andrea aurait sauté de joie en entendant la soudaine résolution de Matthew. Il se serait conduit comme un petit enfant, comme un gosse pourri gâté qui obtenait pour la millième fois ce qu'il convoitait. Si ça continuait, il allait finir par devenir insupportable. Mais si c'était à cause de son homme, cela ne posait pas trop de problèmes. Il savait qu'il finirait toujours par lui dire quand les limites étaient dépassées.

Quand il parla de sortir, l'accompagner, Andrea éclata d'un rire franc et presque frais. Se détachant de Matthew sur un dernier baiser, il lui répondit avec un sourire.
"" - Je ne vois même pas pourquoi tu demandes... Laisse-moi le temps de m'habiller.

Changeant finalement de pantalon et enfilant un jean, un T-Shirt et une veste en cuir pour contrer le froid matinal, le jeune homme partit vers la porte, caressant ses deux chiens au passage. Si Gepetto montrait encore une franche réserve envers le militaire posté derrière lui, Idylle s'approcha doucement de Matthew pour renifler sa main. Elle était largement assez grande pour y parvenir. Avec un sourire, Andrea ouvrit la porte.
"" - Tu vois, la loi fait du ventre fait qu'elle se souvient bien de toi...

Sortant braver le froid, les deux chiens décidèrent de leur propre chef de se joindre à la balade improvisée à même pas 6 heures du matin. De toutes façons, ils dormaient encore moins que leur maître, alors 6 heures ou 8... Ils ne faisaient certainement pas la différence.
Fermant la porte derrière lui, Andrea fut étonné d'entendre déjà les premiers volets s'ouvrir et les premières portes claquer dans le silence matinal. Finalement, il n'était pas si tôt que ça, pour les français. Lui qui pensait que l'heure espagnole était vraiment décalée, ici aussi on sentait l'été arriver, et on partait travailler plus tôt pour rentrer plus tôt aussi et profiter des jours chauds.

Glissant sa main dans celle de Matthew, Andrea frissonna presque en croisant le premier passant. Lui qui pensait pouvoir le supporter avec brio, ce n'était tout de même pas évident de se retrouver un beau matin à accompagner son chéri jusque chez lui. Il savait que les regards se feraient plus aiguisés dès lors qu'ils croiseraient quiconque, et que les premières insultes risquaient de fuser. Mais il ne regrettait pas. Ce n'étaient pas quelques homophobes qui allaient foutre son bonheur en l'air.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
Life is life. Let us live.


Le rire cristallin d'Andrea résonna dans le coeur de son compagnon, qui sourit de plus belle. Il était terriblement heureux. C'en était effrayant.
« Je ne vois même pas pourquoi tu demandes... Laisse-moi le temps de m'habiller. »
Matthew hocha la tête, et fila une nouvelle fois farfouiller dans l'armoire de son amour. Il tira sur un bout de tissu, et en sortit une chemise blanche qui lui allait. Il l'enfila à la hâte, en boutonnant tous les boutons, excepté les trois derniers. Evidemment, il n'avait pas de veste, comme celle d'Andrea, mais cela lui allait bien comme ça. Il n'était pas du genre à attraper froid.
« Tu vois, la loi du ventre fait qu'elle se souvient bien de toi ... »
Il était vrai que la jeune chienne avait l'air bien plus intéressée que Gepetto, qui lui jetaient de longs et profonds regards noirs, auxquels il répondait avec hargne. C'est donc suivis des deux chiens qu'ils franchirent la porte, rapidement cernés par la fraicheur matinale. La rue n'était éclairée que par quelques lampadaires solitaires, alors que la lune s’était vêtue de brume.
Lorsque Andrea s'empara de sa main, il frissonna en lui lançant un regard inquiet. Toutefois, il savait parfaitement qu'il n'avait rien à perdre. Que ceux qui n'étaient pas d'accord aillent se faire foutre. Il lui adressa donc un grand sourire, avant de se diriger dans une allée qui bordait la petite rue. Ils marchèrent ainsi pendant près de quinze minutes, jusqu'à se présenter devant un immeuble de trois minuscules étages. Sortant ses clés, il passa son badge, ouvrit la porte à Andrea, et passa à sa suite pour le guider. Ils montèrent par les escaliers au dernier étage, n'ayant évidemment pas d’ascenseur. Ils arrivèrent devant une porte plongée dans la pénombre, et après avoir raffermit sa prise sur la main d'Andrea, il ouvrit et entra dans le taudis qui lui servait d'appartement.

C'était sans doute l'extrême opposé de l'appartement d'Andrea. Les volets résolument fermés, l'odeur de renfermé, un espace plus qu'étroit, la pièce n'était peuplée que d'un canapé-lit usé et d'une table basse recouverte de paperasse.

Adressant un regard désolé à son homme, Matthew s'éloigna récupérer son ancien sac militaire, et le remplit de treillis ou de jean, de chemise ou de t-shirt. Il récupéra aussi sa vieille veste en cuir, usée jusqu'à l'os, qu'il mit rapidement.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Il allait leur falloir un certain temps pour ne plus se promener main dans la main sans detailler furtivement du regard le moindre passant un peu trop intéressé par leur couple. Mais Andrea ne doutait pas un instant qu'ils s'y habitueraient tous les deux. Après tout, les mentalités allaient en changeant, le mariage pour tous avait été décrété légal l'année passée... Leur couple était en passe de devenir légion. Bientôt, on les regarderait presque comme deux amoureux normaux.
Parce que la masse n'avait pas besoin de savoir que le frêle handicapé était tombé fou amoureux du fier et fort militaire. Vu de l'extérieur, rien ne laissait présager cette originalité supplémentaire, à moins d'être l'un des lointains descendants de Sherlock Holmes.

Ils atteignirent rapidement le fameux appartement, et Andrea ordonna à ses deux chiens de rester les attendre dehors. Il regarda Matthew batailler avec ses clés tout en se forçant à garder sa main dans la sienne. Avec un sourire, l'anglais se fit la réflexion que, dans son cas, l'épineux problème ne se posait même pas, et qu'il devrait vite s'habituer à devoir lâcher la main pour ouvrir une porte.

C'est assez timidement qu'il entra dans le chez-soi de son chéri. Son œil maniaque décrivit un rapide tour des lieux, sa main se posa un instant sur le cuir du canapé... Avant de laisser son regard se fixer à nouveau sur son amour faisant son sac. Il n'avait pas besoin de découvrir ce petit appartement. Il savait déjà, Dieu seul savait pourquoi, que Matthew ne décorerait jamais quoi que ce soit, ni ne chercherait jamais à vivre dans un espace plus grand qu'un retranchement de camp. Il n'avait pas besoin de s'attarder sur d'aussi futiles détails lorsque la simple vue des muscles bien dessinés du militaire suffisaient à le ravir tout à fait. Tout en lui offrant la pensée fugitive de lui demander plus souvent de mettre du blanc, qui faisait ressortir à merveille sa carrure et son teint hâlé.

Restant sur le pas de la porte, n'osant pas trop entrer, il finit cependant par mettre un pied à l'intérieur du petit espace et à attraper ce qu'il trouvait. Chargeur de téléphone -pour un appareil qu'il n'avait d'ailleurs plus, réduits en miettes contre le mur- ordinateur portable... S'approchant de Matthew pour caser tout ça dans le grand sac qu'il avait sorti pour l'occasion, il lui vola un baiser en se baissant pour déposer délicatement l'ordinateur. Autant éviter de tout lui casser tout de suite.
"" - Prends tout. Je ne compte pas te voir revenir ici.

Il n'aimait pas savoir l'homme qu'il aimait vivre ici, dormir ici, manger ici. Seul, dans cet espace exigu et si peu lumineux qu'il devait certainement devoir allumer la lumière pour faire la moindre tâche un peu concentrée. Non. Pas question de s'imaginer une seconde fois son amour rentrer seul ici le soir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I something ? »
 
Dog, hom many times have I dreamed of strangling you ?


Matthew enfonça ses affaires une à une dans l'unique sac qu'il possédait, quand sous ses yeux apparurent son ordinateur portable ainsi qu'un chargeur téléphone. Il attrapa l'ordinateur, et le fourra sans ménagement avec le reste de ses affaires.

« Prends tout. Je ne compte pas te voir revenir ici. »

La phrase arracha un sourire à Matthew, qui s'attela de plus belle à la tâche. Toutefois, alors qu'il allait enfourner le sac, son esprit trotta jusqu'à ses chiens, qui résidaient dans la pièce -d'ailleurs isolée phoniquement pour l'occasion - d'à côté. Il lui faudrait un autre sac, qu'il n'avait pas pour prendre les trois gamelles. Au pire, il se débrouillerait plus tard pour venir les récupérer. Soudain, son esprit tilta. Ses chiens. Il se releva, en se cognant la tête du plat de la main.

« Merde. Je crois que j'ai oublié un léger détail. »

Il lui lança un triste sourire avant de se diriger vers l'unique porte de l'appartement, et de l'ouvrir en grand. En moins d'une seconde, une boule de poil fila dans la pièce, en bondissant sur le canapé. Matthew l'engueula d'une voix grave.

« NessLess, descend de là immédiatement ou ça va barder. »

Rapidement, il fut suivi par une autre bête en furie, qui bondit, non pas sur le canapé, ni même sur Andrea, mais sur NessLess. Il l'empoigna sévèrement par la peau du cou, en le tirant du canapé, entraînant un nouveau soupir de Matthew. Pauvre canapé.

Finalement, penaud, sortit le petit dernier, avec sa bouille d'ange, qui vint sagement s'asseoir aux pieds de Matthew, qui se baissa immédiatement pour le prendre dans ses bras, le couvrant de caresse.
Se rappelant de la présence d'Andrea, il s'avança jusqu'à lui, et lui fit un sourire désolé :

« Oups ? Je ne crois pas déjà t'avoir parlé d'eux ... Je te présente Simbad, le petit chou qui a peur des méchants inconnu, NessLess, le chien fou et incontrôlable, et Artemis, le maître, pour ainsi dire, de NessLess. A ses yeux, ce fichu Ness n'est qu'un mouton un peu trop agité, et il est, entre autre, le porte parole officiel de mes ordres. J'espère que ça ne te dérange pas que je ramène ces trois bestiaux ... Je les ait déjà laissé seuls une journée entière ... »

Matthew posa ses lèvres, en se penchant au dessus de Simbad, sur celles d'Andrea, en espérant que celui-ci ne lui en voudrait pas trop.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Avec un sourire, Andrea attendit que le léger détail lui fut révélé. En le voyant ouvrir une porte puis commencer à engueuler patiemment les chiens un par un, l'anglais éclata de rire. Pour un léger détail, il avait tout de même une sacrée importance ! Son rire enroba également les folles balades et les longues nuits qu'ils risquaient de passer si tous les chiens était assez intelligents pour s'entendre et décider de réclamer une balade nocturne.
Acceptant bien évidemment son baiser en gage d'excuse, il caressa du bout du doigt le museau du petit chien. S'il ne se trompait pas, c'était un border collie, qui allait finir tout aussi grand que les deux autres. Si Idylle resterait toujours une géante dans le groupe, le chien-loup allait vite trouver des adversaires à sa taille.

Pensant un instant presque sérieusement à démarrer un élevage de chiens, il se reprit lorsqu'une pensée encore plus incongrue lui traversa la tête. 5 chiens. Il allait leur falloir un jardin. Pour avoir un jardin, il leur faudrait acheter une maison.
L'idée simple de 5 chiens dans un appartement suffisait à lui faire miroiter l'avenir à chercher une petite maison avec Matthew. Ses proches ne l'auraient certainement pas reconnu, s'ils l'avaient vu à ce moment précis.
Mais l'amour faisait ce genre de choses. On parlait de lui souvent comme porteur de ravages après coup, mais Andrea crut pouvoir espérer, un instant loin de tout, que ça ne serait pas le cas avec Matthew. Que tout se passerait toujours pour le mieux. Qu'ils vivraient heureux jusqu'à la fin des temps, ou à défaut la fin de leurs jours.

Embrassant à nouveau son homme en essayant de ne pas écraser la boule de poils bicolore -mission réussie- Andrea se mît dans l'embrasure de la porte pour appeler les chiens, ayant rapidement retenu les deux noms. Leur faisait miroiter l'image d'une balade, les deux fous furieux partirent à travers l'escalier. Ce n'était pas forcément le maître qu'ils écoutaient, mais l'humain qu'ils comprenaient et qui leur proposait de sortir après tant d'heures d'enfermement.
Un franc sourire aux lèvres, Andrea continua à tenir la porte, la désignant d'un signe de tête pour inviter Matthew à partir. Il aurait bien voulu lui prendre son sac, mais il doutait de sa propre force, et visiblement le petit Simbad serait plus terrorisé qu'autre chose s'il faisait mine de le porter.
"" - Allez mon amour. Dis au revoir à ton chez-toi, et prepare-toi au pire pour avoir omis l'existence de tes chiens...
Ce fut un sourire tendre qu'il lui adressa, nullement fâché. Vu son grand éclat de rire précédent, sa terrible menace était tout ce qu'il y avait de moins crédible, mais c'était assez drôle de devoir penser à un moyen de vengeance doux et agréable pour chacun d'entre eux...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I something ? »
 
Home, I'm leaving. Sorry.


Evidemment, NessLess ne rata pas une occasion de se faire remarqué, et bondit dans les escaliers. Quelques instants plus tard, ses jappements résonnaient dans depuis le rez-de-chaussée, quand soudain, un couinement, puis ce fut le silence. Matthew balança son sac, pas si lourd que ça d'ailleurs, sur son épaule saine, et sortit de l'appartement presque vidé. Il ne lui resterait plus qu'à faire un dernier aller-retour pour récupérer les quelques outils et autres accessoires inutiles qui résidaient encore dans des cartons.
« Allez mon amour. Dis au revoir à ton chez-toi, et prepare-toi au pire pour avoir omis l'existence de tes chiens ... »
Un petit rire s'échappa de sa gorge, alors qu'il fermait la porte derrière lui sans un regret. Tout se déroulait si vite, et déjà, il allait vivre chez son amour. Il allait pouvoir l'aimer au jour le jour, sans craindre un départ. Partager les petits moments du quotidien qui deviendraient alors toujours et encore plus parfaits. Il avait hâte. Soudain, alors qu'il allait s'engager dans l'escalier, il se figea, avant de lancer un regard sérieux à Andrea.
« Si je vis chez toi, alors je te payes un loyer. Si non, je reste dans ce taudis jusqu'à la fin de mes jours. »
Evidemment, il savait parfaitement qu'Andrea ne pouvait pas refuser ça. Il n'avait pas le droit de lui enlever le peu qu'il restait de sa fierté. Il n'aimait pas avoir de compte à rendre.
Prenant sa main, il se mit à dévaler les escaliers à tout allure, avant de siffler. Immédiatement, Artemis fut à ses pieds, suivit d'un NessLess à la queue basse. Il venait de se faire gronder par le berger australien, à coup sûr. Une fois les deux chiens derrière eux, il raffermit sa prise sur le chiot et ouvrit la porte.
« Artémis, NessLess, assit. »
Déjà, les deux chiens qui patientaient dehors leur bondissait littéralement dessus pour les sentir. Artémis obéit, rapidement suivit d'un Ness' ayant compris la leçon. Bon, s'ils pouvaient éviter la guerre des clans pour le moment, ce serait déjà un bon point.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Lorsqu'il lui parla de loyer, Andrea émit un petit rire sans répondre pourtant. Ils avaient tout le temps de discuter de ce projet de jardin en temps et en heure... Et puis, le voir si rapidement emménager l'effrayait presque. La violence des sentiments qui gouvernaient ce choix l'étonnait lui-même, et il n'aurait jamais su dire pourquoi il acceptait ça si vite.
Peut-être que la vue du "taudis" dans lequel s'apprêtait à rentrer l'homme qu'il aimait l'avait plus bouleversé que ça.

Attrapant le bras de Matthew, l'anglais regarda avec appréhension la rencontre des chiens. Il espérait de tout son cœur qu'il n'y aurait aucun problème, avant de se souvenir qu'Idylle allait être la seule femelle. À la limite, les trois mâles risquaient de se battre à son sujet, mais il n'y avait aucune raison pour qu'elle ne les accepte pas.
Et, effectivement, il avait vu juste. La grande chienne blanche regarda placidement les deux nouveaux lui foncer littéralement dessus. Dédaignant rapidement Artemis, elle ne quitta pas des yeux Ness qui lui tournait autour. Allons bon. Il fallait qu'elle préfère le plus turbulent, forcément.
Gepetto, après avoir reniflé les deux nouveaux arrivants, vint s'asseoir aux pieds d'andrea, sans bouger. Lui, il s'en moquait, tant que personne ne faisait de mal à son maître.

Heureux de voir tout ceci bien se dérouler, Andrea siffla ses deux chiens pour leur montrer également la boule de poils. À sa grande surprise, ce fut une Idylle jappant doucement qui pris appui sur les jambes de Matthew pour se dresser et renifler le chiot, lui léchant la tête au passage. Riant devant cette espèce d'instinct maternel qui refaisait surface, Andrea coula un regard que n'importe qui aurait pu qualifier de très amoureux vers le blond resté à ses côtes.
"" - Tout s'est bien passé. On rentre à la maison mon amour ?

À la maison. Cela sous-entendait tellement de choses. Cela donnait un tout autre sens à leur histoire qui un instant aurait pu leur paraître futile et dérisoire.
Mais, désormais, Andrea pouvait annoncer à la terre entière que c'était du sérieux. Que Matthew n'était pas l'une des nombreuses conquêtes qu'il avait collectionné pendant ces 9 année de doute et de mélancolie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Gros titre. »
 
Sous titre.


La rencontre des chiens ne se passa pas mal du tout, et NessLess semblait vraiment heureux d'avoir un peu plus de compagnie qu'un chien strict et qu'un chiot discret. Matthew le siffla pour qu'il revienne, car il commençait à s'éloigner un peu trop, quand deux pattes s'appuyèrent sur ses jambes, et lécha le museau de Simbad. Poussant un jappement surpris, Matthew finit par le poser sur le sol pour qu'il gambade un peu. Bon, il l'avait porté jusque-là parce que le chiot, pas très filou, savait monter les escaliers, mais pas les descendre, et cet imbécile finit arrivait toujours à se casser la figure dès la première marche.
Lui grattouillant l'oreille, Matthew s'empara du bras d'Andrea avec un peu plus d'assurance, maintenant qu'il avait les mains libres. Il tourna les yeux vers le jeune homme pour getter ses sentiments, et tomba sur un regard si doux qu'il avait l'impression de fondre. Sans attendre une seconde, il posa tendrement ses lèvres sur celles d'Andrea, avant de le libérer quelques secondes plus tard.
« Tout s'est bien passé. On rentre à la maison mon amour ? »
Matthew ne put retenir un soupir attendri, puis lui glissa à l'oreille :
« Oui ... Rentrons. »
Il l'entraîna à sa suite dans un dédale de rues plus sordides les unes que les autres, alors qu'à l'horizon, le jour, qui précédait toujours le soleil, commençait à peine à pointer le bout de ses rayons. Les rues étaient ainsi éclairées d'une faible lueur qui transperçait la brume pour la rendre moins opaque, et quelques minutes plus tard, les deux amoureux se retrouvèrent avec les cinq chiens devant la porte de chez Andrea ... et Matthew.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Matthew "Matt" Williams
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie
» DAMIEN J. Bradford ► Matthew Bellamy ►Montre moi ton mouchoir, je te dirais qui tu es (si j'ai envie :o)
» Carnet d'adresses d'Andrea Parker




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: