Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité
Depuis combien de temps Matthew n'avait-il pas couru ? Sans doute depuis la fin de son entrainement militaire. Après l'annonce de cette foutu photo, il avait décidé de se reprendre en main. Se remettre à l'exercice. C'est pour ça que ce jour là, armé d'un NessLess hyperactif comme à son habitude, il avait laissé Simbad en compagnie d'Andrea pour aller courir. C'était étrange le lien qui s'était développé entre le grand blond et le petit brun. La seule chose dont il était sûre, c'était qu'il l'aimait, même si sa fierté devait en prendre un coup. Peu importait qu'il soit un homme, Matthew le voyait comme une petite chose fragile dont il devait prendre soin.
Après être passé au centre commercial récupérer le harnais qu'il avait commencé, il retourna récupérer le jeune chien. Le pyrénéen l'attendait avec hâte, remuant la queue avec hargne. Matthew lui ouvrit la portière, et, étrangement sagement, le chien se coucha au pied du siège passager. Son maître lui accorda une caresse satisfaite, et grimpa au volant de sa voiture. Il sortit de l'écurie cahotante, et se dirigea vers le Bassin, avec la ferme intention de faire un bon jogging. Bon, il s'était aussi mit en short de bain, au cas où Monsieur Ness ait envie de se baigner.

Quand la voiture fut garée sur le parking du bassin, Ness jappa pour sortir, mais Matthew ne le laissa pas faire immédiatement. Il descendit de son côté, et ouvrit la portière passager, mais attrapa le chien au vol, en lui enfilant sans qu'il n'ait eu le temps de comprendre le harnais que Matthew lui avait acheté. Il accrocha aussitôt le chien à lui-même grâce à une espèce de longe plate fixée à sa ceinture. Ainsi encordé au chien, il avait les mains libres, et, après avoir fermé la voiture et en avoir glissé les clés dans son sac à dos, il enleva son t-shirt ainsi que ses chaussures et chaussettes, et sortit son Ipod et ses écouteurs. Il les glissa dans ses oreilles, referma le sac en engueulant le chien qui tirait de toutes ses forces pour y aller, sans parvenir à faire bouger l'homme.

Ils purent enfin partir à un rythme plutôt soutenu, bien qu'il n'épuisa pas vraiment Matthew. Ils couraient les pieds dans l'eau, le chien à la hauteur du maître, s'autorisant parfois quelques sauts de moutons joyeux. Au bout d'une vingtaine de minutes, Matthew s'arrêta, caressa le chien, ouvrit son sac et bu un coup à la bouteille d'eau fraiche, et remplit un verre, qu'il tendit au chien que le bu en entier, à grand coup de langue. Après avoir remit le verre et la bouteille dans le sac, ils repartirent pour 1h30 à un rythme calme, les pieds dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Aujourd’hui, le soleil avait guidé mes pas pour que je sorte de mon chez moi. Que je quitte les bras de ma dulcinée, que je sorte de mon petit cocon dans mon lit et que je prenne Chrystofer pour faire une ballade. Nous nous étions dirigés ensemble vers le bassin pour y faire notre promenade habituel. J’avais laissé In Love à la maison, elle était encore trop petite pour faire de longue ballade et Chrystofer avait besoin de se défouler grandement. Je le voyais courant dans tous les sens en tournoyant autour de moi et puis repartir encore plus loin et puis revenir en me poussant. Sa force était telle qu’il risquait à chaque fois de me faire basculer et je devais à chaque fois le calmer. C’était un bon chien, mais qui ne faisait pas attention à ce qu’il faisait.

Je croisais des chevaux avec leur cavalier qui me saluaient poliment à leur passage, des gens promenant leur chien aussi et des amoureux marchant main dans la main. C’était vraiment un endroit agréable et l’air était frais et doux, c’était l’endroit idéal pour se ressourcer un peu. Bien qu’être près de ma colombe me fait le plus grand bien, mes nuits n’étaient pas calmes du tout. J’avais comme des flashback de la guerre qui revenaient sans cesse chaque nuit m’empêchant de passer une nuit calme. J’étais habitué à dormir peu, donc mes heures de sommeil n’affectait pas ma journée où j’étais toujours aussi motivé. M’occuper de mon fils, embrasser ma belle, soigner mes chiens et travailler Amadeus et Héra. J’avais de quoi faire pendant la journée pour ne plus y penser.

Ce moment de réflexion me fit penser à un ami que je n’avais plus vu depuis qu’on était revenu ici et bizarrement ma jambe me fit mal. Comme si j’avais encore la balle dans celle-ci, mais je compris vite ce réveil de souvenir. Si je vous disais que cet ami, Matthew, était justement devant moi entrain de courir avec son chien dans ma direction. M’avait-il vu ? S’arrêterait-il ou passerait-il comme un mal propre devant moi parce que Monsieur est trop concentré dans sa course. Si cela devait être le cas, j’avais un moyen de dissuasion. Chrystofer foncerait sur son chien qui devrait le sortir de sa concentration et à ce moment là, il serait obligé de me voir. J’avais hâte de connaître la réponse à ma question : allait-il me voir ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew courait depuis bien 45 minutes, et son corps commençait à bouillonner. L'année qu'il avait passé sans faire de sport avait bientôt finit de faire de lui une statue de plomb, et cette course le dérouilla un peu. NessLess commençait à fatiguer, et sa langue pendante témoignait de sa soif. Bon, ils courraient encore cinq minutes, et après ils feraient une pause.
Alors qu'il relevait la tête, en murmurant des encouragements à son pyrénéen, il faillit s'exploser la figure la tête la première dans le sable, tant il fut surpris. A quelques centaines de mètres de lui, sa silhouette se détachant sur la plage, Miguel le fixait avec un grand sourire. Il n'avait pas changé le moins du monde.
Fou de joie, Matthew tira un léger coup sur la laisse, et se mit à sprinter sur les cent derniers mètres. Il ralentit à l'approche de son ancien coéquipier, tout en détachant habilement l'attache qui le reliait au chien pour enrouler la laisse autour de son bras : en effet, le militaire avait à ses côtés un chien assez imposant, qui le fixait, langue pendante.

- Hé, Mig', ça fait un bail !

Un grand sourire apparut sur son visage alors qu'il s'arrêtait, en reprenant rapidement son souffle. L'homme devant lui était un peu comme son meilleur ami, bien que, à l'armée, ce terme n'ai absolument aucun sens si on part du principe que tout le monde peut se faire tuer n'importe quand. En fait, c'était pour lui que Matthew a du arrêter sa carrière, mais au moins a-t-il réussi à continuer la sienne !

- Alors, il parait que ta jambe s'est remise et qu'ils t'ont même gardé dans les rangs ! Je te félicite !

Malgré son grand sourire affiché, la plaie de son coeur qui concernait son départ de l'armée était encore ouverte, et de croiser Miguel lui rappela que lui n'avait plus rien à faire pour eux, que c'en était fini des coéquipiers, qu'il était destiné à réchauffer de ses fesses le bancs des remplaçants.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Je regardais mon vieil ami courir avec son chien. Chrys était venu à mes pieds et je le retenais quand même pour pas qu’il aille perturber leur course. Enfin sauf s’il me niait totalement, là je lâcherais le fauve. Celui-ci me vit et en fit même surpris. J’aurais apprécié qu’il tombe, ça m’aurait permis de bien rire sur sa tête. Celui-ci ne fit rien de cela mais accéléra la cadence pour rapidement se trouver face à moi. Vu cela, il semblait ravi de me voir et j’espérais bien. On dirait qu’il n’avait plus couru depuis les entrainements à l’armée, il était essoufflé comme s’il avait couru la journée, ce qui ne devait pas être le cas vu le compagnon de jogging qu’il avait. Enfin bien que cela pouvait être possible, mais on était revenu il y a peu pour qu’il puisse entrainer aussi vite son chien à une aussi longue course.

Chrystofer était tout excité, il pensait qu’à jouer avec l’autre chien, mais il ne pouvait pas. Je lui ordonnais de rester assis et de ne pas bouger. Je pense qu’une discussion avec mon vieil ami s’imposait et la suite me vola un sourire. Il n’était donc pas au courant de la suite après qu’on se soit séparé ;

- Gardé dans les rangs, c’est vite dit. Je suis recalé, mon vieux. L’armée, pour moi, c’est fini !

Disais-je assez ravi en fait de ne plus devoir y aller. Certes, avant, j’aurais tout fait pour y retourner, mais maintenant, ce n’était plus le cas. Cette embuscade m’a fait remarquer que tout pouvait se passer tellement vite là bas et je ne serais pas là s’il ne m’avait pas sauvé.

- Et cela me convient. Trop longtemps, j’ai mis de côté ma famille pour l’armée. Je compte bien rester auprès de ma femme et de mon fils que je n’ai pas pu voir grandir jusque maintenant.

Je ne regrettais pas les moments passés à l’armée, j’avais fait la connaissance de gens super et inoubliable, mais parfois, on a des choix à faire et des choses à faire. Ici, je devais m’occuper de ma famille et rester auprès de ma femme.

- Et toi, qu’est ce que tu deviens, depuis le temps ? Ton bras s’est remis ?

Je savais que son bras ne serait totalement jamais guéri, mais peut-être se portait-il mieux quand même. Cela devait être supportable comme l’était ma jambe. Le revoir me fit comme remonter dans le temps, au moment dans les tentes ou sur les routes ensemble. C’était de bon vieux moment que je n’oublierai pas, mais que je ne souhaitait néanmoins pas revivre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Miguel, viré des rangs ? Matthew en resta bouche bée. Il était vrai que sa plaie à la jambe l'avait bien amoché, mais de là à le virer ? Une moue désolée s'afficha sur son visage, mais s'éclipsa bientôt en repensant à Anastasia et à Enzo. Un brave petit bonhomme, celui-là. Il arrivait à maintenir sa mère hors de l'eau, avec ses sourires gentils et son positivisme poussé à l'extrême. Si naïf, mais tellement mignon.

- Ca lui fait quel âge au p'tit ? 8 ans ?

Un grand sourire illumina son visage à l'idée de voir Miguel jouer avec une petite chose fragile. Il risquait de le casser bien vite !
Quand son coéquipier lui posa la question, il ricana intérieurement. C'était donc pour ça qu'il n'avait pas eut la réaction à laquelle Matthew s'était attendu. Evidemment, à l'armée, les moments réseaux sociaux ça court pas les rues. Trop de secret défense et d'anonymat pour avoir une vie "publique". Tant mieux. Au moins, cela lui épargnerait cette fois-ci des railleries insurmontables qui se serait de toute manière finie en castagne.

- Il s'en est bien remis, j'ai même réussi à éviter l'amputation.

Il rit ironiquement, sachant parfaitement qu'il n'était pas passé loin de perdre son bras. Les médecins militaires avaient jugé la plaie "trop complexe pour être soignée". Heureusement qu'un jeune chirurgien téméraire avait quand même voulu tenter l'expérience, sinon, il n'en serait pas là. Soupirant, il reprit :

- Je devrais m'estimer heureux, mais bon ... Hôpital tous les mois, et normalement je n'ai aucun droit de monter à cheval sans la permission d'un de leur "spécialiste" à deux balles. Qu'ils aillent se faire foutre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
C'étaient mes deux raisons de vivre, mon but pour avancer dans la vie et ce qui me donnait l'envie de me battre. Je ferais tout pour eux, tout ce qui sera nécessaire pour leur bien-être. Et dire que j'avais raté beaucoup d'anniversaire de mon petit bonhomme, mais j'ai fait ce que je devais faire.

- 7ans qu'il a mon garnement. ça grandi tellement vite, j'ai du mal à me rendre compte qu'il soit si grand. C'est peut-être parce que je l'ai pas vu grandir comme sa mère.

Mon seul regret de l'armée, c'était sûrement ça. Le fait de ne pas avoir vu grandir mon fils, :mais j'avais fait un choix et je devais l'assumer. La vie n'était pas un long fleuve tranquille, les choix qu'on prenait avaient toujours des conséquences par la suite. Éviter l'amputation, J'étais encore au courant de tout on dirait. Enfin, je voulais dire, au courant de rien. Je me renseignais pas souvent et pourtant, c'était cet homme qui m'avait sauvé la vie. Fallait que je me rattrape sur ce point car, s'il meurt, je le saurais que dans vingt ans si ça continue. Les médecins disaient toujours des choses pour notre "bien", mais sans savoir ce qui était bien pour nous. Comme moi, je devrais être en béquille pour alléger le poids sur ma jambe, mais trop compliqué pour moi, je préfère marcher sans.

- Content de te savoir en un seul morceau alors. Et sinon, dis moi tout depuis la dernière fois qu'on s'est vu. Cheval ? Copine ? Métier ? Avenir ?....je veux tout savoir.

J'avais envie de savoir ce qu'il comptait faire plus tard et si j'aurais le plaisir de le recroiser. Chrystofer s'était couché sur le sable, il avait compris qu'il pourrait pas jouer avec l'autre chien, alors autant se reposer pendant qu'on parlait ensemble.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew sourit à la réflexion de Miguel. C'est vrai que depuis toutes ces années, il avait toujours été un peu admiratif envers la capacité de son coéquipier à être un bon mari et père, et cela, malgré la distance. Il soupira, en fixant NessLess qui se débattait sauvagement au bout de sa laisse pour se libérer. Quand il croisa le regard noir de son maître, il se calma immédiatement, et celui-ci en profita pour s'accroupir, et sortir le verre d'eau du chien. Il le remplit vivement, en le planta dans le sable pour laisser le chien boire en paix.
A la question de Miguel, Matthew se releva, un sourire presque "habituel" sur ses lèvres. Il devait faire attention à ce qu'il allait dire, mais ne pas mentir non plus. Ne pas se frustrer, ne pas se tendre. Rester naturel ne suffisait pas. Il devait rester naturellement naturel. Tout un art, auquel, il devait se l'avouer, il excellait.

- Côté cheval, je suis en charge d'une mustang super cool, et franchement, ça me fait du bien de pouvoir reposer un peu mon épaule. Bon, après, côté copine, tu sais bien que c'est pas mon point fort ! Je préfère rester loin de tant de responsabilité. Métier, bah, c'est le point mort. Merci qui ? Merci l'armée qui refuse que je monte à cheval sans son con de spécialiste. Or mon CV est très peu chargé, car ces connards refusent de me recommander, en se justifiant comme quoi "les activités qui se déroulent à l'intérieur du système militaire, même celles ayant nécessité des formations spécifiques, sont considérées comme protégées par le secret professionnel." Et du point de vue avenir, bah ça tourne aussi au ralentit ... En espérant que les compensations financières du ministère suffisent à me garder encore au chaud pendant quelques années. Je n'ai pas hâte de me geler les fesses dans un carton sous un pont, crois moi.

Il afficha une mine dégoûtée, avant de se gratter la tempe d'un air désolé. Sa situation était vraiment tendue au niveau financier, il devait se l'avouer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Il avait vraiment pas de chance niveau métier. C'est vrai que sur certains point, l'armée était vache. Mais, niveau copine, cela m'étonnait qu'il n'avait personne. Un beau mec comme lui devait les faire toute craqué à son passage. Il fallait remédier à cela.

- T'as ton cheval pour t'occuper, c'est déjà ça. Et sinon, si t'as besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur mon aide et je t'interdis de ne pas me demander quand il le faut.

Disais-je en posant ma main sur son épaule et en le montrant du doigt façon sévèrement. Mais revenons à notre mouton, je passais rapidement mon bras autour de son cou en me positionnant sur son côté pour regarder dans la même direction que lui.

- N'empêche, cela m'étonne que Matthew Fox soit seul. Si tu veux, on sortira en boite ou au bord de la plage pour matter quelques filles intéressantes pour toi. Je fais ça pour toi, mec. Tu mérites de connaître l'amour comme je le connais avec Anastasia, de pouvoir voir un petit matty courant vers toi quand il te voit revenir à la maison. ça, c'est le pied et rien ne peut te rendre aussi heureux qu'avoir une famille.

Je disais ça avec sincérité, car c'était ce que je pensais vraiment. Combien de fois la pensée de ma belle m'avait sauvé de ces rêves obscur que je faisais lors de nos sortis. Combien de fois la solitude ne m'aurait pas gagné si j’oubliais un seul instant que je n'avais pas des êtres chers qui m'attendaient.

- On va te trouver l'âme soeur, mon frère. Et tu verra, tu me remerciera pour mon aide. Bon, je peux pas te conseiller niveau drague car, on va dire, que de ce côté là cela vient tout seul, mais j'essayerai de t'aider niveau goût.

J'étais super content de le revoir et je comptais bien lui rendre la pareil. S'il était blessé à son épaule, c'était parce qu'il m'avait sauvé la vie, alors s'il avait besoin d'aide, je le lui offrirais avec plaisir. De toute façon, qu'est ce que Miguel Bustos ne pouvait pas accomplir pour ses amis. Niveau portefeuille, je n'avais pas à craindre une faillite de ce côté là, j'avais l'héritage de mes parents et encore, je n'avais pas tout. Niveau chevaux, j'étais moniteur donc j'avais une certaines connaissances dans ce domaine. Niveau famille, je partage pas ma femme et encore moins mon fils, mais je peux l'aider à trouver son âme soeur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew fronça les sourcils quand Miguel lui proposa son aide. Hors de question. S'il devait finir sous un pont, il y finirait, mais jamais il n'aurait de compte à rendre. Jamais. Bon, l'ex-militaire connaissait son ami depuis longtemps, mais cette année qu'il avait passé sans le voir lui avait fait oublié son habitude de toujours être collé aux gens, une la main sur l'épaule, l'autre le bras autour du cou. Ce n'était pas vraiment gênant pour les deux abrutis ici présent qui ne cessaient jamais de se battre.
Toutefois, quand Miguel entreprit de parler de filles, Matthew se tendit. Le sujet ne tournait pas à son avantage. Comment pourrait-il lui faire comprendre qu'il n'était pas attiré par ces poufs dopées à la chirurgie ? Il n'aimait ni les boites, ni les plages sur-fréquentées.

Quand il évoqua le sujet des enfants, le coeur du jeune homme s'arrêta de battre un instant. C'est vrai qu'il n'y avait jamais pensé. Il n'aurait jamais d'enfant. Il haussa mentalement les épaules, en se disant qu'il avait Andrea, et qu'il était bien assez heureux comme ça.
Et Miguel repartit avec ses idées d'âme soeurs, d'amour et de cacahuètes au goût d'éléphant.

Matthew se libéra du bras de son camarade pour lui jeter un regard sérieux.

- Ecoute, mec, je suis gay. Je n'aime pas les filles, et j'ai un copain.

Il le fixa un long moment sans dire un mot, guettant ses réactions.

- Désolé de te l'apprendre comme ça, mais voilà. Je préfère te le dire tout de suite, pour ne pas que tu ne te berce d'illusions.
[/b][/b]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
° Écoute mec, je suis gay°

Bon, c'était pas comme s'il m'annonçait la fin du monde non plus, mais je resta un moment bouche bée à l'annonce de cette révélation. Non pas que j'avais quelque chose contre les gay, mais je n'avais jamais pris attention qu'il était de ce genre. Je pensait que les filles l'intéressaient, mais sans qu'il soit doué pour les aborder. Bon, ainsi, j'étais au courant et de plus, il avait un copain. C'était une bonne nouvelle.

- Non de dieu, et ben, en voilà la nouveauté du siècle. Le petit matty a un compagnon. Et ben, je dois t'avouer que je suis étonné, mais je suis néanmoins ravi pour toi.

C'est vrai qu'au premier abord, on se dit que les hommes sont hétéro, mais voilà un moment que le fait d'être gay n'était plus tabou ou une honte. C'était une révolution du peuple, si on pouvait dire ça, d'avoir fait accepté leur façon d'être et tant mieux pour eux. Bon, j'étais ravi pour lui, mais j'avais du mal à le voir dans les bras d'un mec. Si c'est ce qu'il veut, c'est son choix.

- Chacun ses choix, chacun sa vie, tant que tu es heureux avec lui, c'est le plus important. Et si c'est pas le cas, je le défoncerai Disais-je en rigolant avant de reprendre - Je plaisante, bien sûr

.....ou pas. Qui sait ce que je ferais si c'était vraiment le cas. De un, il faudrait que je connaisse son copain, de deux, il faudrait que je sache qu'il fait du mal à matthew et de trois, il fallait les preuves de ce que j'avançais. C'était tout un truc, mais c'était pas mes affaires
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Evidemment, Matthew s'attendait à de la surprise sur le visage de Miguel, et ça ne rata pas. Peut-être était-il surpris, mais jamais autant que l'ex-militaire lui-même quand il l'a réalisé. Mais, après la surprise, il n'aurait jamais cru Miguel capable de se réjouir pour lui, bien au contraire. Il s'était attendu à tout, mais pas à ça. Il lui sourit, heureux qu'il le prenne aussi bien. Cela affirmait de plus en plus le fait que Matthew se sentait bien dans sa peau, à présent. Il n'avait plus peur, et se tenait prêt face à l'avenir. C'était donc un grand sourire sur le visage que Matthew fixait l'horizon léché par les vagues.

Son esprit vogua jusqu'à Andrea. Peut-être faudra-t-il un jour qu'il le présente à Miguel. Sans doute. Et il espérait que cela se fasse rapidement, comme ça, ce serait fait.
Le soleil, toujours plus haut dans le ciel, tapait sauvagement sur les épaules nues de Matthew, qui commençait à peler. Comme à son habitude. Et NessLess à ses côtés, s'était couché, accablé par la chaleur. L'eau venait leur lécher les orteils, réveillant une soudaine envie de Matthew de plonger dans l'eau. Il jeta un regard à Ness qui fixait l'horizon. Il ne l'avait jamais vu aussi calme, et il le récompensa d'une caresse.

- Je suis le content que tu le prenne aussi bien ... Enfin, voilà quoi. Bon, étant donné qu'on a la mer à moins de deux mètres, pourquoi ne pas s'y jeter ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
D'un côté, je n'avais aucune raison de mal le prendre. Matt n'avait pas eu de geste déplacer envers moi et c'était un mec bien, cela aurait été bête de perdre notre amitié pour une broutille. Chrystofer s'était un peu éloigné pour aller fouiller les alentours, enfonçant son gros nez dans le sable comme s'il cherchait des mulots. Je gardais un oeil sur lui en sachant qu'il n'irait pas bien loin. J'écoutais les paroles de mon ami qui proposait d'aller faire une baignade. Ah ah ah, je le noierais à coup sûr, juste pour le bon vieux temps.

Soudain, des gémissements craintifs venaient de là où était Chrystofer et il revint en courant vers moi. Celui-ci avait reçu un coup sur la tempe et il saignait à l'arcade de son oeil gauche. En levant mes yeux, je vis des mecs d'une vingtaine d'année rigolaient en se tapant les mains comme content d'eux. En regardant là où était chrystofer, je vis plusieurs cailloux assez gros qui n'était pas là avant. Je compris rapidement que ces voyous avaient lancés les cailloux sur mon chien. Cela réveilla certaines pulsions en moi et je ne pouvais pas laisser passer cela. je tapais nerveusement mon poing dans la paume de ma main pour montrer mon envie de leur étaler leur visage dansle sable. Je regardais Matt.

- ça te dit de m'aider comme au bon vieux temps, mon ami. J'ai une envie de cogner subitement.

Ils étaient cinq, des gringalets à côté de nous, mais ils joueront sûrement sur le nombre. Comme si cela aurait un effet sur nous, on était entrainés à frapper les gens. Ils s'en étaient pris au mauvais propriétaire croyant que je n'allais rien faire et juste les regarder rire entre eux. J'étais à quelques pas d'eux et je les regardais avec la ferme intention de les remettre à leur place?

- Tiens, le papy veut nous faire la moral pour ce qu'on vient de faire, les gars. Disait l'un des gars

Les autres rirent, mais ils ne riraient point longtemps.

- Vous faire la moral....c'est pas mon genre. Je viens juste vous rendre la pareil et vous remettre à votre place, bande d'abruti. Y a bien un truc que je déteste, c'est qu'on s'en prenne à ce qui m'appartient.

Hé oui, j'étais super possessif. Si quelqu'un pouvait blesser Chrystofer, c'était uniquement moi, même si je le ferais jamais. Je me dirigeais vers le premier, le soi disant chef. Ceux-ci comprirent rapidement ce qui allaient se passer, mais trop lent. Le premier coup de poing parti en un bon crochet du droit qui heurta la mâchoire du chef en lui faisant cracher du sang. De ce fait, ils comprirent que je ne rigolais pas et le reste allait sûrement suivre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Un couinement attira l'attention des deux hommes, et, une seconde plus tard, le chien de Miguel revint, blessé à l'arcade. Immédiatement, la tension monta, et Matthew accepta, le sourire aux lèvres, l'offre de Miguel. Les pauvres, qui pensaient surement pouvoir mettre la pâté à deux mec visiblement "un peu" musclés qui se la raclaient dans des salles de musculation, rien que pour renflouer leur réputation. C'était drôle qu'ils soient tombés sur deux militaires surentraînés en "permission de longue durée". Laissant son collègue partir devant, Matthew s'agenouilla près du chien blessé, et sortit sa bouteille d'eau, ainsi qu'un petit bout de tissu. Versant l'eau sur le coton, il entreprit de nettoyer la plaie du sable qui s'y était incrusté. Après ceci, il se releva, et intima à NessLess de veiller sur le chien blessé. Evidemment, le chien mourant de chaud, ne risquait pas vraiment de bouger.

Matthew s'approcha du groupe d'homme au moment où Miguel assénait un coup de poing violent dans le joli minois du grand manitou du groupe. Dès l'hors, tout le groupe changea de mine. Les sourires disparurent, laissant place à une expression presque comique, de dégoût et de colère. Voyant arriver le nouveau venu, ils se mirent à loucher sur les abdominaux saillants du jeune homme. Jusque-là, ils ne l'avaient vu que de dos, et une fois de face, ils faisaient moins les malins.
Comme autrefois, Matthew fit un grand sourire à ses adversaires, avant de faire craquer ses phalanges.

- C'est pas bien malin ce que vous venez de faire, vous savez ?

Un premier bonhomme s'approcha de lui, en faisant mine de le boxer. Il avait vraiment l'air minable. Il tenta de lui mettre un coup de poing, que Matthew dévia avec un soupir de l'avant-bras.

- Si tu veux, je te donnerais des cours, mon vieux.

D'un coup sec, Matthew percuta du plat de la main l'oreille du jeune homme qui s'écroula sur le sol en gémissant. Il criait à ses amis de l'aider, mais, eux, effrayer, commençaient à reculer.

- T'en fais pas, tu pourras te relever dans un mois ou deux.

Il se dirigea vers le second, qui, reprenant du poil de la bête, fronça les sourcils. Il avait l'air de bouillonner intérieurement, et se jeta sur Matthew, qui n'eut qu'à se décaler de quelques centimètres pour enfoncer profondément son poing au creux de son estomac. Voyant que l'homme, visiblement plus costaud que les autres, refusait de laisser tomber, il envoya vivement son coude entrer en contact avec le nez dans un craquement qui résonnait comme une mélodie aux oreilles de Matthew. Jetant un sourire à Miguel qui venait de mettre à terre son deuxième homme, il lui offrit le dernier encore debout d'une invitation de la main.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Ces mecs avaient voulu tester et avaient raté leur pari. Ils pensaient qu'on était de pauvre propriétaire sans défense, j'en rigolais bien au fond de moi. Deux militaires super entraînés pour tuer, voilà à qui ils se sont frottés. Et on pouvait dire qu'ils ressentaient bien leur erreur en crachant leur sang. Peu m'importait qu'on me regardait, on s'en prenait pas à ce qui m'appartenait et point final. Chrystofer avait beau être un chien, je l'aimais ce chien et je n'accepterais pas qu'on le blesse pour amuser la galerie.

Je me défoulais bien sur le premier, ce soi-disant chef. Il savait pas du tout se défendre et lancer ses poings à l'aveugle en espérant me toucher. Cela n'en était même pas excitant de se battre contre des mauviettes dans leur genre, mais au moins, ils sauront que la prochaine fois, faut pas chercher misère à des propriétaires. Ils y réfléchiront à deux fois avant de refaire cette connerie. Même Matt semblait s'amuser avec eux, cela ne demandait pas grand réflexion de notre part. Les esquiver était instinctif, fallait même pas réfléchir et de toute façon, ils étaient tellement lent qu'on avait l'impression que le temps était, lui même, au ralenti.

Le chef fut rapidement à terre après un uppercut bien placé l'envoyant valser dans les airs et s'écrouler à plat sur son dos. Son partenaire ne tarda pas à venir l'aider ou le venger, qui sait. Il faisait aller ses mains dans tous les sens, je ne faisais qu'esquiver et faire durer un peu ce combat qui semblait fortement simple si j'agissais rapidement. C'était un tout autre combat et c'était totalement opposé quand j'affrontais Matthew ou les autres soldats. C'était comme s'amuser avec un petit chiot, mais même les chiots, il fallait les remettre à leur place quand il faisait des bêtise. Il me lança un poing vers mon visage que j'attrapa de ma main entière. J'appuyais fortement sur son poing, on pouvait entendre ses phalanges craquer et il gémissait de douleur. Je le terminait rapidement en lui assénant plusieurs coups de poings en pleine face. Il s'écroula au sol en tenant son visage entre ses mains, je lui avais sûrement cassé le nez et déboité la mâchoire fut la force que j'y avais mis. Il en restait plus qu'un et mon regard se posait sur matthew qui me l'offrait.

- Comme c'est gentil, je vais me faire le plaisir de le foutre à terre en quelques secondes

Je me dirigeais donc vers lui. Son regard se posait sur ses camarades à terre qui gémissaient de douleur.

- Ne croyez pas vous en sortir si facilement. Notre...notre vengeance sera terrible Disait-il avant de fuir à toute jambe hors de la plage.

Bah, même pas drôle, je ne pus même pas m'amuser une dernière fois. Les autres se levèrent difficilement avant de s'en aller eux aussi. N'empêche, allait-on revoir des mecs plus fort pour se venger ? J'en doute, ils pouvaient venir plus nombreux, le résultat sera pareil. Je posais mon regard sur Matt.

- Même si ça fait du bien, c'était même pas plaisant de les défoncer. C'est vraiment totalement différent de ce que j'avais l'habitude à l'armée. J'ai même pas reçu un seul coup de leur part. Un bon combat, c'est ce qui me manque quand même. Sentir ton adrénaline bouillonnait au fond de toi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Evidemment, les hommes s'écroulèrent les uns à près les autres, et devant tant de chaos, et en se disant surement qu'il avait de la chance de ne pas avoir été parmi les premiers à se faire frapper, le dernier prit ses jambes à son cou en jurant à haute voix. Sur la plage, tous les joggeurs s'étaient arrêtés pour fixer les jeunes, étalés sur le sol, qui tentaient de se relever. Ils partirent les uns après les autres, en trébuchant et dodelinant de la tête. Matthew acquiesça à la réaction de Miguel. Il était vrai que ça n'avait pas été très violent, et les vraies cassage-de-figure des années passées lui manquait. Le nombre de fois où les deux coéquipiers s'étaient défoulés les uns sur les autres ne se contaient plus sur les doigts des mains.

Après que les quatre premiers soient partis, Matthew fixa le cinquième, toujours étendu sur le sol, roulé en boule. Les yeux clos, il gémissait doucement, et le militaire reconnut celui dont il avait salement amoché l'oreille interne. Il s'adressa aux derniers fugitifs qui s'éloignaient à grand pas.

- Hé les mecs, vous en avez oublié un !

Sans réponse de leur part, Matthew soupira en sortant son téléphone. Il tapa un numéro, et portant l'objet à son oreille :

- Faut toujours tout faire sois-même. (Silence) Allô, les urgences ? Oui. Sur le bassin. Matthew Joshua Fox. Oui. Je dirais qu'il a l'oreille interne amochée. Bah, il s'en est pris à moi, et je me suis défendue. Oui. Merci beaucoup. Au revoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Cela me fit quand même rire qu'ils aient abandonné l'un des leurs. Imaginez si cela arriver pendant la guerre, si matthew m'avait laissé derrière, je ne serais plus là. C'était à ce moment là qu'on reconnaissait les plus valeureux et courageux des soldats et je ne cesserais de le dire le concernant.

- t'as pas été de main morte avec celui-là, Matt. Le pauvre va être atteint d'amnésie.

Disais-je en rigolant. Enfin bref, j'allais près de Chrystofer pour voir sa blessure et je vis qu'il avait été un déjà soigné. Matt a du le faire avant de venir me rejoindre. La colère m'avait rendu impatient que j'avais plus envie de les défoncer.

- Merci pour chrystofer. J'arrive pas à comprendre ce qu'il y a de marrant à s'en prendre à des plus faibles que soi. Cela ne me viendrait même pas à l'esprit, si je veux trouver un combat digne de ce nom faudrait que je te lance un défi.

Disais-je en rigolant. C'est vrai que pour le moment, matt était un bon rival niveau combat, les autres en valaient pas la peine. Je caressais chrystofer qui avait une triste tête, il faudra que je le soignes quand on saura rentrer à la maison. J'étais encore énervé contre eux, mais je me devais de me calmer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew sourit à la remarque de Miguel, en lui lançant un regard de défi. C'était aussi pour ça que Mig' lui avait manqué. Le nombre de fois où ils s'étaient retrouvés ensemble devant l'officier, à se faire taper sur les doigts parce qu'ils s'étaient encore battus, se mesurait par vingtaines. Et pourtant, eux ne faisaient que rire ensemble. Bon, c'était, pour quiconque n'était pas dans leur tête, une drôle façon de rire que de se balancer des coups de poings à la figure, en jurant à voix haute, mais ils étaient beaucoup à ne pas remarquer que lors de ces séances de défoulement, leur sourire ne quittaient jamais leurs lèvres.

Il fixait le corps gémissant sous ses pieds, en lui tapotant du bout de la chaussure les côtes pour éviter qu'il ne tombe dans les pommes, quand tout d'un coup, plusieurs aboiements furieux se firent entendre, et débarquant à l'autre bout de la plage, une vingtaine de bonhommes déjà mieux baraqués que les précédents, tirés en laisse par des bulldogs et autres chiens d'attaque en tout genre, arrivaient à grande foulée. Ah bah non, ils n'avaient pas abandonné leur pote, finalement.

- V'là la cavalerie qui débarque.

Déjà, un nombre impressionnant de jurons parvinrent à leurs oreilles, alors que Matthew réfléchissait à tout allure. Son regard se posa sur les deux chiens, et malgré le fait que le militaire avait commencé l'entrainement de son chien, Chrystofer ne serait jamais assez rapide. Mais déjà les bruits de pas se rapprochaient. Matthew siffla NessLess, et lui dit d'une voix autoritaire.

- NessLess, rentre à la maison.


Le chien, trop attentif à la cohue qui arrivait, ne réagit pas. Sentant le sang bouillir dans ses veines, le militaire fit un pas agressif vers la pauvre bête apeurée.

- Maison, tout de suite.

Le chien glapit, et malgré la fatigue, s'élança à une allure folle vers la route. Un instant, Matthew pria pour que rien ne lui arrive, mais au fond, il savait que le chien avait plus de chance de s'en sortir s'il décampait. Faisant craquer ses poings, Matthew se positionna en position d'attaque devant Miguel et son chien.

- Je suis vraiment navré de te demander ça, mais tu dois aller mettre Chrystofer en lieu sûr, Mig'. Il n'a aucune chance s'il reste ici. Et tu sais autant que moi que si on doit se battre, on ne pourra pas le protéger indéfiniment. Même si ce sont des merdes, ils sont nombreux, et leurs chiens pourraient tuer ce pauvre Chrys. Alors, déguerpit, je m'occupe d'eux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» Gran Premier Miguel Indurain (HC) --> Jeundi 20H
» bravo au père miguel
» Matthew "Matt" Williams
» Archibald L. Greywood [Matthew Gray Gubler]
» matthew & manuela ❝ apologize ❞




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: