Météo Aberdeen


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Oui, décidément, Andrea allait finir drogué par tous ces baisers. Et ce n'était pas Matthew qui faisait mine de l'aider en prenant de plus en plus d'assurance et en l'embrassant finalement toujours plus. C'est donc particulièrement heureux, un sourire pantois sur les lèvres, qu'il se laissa guider jusqu'à chez lui. Jusqu'à chez eux.

Déverrouillant la porte, il balança les clés sur le meuble de l'entrée, alors que ses deux chiens rentraient sagement se coucher dans leurs paniers respectifs. Le petit chiot refusa de s'éloigner de Matthew, et Andrea le poussa tout doucement vers le panier d'Idylle, qui lui fit rapidement une petite place.
Les deux autres découvrirent les environs, et les deux hommes les laissèrent faire, du moment qu'ils n'entendaient pas de bruit de meuble cassé ou renversé.

Tirant doucement la main de Matthew, Andrea l'entraîna sur le canapé. S'asseyant à côté de lui, il se pelotonna un instant contre le corps chaud de son chéri avant de se souvenir d'un léger détail.
"" - Il me semble que je devais te punir d'avoir omis un détail...

Se redressant brusquement, il vint de placer à califourchon sur les genoux de Matthew, savourant pour la première fois le fait d'être plus grand que lui. Posant sa main juste à l'endroit ou la chemise laissait apparaître le haut de son torse, Andrea joua avec les poils blonds avant de venir embrasser langoureusement les lèvres qui lui étaient offertes.
Revenant mordiller le lobe de l'oreille, il trouva finalement l'intitulé de sa "punition".
"" - Pas le droit de toucher jusqu'à ce que je te dise oui.

Avec un sourire presque carnassier, Andrea attendit sa réponse, voulant être certain que les règles du jeu ne le dérangeraient pas et seraient respectées...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I something ? »
 
Toute punition revêt de la méchanceté ... Surtout la tienne.


Matthew entra à la suite d'Andrea, en admirant toujours autant l'habilité de celui-ci avec ses clés. Il se promit de s'entraîner, pour arriver au même résultat. Il posa son sac près de la porte, en jetant un regard soucieux aux chiens. Ils semblaient déjà s'aventurer dans les lieux, alors que Simbad s'était couché avec Idylle.
Andrea l'entraîna vers le canapé, où il le laissa s'asseoir près de lui, et le jeune homme se blottit dans ses bras un instant.
« Il me semble que je devais te punir d'avoir omis un détail ... »
Sa fameuse punition. Andrea se redressa d'un coup, en s'asseyant à califourchon sur ses jambes. Matthew, haussant un sourcil, se laissa faire lorsque le jeune homme, soudainement plus grand que lui, joua avec son torse, avant de l'embrasser.
« Pas le droit de toucher jusqu'à ce que je te dise oui. »
Matthew fronça les sourcils, un seconde, avant de croiser ses bras sur son torse d'un air provocateur. Il allait lui prouver qu'il en était capable, malgré la difficulté de l'épreuve. Il ne craquerait pas. C'était une torture comme une autre, au fond, mais celle-ci risquait d'être corsée.
« Très bien, mais ne viens pas te plaindre. Et ne t'attend pas à me voir craquer. »
Codage by TAC


[Désolée si c'est court ...]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea lui offrit un petit sourire mutin lorsqu'il accepta le défi. Allons bon. Même s'il était un militaire, il ne pourrait pas tenir longtemps. Ou, tout du moins, l'anglais se fit la promesse de réussir à lui montrer ses propres limites.
Détachant les bras croisés de Matthew pour les laisser sur le côté et effaçant d'un baiser le front plissé d'un homme aux traits devenus plus durs pour lui montrer sa détermination, Andrea s'attela à la tâche séduisante de lui faire perdre pieds.

Déboutonnant sa chemise lentement, galérant parfois avec certains boutons, le brun commença à embrasser chaque centimètre carré de peau découverte à chaque nouveau bouton. Une fois la chemise totalement défaite, il admira un instant les abdos en béton qui s'étalaient à sa portée, avant de les caresser du bout des doigts.
À mesure que ses caresses se faisaient plus appuyées, il remonta vers le visage de Matthew pour l'embrasser longuement, plus sauvagement qu'autre chose, comme il l'avait fait ce matin.

Il sentit petit à petit son pantalon se tendre à l'endroit délicat du bas ventre à mesure qu'il continuait ses caresses, et il détacha ses lèvres de celles de Matthew pour bouger un tout petit peu et essayer de se retrouver plus à l'aise.
C'est à ce moment la qu'il se souvint du fait qu'il était précisément assis sur l'homme qui lui provoquait cette réaction, et que ce dernier n'avait pas pu manquer cette embarrassante situation.

Devenant brusquement rouge pivoine, Andrea baissa la tête et cacha son visage dans le cou de Matthew. Jamais il n'avait eu aussi honte de sa propre personne. Cet événement ne pouvait que douloureusement lui rappeler à quel point il aimait cet homme de toute son âme. Mais également à quel point il le désirait passionnément.
Il avait honte. Il aurait voulu se cacher, disparaître de la vue de Matthew. Cet homme doux et délicat ne le méritait pas. Pas le moins du monde, puisqu'il n'arrivait même pas à respecter sa première des volonté, à savoir aller doucement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
I won't let you be scared.


Andrea s'attela corps et âme à le faire perdre pied, tandis que Matthew se forçait à rester maître de ses émotions. Il commençait, certes, à sentir son propre sang bouillonner dans ses veines, avec l'incroyable envie de répondre à ses baisers et à ses caresses. Il résista au besoin de l'aider à déboutonner sa propre chemise quand il se rendit compte que le jeune homme galérait avec certains. A mesure que ses baisers se faisaient plus fougueux encore que la matinée, la température corporelle d'Andrea gagnait en degrés. Toujours muet et immobile, Matthew se laissa faire, jusqu'à ce qu'il comprit, ou plutôt sentit. Ses yeux n'eurent même pas le temps de s'écarquiller qu'Andrea se précipita dans ses bras, à la limite des sanglots.
Bon sang, Matthew était d'un naïf qui le consternait lui même. La phrase de la veille, les baisers du matin, tout devint plus clair. Et lui qui n'y avait même pas pensé. Ca ne lui avait jamais frôlé l'esprit, mais à présent, il jetait sur sa relation avec Andrea un nouveau regard qui le terrifiait plus encore. Il n'était pas sûr d'avoir réellement envie que ce qu'il devait se passer se passa un jour. Naïf.

Prenant soudain conscience d'une nouvelle version de sa vie future, il emprisonna Andrea dans ses bras. Il ne le laisserait pas s'enfuir. Il avait trop besoin de lui. Serrant le corps frêle contre son torse désormais à nu, il se blottit contre l'épaule de celui-ci. Non, il ne lui en voulait pas. Oui, il l'aimait toujours. Mais le besoin de tendresse et de douceur qu'il ressentait ne permettait pas ce genre de relation. Il avait peur, il était terrifié. Et terriblement amoureux. Mais il ne fuirait pas, et affronterait les obstacles.
Reculant son torse de celui d'Andrea, il lui saisit le menton pour affronter son regard. Il fut une fois de plus attendrit par l'incroyable tristesse qui habitait les traits du jeune homme. Posant avec la plus grande des douceurs ses lèvres contre les siennes, il mêla son souffle au sien, dans un union tendre et savoureux. Il écarta son visage, en caressant du pouce les joues du brun, avant de prendre une voix naturellement rassurante :

« Je crois bien que j'ai perdu ... »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea ne le méritait pas. Alors qu'il sentit les bras de Matthew l'entourer, il sentit malgré lui les larmes monter. C'était une trahison, ce qu'il venait de faire. Il avait abusé outrageusement de la confiance du militaire, et bien qu'il avait essayé de résister jusqu'au bout, c'était finalement son corps qui révélait la douloureuse supercherie.
Lorsque Matthew l'embrassa avec tendresse, ce fut de trop. Bravant la plus si fidèle barrière de ses paupières, il sentit distinctement une larme rouler, et venir s'écraser sur la main qui caressait si agréablement son visage.

Il avait honte, et détestait plus que tout ce nouveau sentiment. Souriant tristement à la remarque de son homme, il repartit de plus belle blottir son visage dans le cou. Il sentait palpiter sa veine tout contre sa joue, et petit à petit sa respiration se calma et son rythme cardiaque cessa de s'emballer au moindre mouvement. S'adaptant au tempo toujours égal du cœur du militaire, Andrea brida sa sensibilité de fillette pour se promettre que la précédente larme serait la seule.

Il se passa au moins une bonne minute avant qu'il ne réussisse à embrasser doucement le cou dans lequel il avait déjà trouvé refuge tant de fois. Restant calme, reprenant petit à petit les marques qu'il avait si rapidement perdues, il remonta pour poser doucement ses lèvres sur celles de Matthew. Avec un sourire, il colla son nez à celui du fier visage qui lui faisait face, gardant une distance d'à peine quelques centimètres entre leurs bouches.
Il le regarda dans les yeux, et espéra que Matthew pouvait le voir sourire. Se forçant à conserver cette minuscule distance, résistant à l'envie de l'embrasser encore de peur de refaire une bêtise, il répondit à sa précédent boutade.
"" - Le jeu était injuste dès le début. Tu savais que je ne pourrais pas t'en vouloir lorsque tu briserais les règles...

Comment décemment lui en vouloir ? Comment lui en vouloir de l'embrasser si tendrement ? De le rassurer si pleinement ? De lui offrir une confiance si aveugle ? Un amour si puissant ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Gros titre. »
 
Sous titre.


Matthew sentit monter la pression en Andrea, qui versa une larme douloureuse. Du bout des doigts, l'homme essuya la perle, avant d'embrasser à nouveau son amour. Il ne voulait pas qu'il souffre. Il se sentait coupable. Terriblement coupable. Il était faible, et sa peur futile faisait souffrir Andrea. Il était minable. A bientôt trente-quatre ans, il découvrait la vie si lentement, qu'il faisait du mal à ceux qui l'entourait. Miséreux.
Laissant le brun se réfugier dans son cou, il resserra un peu plus son étreinte, laissant sa tête reposer sur l'épaule du jeune homme, sans un mot. Le silence était la meilleur manière de tout se dire. Ecouter les battements du coeur d'Andrea lui apprit beaucoup de chose. Sa tension, sa peur, sa honte, sans doute. Il déposa un petit baiser dans son cou, juste avant que le jeune homme face de même. Quand ses lèvres se posèrent sur celles d'Andrea, il se sentait mal vis à vis de lui. Il lui fit tout de même un petit sourire triste. Il n'avait pas le droit de craquer.
« Le jeu était injuste dès le début. Tu savais que je ne pourrais pas t'en vouloir lorsque tu briserais les règles ... »
Matthew embrassa tendrement Andrea, dans un dernière tentative de se rassurer, puis cette fois, ce fut lui qui se réfugia dans le cou du jeune homme. Il était bouleversé. Il ne savait plus ce qu'il devait faire.
« Je suis désolé ... »
La phrase était sortie toute seule. Malgré le fait qu'il l'était profondément, il n'avait pas voulu lui dévoiler. Il devait se montrer fort, pour lui, pour eux. Au lieu de quoi, il n'était qu'une mauviette bouleversée qui se réfugiait loin des problèmes. Il se faisait pitié. Il resta un long moment réfugié dans son cou. Plusieurs minutes sans doute. Il ne bougea pas d'un poil et finit par se laisser tomber sur le côté, emportant avec lui Andrea. Les deux se retrouvèrent couchés en travers du canapé, les pieds dépassant largement de l'accoudoir, Matthew au bord du précipice, Andrea contre le dossier. L'ex-militaire, qui n'avait pas desserré ses traits, se réfugia contre l'épaule du brun, en s'emparant de la main de celui-ci qu'il serra fort dans la sienne. Il était bien, ainsi installé, et finit par passer son bras gauche, celui qui ne tenait pas la main d'Andrea, autour de la taille de celui-ci pour éviter de se casser la figure. Ainsi lové, il pouvait écouter les battements du coeur de son amour, sans n'avoir besoin de bouger. Il était bien, et finalement, il se détendit peu à peu.

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Lorsque Matthew s'excusa, Andrea sentit malgré lui les larmes revenir. Non, il n'avait pas à s'excuser. Hier encore, il découvrait les plaisirs des baisers d'un autre. Hier soir, il s'endormait certainement pour la première fois à côté de quelqu'un qu'il aimait. A côté d'un quelqu'un qui ne se lassait pas de ses baisers, ni de ses caresses.
Et il s'excusait. Il s'excusait de vouloir aller doucement, de vouloir découvrir petit à petit. Lui qui se sentait déjà coupable, Andrea ne pouvait pas l'être plus. Grognant en guise de réponse , il lâcha un petit cri de stupeur lorsque Matthew les renversa tous les deux sur le canapé.

Il lui sembla que tout s'envolait, à mesure que ce dernier prenait sa main et passait son bras sous lui pour éviter de tomber. Se collant au dossier du canapé, Andrea l'invita par la présente à se rapprocher. Il respira son odeur, collé à son torse nu, mis en valeur par le blanc de la chemise. Gardant toujours la main du militaire dans la sienne, il vint la poser dans le dos de ce dernier pour le coller davantage à lui.
Embrassant délicatement le front de Matthew qui se cachait à son tour dans son cou, l'anglais tenta de le rassurer. Il n'avait pas à s'en vouloir.
"" - Je t'interdis de t'en vouloir. Ne crois pas à un instant que je tenterais d'aller plus vite que ne souhaites aller. Tu as le droit de profiter de tout ce que tu veux, mon amour...

Voyant sa tête se redresser et ses yeux bleus le regarder intensément, il ne parvint pas à soutenir son regard, et se pencha pour l'embrasser, conservant une pression sur son dos pour éviter qu'il ne tombe du canapé.
Craignant tout de même de le faire tomber, il manœuvra rapidement pour venir s'allonger sur lui. Il en profita pour redécouvrir son visage, sa bouche, l'embrassant lentement et langoureusement. Avec un sourire, il continua cependant à l'embrasser, ramenant leurs deux mains jointes sur le cœur de Matthew, écoutant à l'unisson les battements de ce dernier.
"" - Tu me sembles plus à l'aise sur un canapé... C'est ça que tu voulais me dire hier quand tu tremblais dans le lit ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I Something ? »
 
I'd rather die than watch you givin in.


Matthew se laissa aller contre Andrea, en tentant vainement de se vider l'esprit. Trop de questions trottaient dans sa tête, sans qu'il ne réussisse à en trouver les réponses. Les deux corps étaient unis par l'étroitesse du canapé, tout comme leur amour, leur chaleur et leur souffle. Quand Andrea l'obligea à relever la tête, il grogna d'insatisfaction, mais se laissa faire tout de même. Evidemment, il se fit engueuler pour s'être excusé, mais, au fond, cela ne faisait qu'empirer le malaise qu'il ressentait au fond de lui-même. Toutefois, le changement de situation au cours duquel Andrea passa au dessus de lui, l'empli d'une joie incertaine. Il se sentait définitivement heureux en compagnie de cet homme. Il l'aimait.
Quand le jeune homme fit allusion à la nuit de la veille, le regard de son compagnon se ralluma, et un petit sourire s'afficha sur son visage. Il n'arrivait pas à se sortir de la tête l'image d'un Andrea endormi, les paupières closes, dans une expression d'infinie sérénité. Il haussa les épaules, car hier, grâce à lui, il avait aussi découvert qu'un lit n'était pas si monstrueux que ça, malgré sa préférence persistante pour ses amis les canapés.
Matthew resta ainsi, les yeux plongés dans ceux, d'un bleu parfait, d'Andrea, passant de temps à autre sa main dans ses cheveux. Il était tellement mignon. Mais enfin, rester ainsi allonger, ce n'était vraiment pas son truc. Il détestait ne rien faire. Certes, c'était foutrement agréable de rester ainsi allonger. Mais Matthew préférait allier l'agréable à l'utile. Autrement dit, faire quelque chose avec Andrea.

Souriant, Matthew souleva sa nuque pour poser ses lèvres sur celles de son amour. Il força sur ses abdos et se releva à moitié, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent tous les deux assis dans la situation initiale, Andrea à califourchon sur ses genoux.

« On fait quoi aujourd'hui ? »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Les silences étaient des mots, de longues phrases qui, si elles n'étaient pas audibles, étaient plus que compréhensibles pour les deux hommes. Restant les yeux dans les yeux, Andrea se permit de les fermer lorsque Matthew les redressa à la seule force de ces fameux abdos qui lui avaient fait perdre pied quelques minutes auparavant.
Profitant encore de sa supériorité passagère, Andrea réfléchit à la question de Matthew. Se tournicotant sur ses genoux pour regarder la télévision derrière lui affichait l'heure, il vit un beau 7h 04 s'afficher. Dans 56 minutes très précisément, il devrait se trouver devant le box de Darkos pour continuer le débourrage du petit poulain. Le voilà leur programme. Il allait l'emmener au travail.

Affichant le sourire fier de celui qui venait de remporter une petite victoire, il embrassa doucement Matthew avant de lui répondre.
"" - Je dois avoir rejoint un client à l'écurie dans moins d'une heure... Alors aujourd'hui je t'emmène travailler.

Pourtant, il ne fit pas mine de descendre, reboutonnant avec art -et moins de difficultés que tout à l'heure- la chemise de son homme. Il avait l'impression d'être dans le rôle de la femme d'un mauvais film romantique, à habiller son mari et à lui choisir la cravate. Avec une pensée amère, il se souvint que, la plupart du temps, par soucis de scénario à l'eau de rose, le fameux mari partait passer la nuit chez une autre femme.
Quoique là, normalement, il ne retrouverait pas Matthew chez sa voisine.

L'embrassant une dernière fois avant de se lever, il provoqua un mouvement de masse dans le clan de chiens. Il aurait bien voulu lui tendre la main pour l'aider à se relever, mais il savait que le militaire s'en sortirait beaucoup mieux tout seul. Il n'était guère qu'une difficulté supplémentaire, dans ce genre de cas là. Première étape : se relever. Deuxième étape : ne pas faire tomber un Andrea plus ou moins en sucre.
Avec un autre sourire, Andrea tenta de le décider encore plus en lui faisant miroiter une autre activité.
"" - Et je t'emmènerais voir la mer à cheval.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
Act to act.


Matthew sentit bien au sourire qu'il lui adressa qu'Andrea avait une idée derrière la tête. Attendant bien sagement qu'il la lui révèle, il se laissa paisiblement embraser. Il ne se lassait jamais de ses baisers.
« Je dois avoir rejoint un client à l'écurie dans moins d'une heure... Alors aujourd'hui je t'emmène travailler. »
Un grand sourire s'éveilla sur le visage du militaire, joyeux de pouvoir participer au quotidien de son amour. Il allait partager sa vie jour après jour, pourtant, pour Matthew, leur avenir était plutôt flou. En fait, il savait le parcours d'un couple "normal" mais doutait qu'il s'appliqua à lui. La rencontre était toujours suivie de la maison, du mariage puis des enfants. Or, à part peut-être l'achat d'une maison commune, Matthew ne se voyait ni marié, ni entouré d'enfants. Non pas qu'il n'en voulait pas, mais ça ne lui correspondait pas. Il ne pouvait s'imaginer ainsi. En fait, il avait du mal à s'imaginer dans un avenir, proche ou non. Il était juste con, sans doute.

Andrea reboutonna sa chemise moins rapidement qu'il l'avait déboutonnée, et Matthew se laissa faire en le fixant avec un sourire presque niais. Il était comblé de bonheur de partager sa vie avec un homme si attentif et aimant.
« Et je t'emmènerais voir la mer à cheval. »
Se relevant avec Andrea, Matt' s'aventura dans la cuisine en sortant autant de bols que de ses chiens. Evidemment, il n'avait pas prit les gamelles. Il remplit donc les bols d'eau et les posèrent sur une serpillière dans la cuisine. Aujourd'hui, Matthew avait envie d'être tranquille, et il ne prendrait donc pas ses chiens. Mais ce soir, il leur promit à tous un jogging qui leur feraient regretter de ne pas être rester à l'intérieur bien au chaud.
Heureux, il ne prit même pas sa veste, préférant rester en chemise. Il savait qu'il allait avoir chaud, de toute manière. La journée risquait d'être bien plus ensoleillée que la veille.
« Et bien, allons-y ! »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea le regarda remplir de l'eau pour ses trois chiens. Comprenant qu'il comptait les laisser ici, il pensa un instant à faire de même avec Idylle et Gepetto. Cependant, son chien-loup lui était indispensable dès qu'il souhaitait faire n'importe quoi. Il savait lui ouvrir les portes lorsqu'il avait les bras chargés, le défendre contre certains chevaux pas tous bien intentionnés... Son chien, plus qu'un animal de compagnie, était devenu un ami, et une aide précieuse. Par conséquent, hors de question de laisser la belle Samoyède enfermée à la maison. Elle ne tiendrait pas la journée sans commencer à manger le canapé.

Andrea se dirigea vers la porte, se retrouvant bientôt avec 5 chiens aux yeux humides qui le regardaient avec un air triste. Appelant les deux siens, il les fit asseoir à côté de la porte, repoussant doucement le petit Simbad qui semblait s'être attaché à la grande chienne blanche. Voyant revenir Matthew de la cuisine, il promena sa main pour désigner les trois chiens alignés devant lui, la tête haute et la langue pendante. Avec un petit rire et un sourire, il essaya de défendre leur cause.
"" - J'ai besoin de Gepetto avec mon bras... Tu es sûr de vouloir punir les tiens ?

Avec un sourire assez machiavélique, il refusa de lui accorder un baiser. Ses pauvres animaux risquaient de passer la journée enfermés après avoir vu leurs amis partir avec l'autre maître qui s'adressait à ses chiens en une langue qu'ils ne devaient certainement pas comprendre. Il y avait une sacrée injustice là-dedans.
Trouvant finalement une solution de secours, comprenant qu'il était compliqué de gérer un petit chiot et deux chiens turbulents dans une écurie remplie de chevaux peureux, Andrea fit sa proposition.
"" - A moins que tu promettes de ne pas me quitter d'une semelle et de m'aider toute la journée... Dans ce cas je pourrais laisser mes deux chiens pour éviter de provoquer un coup de folie chez les tiens...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« Am I someone ? »
 
Where you will be my brain, I will be your arms.


Andrea refusa son baiser en s'écartant vivement de lui, avant de lui offrir un sourire machiavélique. Cet homme était un monstre. Et Matthew l'aimait de plus en plus. Il le rendait furieux, mais d'une furie sans haine, d'une furie joyeuse. Il avait envie de sauter dans tous les sens pour avoir ce baiser qui venait de lui être refusé, comme un gamin de trois ans.
« J'ai besoin de Gepetto avec mon bras ... Tu es sûr de vouloir punir les tiens ? »
Son bras. Un détail que Matthew avait complètement oublié. C'était étrange, mais il ne s'était plus rappelé du handicap de son amour, sans doute parce que celui-ci se débrouillait parfaitement bien, même avec un seul bras. Il était vrai qu'il avait surement besoin de son chien pour l'aider dans certaines, tâches, et il ne pouvait pas lui en vouloir de vouloir l'emmener ... même s'il aurait préféré être seul avec lui. Alors qu'il s'approchait de nouveau d'Andrea pour tenter un nouveau baiser, celui-ci déclara :
« A moins que tu promettes de ne pas me quitter d'une semelle et de m'aider toute la journée ... Dans ce cas je pourrais laisser mes deux chiens pour éviter de provoquer un coup de folie chez les tiens ... »
Un grand sourire apparut sur le visage du jeune homme. Il captura les lèvres d'Andrea, en savourant ce tendre baiser, et sortit de la maison, en tenant la porte au brun.
« Voulez-vous bien me suivre, mon cher ? »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Il réussissait à esquiver ses baisers, s'amusant presque du regard pseudo-furieux qu'il s'attirait en retour. Même la plus simple des mesquineries passait comme une lettre à la poste, prouvant la parfaite entente entre eux deux.
Le laissant finalement l'embrasser -et ayant surtout très peu prévu son geste- il s'amusa de la soudaine manie de gentleman que lui présentait Matthew. Avec la chemise blanche, il ne lui aurait plus manqué que l'accent anglais pour parfaire l'action.

Ordonnant -avec plus ou moins de résultats- à ses chiens de rester à la maison, il referma rapidement la porte et la ferma à clé, entendant à peine les gémissements visiblement destinés à l'attendrir. Très peu convaincu, il logea sa main dans celle de son homme, résistant à l'envie de faire un pied de nez à l'enfant qui les montrait bruyamment du doigt au bout de la rue. Heureusement, connaissant le caractère plutôt... à sang chaud de Matthew, Andrea prit la direction opposée, éloignant toute raison de se plaindre.

Ils continueraient à avancer ensemble. A faire face aux regards coincés et à l'étroitesse d'esprit des gens. Ensemble.

FIN. Et ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps. What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Matthew "Matt" Williams
» Archibald L. Greywood [Matthew Gray Gubler]
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie
» DAMIEN J. Bradford ► Matthew Bellamy ►Montre moi ton mouchoir, je te dirais qui tu es (si j'ai envie :o)




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: