Météo Aberdeen


Partagez •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité


    Après une matinée, a part aller voir mes chevaux, je n'avais pas fait grand chose, direction la jolie ville de Bordeaux. Personne ne m'avait pris de cours cette après midi, j'avais donc tout mon temps. Je gara la voiture sur le parking et en sortit prestement. J'observais les alentours et décida de me diriger vers le centre-ville, dans l'espoir de trouver quelque chose d'intéressant à faire.

    Allumant, comme d'habitude, une cigarette, je tira une bouffée, marchant tranquillement. Perdu dans mes pensées, je ne faisait pas du tout attention aux personnes qui se trouver la. Et ce qui devait arriver, arriva ! Je buta dans quelqu'un, et manqua de tomber au sol. J'allais invectiver la personne, lorsque je me rendit compte que ce n'était nul autre qu'Andréa ! Il m'avait manquer celui-la ! Je ne le voyais que pendant les séances de débourrage de Darkos et le voir ici, me laisser espérer une bonne aprèm à discuter avec mon ami. Ne faisait pas gaffe à la personne se trouvant à coté de lui, j'enserrais le débourreur dans mes bras, souriant.

" Eh salut toi ! Comment va tu ? "

    J'attendit une réponse, souriant de toute mes dents. Finalement, cette après-midi ne serait pas aussi triste que ça....


Dernière édition par Dean O' StoneWall le Ven 2 Mai - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


« La jalousie est un vilain défaut. »
 
Non, mais qu'est-ce que tu fous ?


Ce jour-là fut empli de terriblement bonnes nouvelles pour Matthew. Il avait enfin trouvé du boulot ! Et avait même kidnappé Andrea pour la matinée, rien que pour fêter ça. Enfin, il allait pouvoir passer à l'action ! Fini les journées à tourner en rond dans l'appartement de son homme, fini les après-midi passées à fixer l'écran du téléviseur ! Il reprenait sa vie, enfin ! Et pas à n'importe quel prix ! Il entrait dans la brigade canine nationale ! Bon, il était, pour le moment, en "formation", qui consistait à faire devenir les maigrichons qui se présentaient aux postes en bonhommes pleins de muscles, prêts à gérer toutes les situations. Et, la cerise sur le gâteau, ses deux chiens avaient été sélectionnés, et on les lui avait attribué ! Il ne restait plus qu'à les entraîner, et il allait y passer ses journées, oh que oui ! Artémis avait tapé dans l'oeil des officiers pour son calme et sa force, et on l'avait assigné à l'unité de détection d'explosifs, ainsi, si besoin était, à l'équipe de secourisme urbain, tandis que NessLess avait convaincu par son endurance, son agilité et son énergie, se retrouvant finalement à l'unité de recherche des personnes disparues, et, si besoin était encore, à celle d'arrestation de criminels. Un peu comme Rex dans la série du même nom ! Bien qu'il ne fut pas un berger allemand.

C'était donc pourquoi, ils se retrouvèrent ensemble, repus, à la sortie d'un restaurant fortuné, le sourire aux lèvres, en se tenant fièrement par la main. Matthew n'avait jamais été aussi heureux de sa vie, et il avait l'impression que ça vie redémarrait enfin. Il avait un homme, un travail, une maison. Que demander de plus ?
Ils déambulaient donc dans une foule de badots tous surement plus bêtes les uns que les autres, quand soudain, Andrea tapa violemment dans l'épaule d'un homme. Ou plutôt, se fit rentrer dedans. Personne ne saurait vraiment le dire. Détaillant des pieds à la tête le jeune homme, visiblement pas très content de sa vie, il resserra son emprise sur la main de son homme, prêt à s'interposer. Quand l'inconnu bondit dans les bras d'Andrea, Matthew écarquilla les yeux.

« Eh salut toi ! Comment va tu ? »

S'en fut trop, et n'y tenant plus, et en s'excusant mentalement auprès d'Andrea, il attrapa l'épaule du petit monsieur devant lui, et l'écarta vitesse grand V de Son homme. Un grognement sourd, à la limite du bestial s'échappa de sa gorge quand, dans un geste purement possessif, il se plaça devant lui, en lançant un regard plein de haine au mystérieux inconnu.

« Ca va, je ne te dérange pas ? »

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea était heureux. Simplement et pleinement heureux. Il se promenait dans les rues pittoresques de Bordeaux, le ventre plein d'un des meilleurs repas qui lui ai été donné de manger. En plus, après s'être bagarré devant le pauvre serveur sur qui allait payer l'addition, il avait du laisser Matthew faire. Autant de bonnes raisons pour savourer plus que d'ordinaire ces petits moments du quotidien.

Ils marchaient, main dans la main, profitant l'un de l'autre sans rien se dire de vive voix, comme souvent. Les rues étaient un peu encombrées, mais l'anglais savait pertinemment que son militait adoré ne le lâcherait pour rien au monde dans cette foule.
Sauf, peut être, pour s'acharner sur un pauvre homme qui n'avait rien demandé à personne.

Andrea avait reconnu Dean au son de sa voix et, passé la surprise de le voir ici, il lui avait rendu son étreinte amicale, visiblement juste à temps. Car son chéri, poussant un grognement presque animal, lui inspira tout d'abord une pensée extraordinairement drôle en le comparant à un homme de cro-magnon.
Puis, une pensée extraordinairement étonnée de le voir se ressaisir si vite pour former un barrage de son corps. Allons bon, le voilà qui jouait le militaire courageux et protecteur ! Face à Dean, c'était assez ironique.

Posant sa main sur la hanche de Matthew toujours posté devant lui, il se décala de l'autre côté, se rapprochant intimement de lui. Il le regarda d'un air à demi outragé, avant de tenter de rétablir la situation comme il le pouvait.
"" - Dean ! Quelle bonne surprise ! Je te présente Matthew, mon copain. Matthew, Dean, le client que tu m'accompagnes voir chaque matin à l'écurie.

Il tentait de lui rappeler que c'était sur son torse qu'il s'endormait paisiblement chaque nuit. Que c'était avec lui qu'il faisait les trajets d'ordinaire moroses du quotidien.
Afin de le convaincre encore plus et de tenter de faire baisser la tension qui était visible sur son visage, il leva la tête et l'embrassa doucement, se moquant pas mal de la présence de son ami en face d'eux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


    STOP ! Arrêt sur image. Dean était complétement paumé ! IL faisait un câlin amical à Andréa et se retrouver écarter par un homme de cro-magnon qui lui demandé s'il le dérangé.
    Il aurait bien répondu quelque chose de sarcastique mais vu la carrure du bonhomme, il préféra le tester verbalement.


" Euh, t'est qui toi ? "

    Il haussa un sourcil sarcastique puis fixa aussitôt mon regard vers Andréa. IL semblait très bien connaitre le truc qui servait de barrage devant lui. A la phrase d'Andréa, Dean ne put que ouvrir la bouche, les yeux écarquiller de surprise. LA phrase faisait un cheminement long et pénible dans son cerveau embrouiller : Matthew, copain, Andréa, copain, Matthew... Et le baiser que le débourreur donna à l'autre homme fini de l'achever et il alluma la cigarette et réfléchit à toute vitesse.
    Il apprécier grandement ANdréa et vu comment il avait souffert de la perte de sa famille, il ne voulait pas qu'il retombe dans sa dépression. A ce moment la, son regard changea. Uu regard à la fois joueur et manipulateur.
    On aller voir jusqu’où irait ce MAtthew et s'il tenait à Andréa. Une fois leur baiser fini, il fit le tour de l'armoire à glace et fixa Andréa, un air boudeur au visage. Il posa la main sur la joue du débourreur.

" Alors comme ça, ta un mec et tu m'en parle pas, je suis déçu tu sait ! C'est pour ça que tu viens plus me voir ? "

    LA voix de Dean était calme et douce. Il aimait tester les gens qu'il ne connaissait pas et s'en ficher d'être sur un terrain glissant...AU contraire, c'était ça qui était bon !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
La phrase de l'inconnu le fit se tendre un peu plus. Quel était ce maux qui torturait son coeur, et lui faisait haïr cet homme du plus profond de son âme ? Il n'eut pas le temps de répondre, que Andrea se rapprocha amoureusement de lui, pour les présenter. Dean. Il l'avait peut-être déjà vu, mais sa tête de con ne s'était pas gravé dans son esprit. Sans doute parce que celui-ci retenait les choses utiles de la vie. L'homme sembla sarcastique quand il se rendit compte que Matthew, l'homme-barrage professionnel, n'était autre que le copain du jeune homme. Quand Andrea l'embrassa, Matthew ne parvint pas à se détendre, et ferma au contraire un bras possessif autour de lui, en surveillant l'autre abruti du coin de l'oeil. Ne jamais lâcher la vipère du regard.
Mais tout à coup, l'homme le contourna. Il se dirigea droit vers Andrea. Faisant volte-face, Matthew assista, incrédule, à la scène de Miss Fouteuse de Merde 2014, avant de sentir son sang se mettre à bouillonner. Il avait beau se raisonner, ses poings étaient irrités, il avait un besoin irrémédiable de frapper. Le regard plongé droit dans celui de la vipère, il sentit en lui quelque chose de nouveau, et qui démultipliait sa rage. Il était jaloux, terriblement jaloux. Personne n'avait le droit de caresser la joue d'Andrea. De SON Andrea. Il était à lui, et à personne d'autre.
Son poing partit tout seul. En une seconde, ses phalanges percutèrent violemment la mâchoire de cet être maudit. Il le haïssait, et ses poings le rongeaient. Il voulait le matraquer, le tabasser, l'écorcher jusqu'à ce qu'il tombe. Non. Jusqu'à ce qu'il meurt. Il avait une envie folle de voir son sang s'écouler sur le sol, à mesurer que son avenir s'effritait. Il voulait lire du regret dans son regard. Il voulait lui faire regretter. Alors, il se plaça de nouveau en homme-barrage, mais cet fois, il était un autre homme. Son regard luisait d'une lueur mauvaise qu'il fallait mieux ne jamais croiser. Il fit un pas vers la vipère, prêt à lui arracher la tête. Jamais il ne se laisserai mordre. Elle retournerait de là où elle venait. En enfer. Il fit un second pas. Il allait l'étriper. Il allait lui faire regretter d'être né. Il allait lui faire regretter de ne pas être déjà mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea vit avec amusement Dean faire un cheminement difficile pour parvenir à les associer l'un à l'autre. Le désormais moniteur était l'un des rares à connaître son passé, et ce devait être plus ou moins choquant de voir le mari transi se remettre de 9 ans de deuil pour réussir à aimer enfin suffisamment... un homme.
Cependant, s'il paru tout d'abord être d'accord avec son comportement, sa seconde phrase le laissa perplexe. Ses pensées turbinant à toute allure alors qu'il se laissait caresser la joue, il préféra garder sa main autour du corps de Matthew en adoptant un air inquiet.
"" - Dean, c'est un milit....

Il n'eut pas le temps de finir de le prévenir. Il sentit les poings de son chéri se contracter, et le vit frapper plus que violemment Dean devant lui. Il ne pût que compatir mentalement, sachant à quel point Matthew savait faire mal lorsqu'il souhaitait vraiment le faire.
Et, à sa grande horreur, il avait voulu blesser Dean. Force était de constater qu'il se libérait brutalement de son étreinte pour s'avancer et finir le travail. Terrifié, ne sachant pas du tout jusqu'à quel point Matthew pouvait se montrer violent, il l'appela, pour tenter de le faire revenir à lui.
"" - Matthew Joshua Fox !

Il n'avait pas voulu crier, pas voulu s'énerver, mais c'était plus fort que lui. Voyant bien qu'il lui serait impossible de l'arrêter en l'appelant juste avec le peu de conviction qui teintait sa voix, il mît sa colère de côté un instant pour dépasser rapidement le militaire et se placer face à lui.
Dean était sérieusement blessé, mais il savait qu'il valait mieux calmer Matthew avant toute chose. Il chercha le bleu pâle de ses yeux qu'il affectionnait tant, effrayé de constater à quel point on pouvait y lire la colère qui habitait son propriétaire. Tentant de prendre un air et un ton rassurant, il posa sa main sur le cœur de son chéri, impressionné par les battements si rapide qu'il présentait. Le forçant du regard à ne surtout pas détourner le sien, il entama un long processus pour tenter de le ramener à la raison.
"" - Calme toi. Regarde-moi, et surtout calme toi. D'accord ? Tout va bien, tu vois bien qu'il essayait de te provoquer. Doucement, tu veux?
Il se retourna furtivement pour essayer d'apercevoir Dean, mais sentit immédiatement les battements du cœur de Matthew s'accélérer. Allons bon, voilà une jalousie bien forte pour simplement une petite boutade de la part de l'irlandais. Malgré tout, il espéra très très fort que ce dernier se tiendrait à carreau pour ne pas faire ressurgir la sourde colère de Matthew. Il ne savait pas jusqu'où il était capable de l'arrêter dans son élan...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Dean ne compris pas vraiment ce qu'il se passa. Un instant il se retrouvais devant Andréa à s'amuser comme un petit fou, et l'instant d'après, il était étaler sur le trottoir, à moitié assomé et la machoire qui lui faisait affreusement mal. Le reste ce passa comme dans un rêve. Il entendit Andréa appeler son petit ami. Et vit celui-ci s'arreter et en fut soulager.

    Ne se préocupant plus du couple, il essaya de se lever, en vain. Sa jambe gauche se déroba sous lui et sa tête qui tournais n'arranger rien. Il se rattrapa son poteau, qui, il le décida, deviendrais son meilleur ami dans les minutes à venir. Il maugréa dans sa barbe. Manquer plus que ça ! EN plus d'avoir un mal de chien à la machoire, il avait fallu qu'il tombe sur sa jambe déjà amochée. Il imaginait même pas la tête qu'il avait, appuyé contre ce poteau, ce massant la joue d'une main et la cuisse de l'autre.

    Soupirant, il jeta un regard à moitié flouté vers le couple et essaya de faire remarquer sa présence ! Sinon, il parierais bien sur le fait que l'autre brute le laisse sur place !

" Quelqu'un aurait de la glace ? "


    Pas très glorieux, cette question marmonnée, mais à l'heure actuelle, il ne pouvait faire mieux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Ses poings étaient serrés si fort que ses phalanges devinrent blanches. Il allait lui faire regretter. La vipère venait de s'écraser lourdement sur le sol, et il voulait qu'elle y reste. C'était sa place. Mais la voix d'Andrea le fit hésiter. Il était en colère contre lui. Il pouvait le percevoir dans sa voix. Et c'était terriblement douloureux. Soudain, dans son champ de vision apparut son homme qui le fixait avec des yeux apeurés. Avait-il peur de lui ?

Quand sa main se posa sur son torse, il se contente de la fixer sans comprendre. Puis sa voix douce le berça, et Matthew se détendit. A peine se retourna-t-il que le militaire se souvint de ce qu'il venait de faire, avec une soudaine envie de l'étriper à nouveau. Il voulait lui faire sa fête comme jamais personne ne l'avait fait.

Alors, Matthew fit un pas et ferma ses bras dans le dos d'Andrea, dans un geste à la fois rassurant et possessif. Il fixait toujours du coin de l'oeil la vipère, mais posa sa tête sur l'épaule de son homme dans un soupir. Tout son dos était parcouru de sueurs froides. Après un unique tremblement de rage, il osa fermer les yeux une seconde, pour se concentrer sur Andrea, Son Andrea. Son rythme cardiaque était rapide. Il avait peur. De lui. Mais lui, il n'avait pas voulu lui faire peur. Il avait, certes, surement été jusqu'à ce qu'il faille hospitaliser le jeune homme, mais il avait été là, et maintenant, il se sentait coupable. Coupable de lui avoir fait peur. Ses bras se serraient compulsivement autour de lui, peut-être un peu trop fort au goût d'Andrea, mais, en cas de grand stress, il n'était plus tellement apte à la douceur. Et, étrangement, son corps subissait un stress incroyable.

Quand l'autre abruti choisit enfin son moment et demanda des glaçons, Matthew se tendit brusquement, en serrant encore un peu plus fort Andrea dans ses bras. Il devait se contrôler. Non, il n'avait pas le droit de le dévisager, bien qu'un nez cassé puisse sans doute lui remettre les idées en place. En reprenant peu un peu un rythme respiratoire très lent, pour calmer l'assaut de sang dans ses veines, il se recula, en posant ses lèvres sur celles d'Andrea, puis contourna celui-ci pour se présenter devant lui. Le miséreux avait du mal à se tenir debout, et se contentait de se pendre misérablement à un poteau. Le regard acide, la voix amère, Matthew l'avertit.

- La prochaine fois que tu oses poser ne serais-ce qu'un doigt sur Andrea, ne t'attends pas à sortir rapidement de l'hôpital. Suis-je clair ? Tu mériterais que j'en finisse avec toi, connard.

Le plat de sa main percuta violemment sa joue dans ce qu'on pourrait appelé communément une gifle monumentale, mais avec la force qu'il lui avait offerte, et devait avoir été très douloureuse. Lui tournant le dos, les poings toujours saignés, les ongles pénétrant visiblement la chair dans un long écoulement rouge, il retourna voir Andrea, le regard vide.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea était horrifié. Il sentit distinctement son homme le serrer, le serrer sur fort qu'il en eut un instant le souffle coupé. Mais il préférait ça plutôt qu'il n'aille continuer à s'acharner sur le pauvre Dean. Il accepta la pression sur ses côtes, la lourdeur de la tête posée sur son épaule en silence, tentant de se concentrer sur le rythme cardiaque de Matthew. Mais il sentait bien que le sien s'était affolé tout autant, et qu'il ne servirait à rien que le militaire tente de se caler dessus.

Lorsqu'il entendit Dean parler, il referma son bras autour de Matthew pour l'empêcher d'aller le voir. Mais le grand blond n'avait certes pas besoin de ça pour l'arrêter, et l'anglais le vit avec horreur gifler l'irlandais. Pile du côté ou il avait déjà asséné le coup de poing.
Andrea se sentit perdre pied. Lui qui n'avait jamais frappé personne, lui qui ne supportait plus la violence depuis que cette dernière avait emporté sa femme et son fils, il en voyait trop d'un coup. Et c'était l'homme qu'il aimait pour sa douceur et sa prévenance qui lui montrait cela.

Il vit Matthew revenir vers lui, le regard vide. Et, cette fois-ci, Andrea se dit que Dean valait mieux que cet homme violent qui n'arrivait pas à s'arrêter. D'abord, il allait s'occuper de Dean. Après, il verrait à parler avec son chéri, qui venait de lui faire autant peur que mal.
Dégouté de sentir les larmes mouiller ses yeux, il soutint le regard de Matthew, et adopta une voix calme et basse. Il lui en voulait, certes. Mais il n'avait pas envie de le perdre pour si peu.
"" - Va chercher de la glace dans le premier resto que tu trouves, s'il te plait. Mais... Promets-moi de revenir.

Il n'était pas dupe, il savait que Matthew voyait bien qu'il était sur le point de pleurer. Et il craignait qu'il s'en veuille tellement qu'il décide de s'en aller, de rentrer à Arcachon pour ne plus jamais le revoir.
Décidant qu'après tout, c'était à lui de décider puisqu'il lui avait clairement fait comprendre qu'il voulait qu'il revienne, il le contourna et s'agenouilla aux côtés d'un Dean salement amoché.
"" - Je suppose qu'il va falloir appeler une ambulance non ? T'es mal tombé...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[b]
- La prochaine fois que tu oses poser ne serais-ce qu'un doigt sur Andrea, ne t'attends pas à sortir rapidement de l'hôpital. Suis-je clair ? Tu mériterais que j'en finisse avec toi, connard. [b]

    Dean soupira à cette phrase, mais nu pas le temps de répliquer qu'une gifle le remit à terre. Encore sonné, il décida de rester à terre. SOn sang bouillonnait dans ses veines. Il fallait absolument qu'il se calme. IL entendit Andréa dire à son copain d'aller chercher de la glace mais ne fit aucun commentaire. IL ne valait mieux pas énerver ce militaire à la mordmoilenœud.

[/b]
[/b]

    Sentant quelqu'un s'agenouiller à coté de lui, il eu un mouvement de recul, mais souffla en voyant que ce n'était qu'Andréa. En entendant celui-ci parlé d'une ambulance, il émit un rire mauvais. Depuis son accident, il détesté les hôpitaux. Se levant d'un bond, tout en lachant un grognement sous la douleur, il fixa Andréa, les yeux brillant.

" Jamais tu m'entend, jamais plus je ne retournerais la-bas "

   Une seconde, c'est le temps qu'il avait fallu pour changer de comportement. Encore son coté lunatique mais il n'y pouvait rien... Il suffisait d'entendre parler des hôpitaux pour s'énerver et devenir exécrable. Sa mâchoire ne lui faisait plus mal, toute sa douleur semblait avoir immigré versa jambe. IL fit quelques pas, boitillant, tout en se massant la cuisse. Tremblant, il essaya de s'allumer une cigarette et cria un juron en voyant le briquet s'étaler au sol. Maintenant, il fallait trouver une âme charitable pour le récupérer. S'il se baissait, il ne savait pas s'il pourrait se relever.
[b]  
    [/b]


(désolé c'est court mais j'ai perdu mon premier post Sad)

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew fixa Andrea, l'oeil vide. Il se sentait ... Ailleurs. Les larmes dans ses yeux. Sa voix pleine de rancoeur. C'était douloureux. Bien pire que n'importe quel coup de poing. C'était comme si son coeur avait cessé de battre. A mesure que l'adrénaline redescendait, il réalisait. Il venait de faire la plus grosse connerie de sa vie. Et maintenant, Andrea lui en voulait. Les lèvres pincées, il resta immobile quand Andrea le contourna pour rejoindre le blessé. Il venait d'être abandonné. Livré à lui-même. Ses poings se désserrèrent peu à peu. La haine s'envola, laissant derrière elle un vide profond.

Se forçant à marcher, il partit sans un mot. Il marcha lentement sur le trottoir, le regard fixé sur un autre monde. Il ne ressentait ... plus rien. Il entra dans le premier restaurant qu'il trouva, s'adressant d'une voix lointaine au serveur. Il se rendit à peine compte qu'on lui tendait quelque chose, et sans dire un mot de plus, il récupéra ce qu'on lui avait tendu, et partit.

Il bouscula quelques badots qui s'accumulaient autour des deux hommes, pour croiser à nouveau le regard d'Andrea. Il ne ressentait plus rien. Ni colère, ni peur, ni tristesse. Il tomba nez à nez avec sa "victime". Dean était debout, face à lui, un cigarette à la bouche. Il le fixa un instant, avant de lui tendre le sac à glaçon. Il aurait voulu lui jeter au visage, il aurait voulu le haïr de s'être joué de lui. Mais il n'en avait plus la force. Il se sentait vidé.
Il contourna l'homme, et alla s'adosser au poteau qui l'avait surement aidé à se relever. Il fixait avec attention les bâtiments, les hauts balcons et sublimes fenêtres qui lui paraissait moroses. Il avait osé faire pleurer son Andrea. Son Andrea. Pouvait-il seulement encore mettre "son" devant Andrea ? Il en doutait très franchement. Il venait de foutre sa vie en l'air. Alors, c'était ça qu'on ressentait quand on se faisait abandonner ? Un vide douloureux ? Alors qu'il baissait la tête, il se demanda ce qu'il faisait encore là. Il releva les yeux, fixa avec attention Andrea. Il se sentait profondément trahi par sa rage. Il avait failli à son devoir. Il avait fait souffrir Andrea Echtears. Et il n'arrivait même pas à en vouloir à quiconque d'autre qu'à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Il regarda avec joie Dean se remettre debout tranquillement, une grimace s'affichant tout de même lorsqu'il vit l'irlandais soutenir plus ou moins bien son poids. Avec un air dépité, il le regarda essayer d'allumer une cigarette, et se baissa pour ramasser le briquet qui était tombé. Quand il se releva, un sac de glaçons était apparu comme par magie dans la main de Dean. Andrea se doutant bien que le magicien n'était autre que son chéri, il refusa pourtant de le regarder avant d'avoir allumé la cigarette du blessé.

Il accompagna tranquillement Dean pour l'aider à s'asseoir à la terrasse du café le plus proche. Il l'installa confortablement, écartant un nombre impressionnants de moutons qui voulaient à tout prix voir le grand miraculé. Il ne s'était pris qu'une droite et une baffe, après tout. Certes, Matthew n'était pas tendre, mais il n'y avait pas de quoi l'emmener à l'hôpital. Du moins, c'était ce qu'Andrea espérait fortement.
"" - Commande ce que tu veux. Je vais essayer de consoler mon grand dadet de chéri.

Il s'approcha tout doucement de Matthew, qui ne devait très certainement pas le voir, vu comme il était absorbé par la contemplation du paysage qui s'épanouissait au-dessus de sa tête. Il n'avait pas supporté son attitude, c'était certain. Mais il savait aussi que le militaire avait très mal pris son attitude, en témoignant son regard vide. Il songea un instant que son esprit devait lui aussi être vide de toute pensée cohérente. De l'extérieur, il semblait complètement ailleurs, ses beaux yeux bleus absorbant toute la lumière du monde.

Il ne remarqua qu'il pleurait encore qu'en attrapant la main de Matthew. Une larme roula et vont s'écraser au sol, alors qu'il se rapprochait de son chéri. Il lui en voulait, oui, énormément même. Mais il devait bien se rendre à l'évidence : Dean l'avait cherché. Dean avait titillé le militaire qui n'avait pas su réagir correctement.
Il était tout particulièrement injuste qu'Andrea veuille qu'il oublie aussi vite les manières des militaires. Lui-même ne parvenait pas à changer sur tout, qui était-il donc pour exiger cela de son copain ? Il vint blottir sa tête dans le cou de Matthew, tentant en vain de stopper les larmes. Il avait eu peur, indéniablement peur.

Mais il se rendait petit à petit compte que la possessivité de Matthew ne le laissait pas indifférent. Il ne voulait plus que quiconque ne l'approche. Il était à lui, corps et âme, et malgré tous ses efforts, sa raison lui indiquant qu'il ne devait pas perdre son indépendance perdit rapidement le combat.
Relevant la tête vers le visage qu'il aimait tant, il lui offrit un sourire alors qu'il recommençait à caresser sa main. Comme d'habitude.
"" - Tu sais que je sais même pas pourquoi je pleure ?...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
    Dean ne dit rien lorsque Matthew lui tendit le sac de glaçon, il le posa simplement sur sa joue, fermant à demi les yeux sous se contact qui lui faisait tant de bien. Il remercia ANdréa d'un hochement de tête lorsque celui-ci alluma sa cigarette, dieu seul sait qu'il en avait besoin pour se calmer.
   
    IL se fit accompagner jsuqu'a une terrasse ou il s'assit sans dire un mot. IL avait l'impression d'être une loque et faut dit que sa fierté en avait pris un coup. A laa demande d'Andréa, il héla une serveuse. NE sachant ce que voulait les deux hommes, il commanda juste un café puis retourna dans son mutisme. Décidément, ce n'était vraiment pas sa journée. Il aurait mieux fait de rester vautré chez lui, sur le canapé, avec Calypso. Il releva la tête en voyant la serveuse revenir avec son café.

" Merci..."

 C'était plus un grognement qu'autre chose, mais la potisse était le cadet de ces soucis. Tournant un regard vers le couple, il soupira, jeta sa tête en arrière, fermit les yeux, appuyant fortement le sac de glaçon sur sa mâchoire qui bleuissait.

    

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Combien de temps Matthew fixa-t-il sans espoir les toits dénudés de vie de la ville ? Il ne saurait le dire. Mais soudainement, une main se posa sur la sienne. Son regard, vidé de toute lueur, redescendit lentement sur le visage de l'être devant lui. Il pleurait. Mais il était mignon. Il releva les yeux vers le ciel, où avançaient sans ciller les nuages. Peu leur importait, là-haut, de ce qu'il se passait ici-bas. Soudain, il sentit un corps contre le sien. L'homme venait de le prendre dans ses bras et de se blottir dans son cou. Il était secoué de sanglot. Pourquoi pleurait-il ? Pourquoi ?

Matthew revint peu à peu à lui, en se rendant compte que c'était Andrea qui sanglotait contre lui. Pourquoi était-il en larme ? Se ressaisissant, il ferma ses bras dans son dos, et d'un main, il se mit à lui caresser les cheveux, en essayant de se faire rassurant.

- Je suis là, mon ange, et je t'aime. Sèches-moi donc vite ces vilaines larmes ...

Il parlait d'une voix lente, en accordant le rythme de ses phrases avec le geste de ses mains.

- C'est fini maintenant, je te le promets.

Finalement, Andrea releva sa bouille rougie par les larmes et se mit à caresser sa main. Il lui fit un petit sourire, qui fit de nouveau craquer le militaire, l'embrassant à pleine bouche, presque désespérément. Il le serra contre lui, désormais entièrement maître de ses actes, et se remit à l'embrasser, encore et encore. A chaque baiser, il lui faisait comprendre, sans qu'aucun mot ne sorte de sa bouche, qu'il l'aimait, qu'il était immensément désolé de l'avoir fait souffrir, qu'il s'en voulait à en mourir, qu'il avait peur de le perdre. Finalement, à bout de souffle, il recula son visage de celui d'Andrea, pour essuyer du bout doigt la dernière larme qui perlait aux yeux de son ange.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Il se laissa doucement consoler par l'homme qu'il aimait si passionnément, savourant comme si c'était la première fois ses caresses et ses baisers. Bientôt, ses larmes s'estompèrent. Bientôt, il sentit le doigt de Matthew essuyer la dernière. Bientôt, il lui sourit tendrement. Bientôt, ce fut comme avant. Bientôt, Andrea oublia presque tout. Jamais personne n'avait su le rassurer aussi rapidement que son beau blond. Il arrivait à le rassurer par sa simple présence. Par le plus simple contact.

Sentant le souffle court de Matthew, il resta là, à reprendre sa main pour la caresser encore et toujours. Il lui sourit, rassuré. C'était passé. Ce n'était rien. Juste un petit dérapage.
"" - Je te crois.
Il savait qu'il n'avait pas besoin de plus pour être rassuré. Ces paroles étaient simples, mais reflétaient une simplicité sans égale.

Doucement, il se décala, et emmena avec lui Matthew. Il savait que le militaire n'était pas bête, qu'il allait vite comprendre où est-ce qu'il l'emmenait. Mais il ne pouvait pas se permettre de laisser Dean blessé tout seul. Alors, déterminé, il accompagna son homme à la petite table du café. Il n'avait pas le choix. Il devait revenir, prouver à Dean sa bonne foi.
Il s'assit en face de Dean, laissant la chaise libre à côté de lui pour que Matthew puisse s'y asseoir. Au moins, il limitait les risques. Ils n'étaient ni à côté, ni en face l'un de l'autre.
Hélant la serveuse, Andrea s'occupa de leur commande, demandant deux Monaco, en souvenir de la traversée en bateau. Il espéra fortement que ce souvenir se raviverait chez son chéri, afin qu'il voit qu'il lui avait pardonné.
Mais, de toutes les manières, il lui pardonnerait toujours.

Jetant son regard tour à tour vers Matthew et Dean, il finit par reprendre la parole, essayant de relancer tranquillement la conversation.
"" - Donc Matthew, je te présente Dean, moniteur à Cuadra. Dean, voici Matthew, militaire de son état.
Au mins, c'était clair. Qui s'y frotte s'y pique. Cette fois-ci, il n'aurait pas le lourd remord de voir Dean se faire massacrer, s'il venait encore à provoquer Matthew...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
    Dean se sentait un peu mieux après le sac à glaçon. Il posa celui-ci sur la table, releva la tête et fixa son café d'un oeil morne. IL but une gorgée et leva la tête vers Andréa et MAtthew lorsque ceux-ci s'assirent. LE débourreur avait eu une bonne idée en plaçant le militaire à coté de lui. IL refit les présentation et Dean tendit la main vers MAtthew, un sourire franc au visage.

" Salut Dean O' StoneWall, enchanté ! Joli crochet au fait ! "

    Il sourit et attendit, fixant le militaire. LA tout se jouer, soit l'homme garder sa rancoeur et il pourrait dire adieu à sa relation avec Andréa, qui restait pour lui uu très bon ami. Soit il l'accepter et il fallait que chacun fasse des efforts. Éspérant aider un peu, Dean passa son autre main dans ses cheveux, massant sa joue au passage.

" Au fait, je suis 100 % hétéro ! "
    

(dsl c court Sad)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Matthew se laissa mener jusqu'à la table, où l'homme venait de poser son sac à glaçons à moitié fondus. Légèrement tendus, il serra machinalement la main d'Andrea, en ne résistant pas. Il s'assit près d'Andrea, et rapprocha sa chaise de celui-ci, pour être sûr que tout était bien clair dans la tête de l'autre abruti. C'était SON Andrea. Celui-ci, d'ailleurs, commanda deux Monacos, provoquant un petit sourire sur les lèvres de Matthew. Ses souvenirs heureux lui réchauffèrent le coeur, et il se retourna vers Andrea pour l'embrasser, après un petit "- Merci mon Amour."
Quand celui-ci fit les présentations, en insistant sur le fait qu'il était militaire, il resta muet, à dévisager l'homme en face de lui. Celui-ci lui tendit la main, en félicitant son crochet, puis en précisant son orientation sexuelle. Matthew fronça les sourcils. Hétérosexuel, bisexuel, homosexuel ou babouinosexuel, personne n'avait le droit de toucher à son Andrea, et encore moins de jouer avec ses sentiments. Par sa faute, son ange avait versé des larmes de tristesses, et au fond, il avait du mal à lui pardonner. Il fixa donc sa main un instant, sans réagir, avant de finir par la saisir, dans une poigne sans chaleur. Son regard froid pénétra le sien, le transperçant, jusqu'à ce qu'il réponde, d'une voix grave, à la limite d'être corrosive :

- Matthew Joshua Fox. Pas vraiment enchanté, mais j'ai pas le choix. Et jolie chute, au fait.

Il fronça les sourcils avant de passer son bras autour de la taille d'Andrea, et fixa le café du jeune homme en silence, jusqu'à ce que la serveuse arrive, avec les deux monacos, espérant sa doute un pourboire. Sortant son porte-monnaie, il en tira son dernier billet de dix, et sans se concerter avec quiconque, il le tendit à la femme, qui hésita, choquée.

- Gardez la monnaie.

Devant cet appel à prendre congé, la femme le remercia chaleureusement et s'éloigna. Matthew soupira, et pria pour qu'elle ne revienne pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea regarda, tendu, Dean continuer tranquillement les présentations. Il sourit à sa dernière phrase, ravi de voir qu'il tentait de délier la situation. Au final, Matthew avait du lui faire suffisamment mal pour qu'il arrête son manège et évite ainsi de passer la nuit à l'hôpital. Tant mieux, cela éviterait sans doute à Andrea d'être encore tiraillé entre la bonne conduite envers son ami et son amour envers son copain.
Il poussa un léger soupir à la remarque de son homme, mais le laissa faire. En adressant un petit sourire contrit à Dean, il se laissa câliner tendrement. Oui, il était à lui, pas de doute à avoir. Au fond, Andrea était presque blessé de voir que Matthew avait cru un instant aux paroles du moniteur. Il lui avait pourtant bien précisé que ce n'était qu'un ami. Enfin, pour autant qu'il s'en souvienne.

Il accepta avec plaisir l'arrivée de sa boisson, et regarda avec un petit sourire aux lèvres Matthew payer généreusement la serveuse pour leurs trois consommations. Bon, au moins, la, il n'avait rien à lui dire. C'était généreux de sa part de payer la part de Dean, certainement plus encore après leur accrochage. Il lâcha donc sa boisson et attrapa tendrement la main de Matthew, un peu pour le récompenser.

Il offrit un sourire à Dean, et s'en voulut un instant de l'avoir trainé la. Lui, il avait toujours détesté ce genre de moments ou il était le mec seul sans copine avec le gentil couple. Bon, en plus, le gentil couple se résumait à lui-même, puisque Matthew semblait détester cordialement Dean a présent.
"" - Tu es venu faire quelque chose de spécial à Bordeaux ou... ?
Autant essayer de les faire parler un peu. Ça éviterait les baffes, bien qu'il redoute fort que l'attitude sèche de son copain ne finisse par énerver Dean...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
   La phrase et le regard de Matthew fit l'effet d'une douche froide sur Dean. IL soupira, reposa sa main sur la table et haussa les épaules en réponse au sourire contrit d'Andréa. A sa question, le moniteur passa une main dans ses cheveux et but une gorgée de café puis et se décida à parler.

" A vrai dire, j'essaye d'occuper mon temps libre comme je peux. Personne ne vient prendre de cours, j'ai pas de cheval montable et dieu seul sait que j'en est envi et ya juste un chiot qui m'attend le soir à l'appart... Et vous ?"


    LOin de la l'idée de se plaindre ! Dean était un Irlandais, ce n'était pas dans sa nature. Mais, dire à haute voix à quel point sa vie était mer**que depuis 4 mois faisait mal. il essaya d'afficher un sourire, qui ressemblait plus à un rictus et attendit la réponse du débourreur.

 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

[Matthew saute son tour pour cette fois, tu peux répondre juste après moi ^^]

Andrea écouta patiemment Dean lui énoncer son désespoir. Il comprenait amèrement le moniteur, lui-même avait longtemps été dans le même état, à détester plus que tout rester inactif. Son séjour à l'hôpital et son handicap récent l'obligeaient à mener cette petite vie monotone et parfois ennuyante qu'il avait toujours détestée. Mais, heureusement pour lui, Matthew était arrivé pile à temps.

Il se souvint avec un sourire du petit labrador dont parlait l'irlandais, pensant qu'effectivement, avec les 5 chiens à la maison, ils ne risquaient pas de s'ennuyer lorsqu'ils rentraient le soir.
"" - Matthew m'a fait une surprise pour m'annoncer qu'il avait trouvé un boulot.
Il adressa un sourire rayonnant à son homme, aussi fier de lui que s'il était son fils qui venait d'apprendre à faire du vélo sans les roulettes. Passant sur cette comparaison sombrement niaise, il espéra intérieurement que son militaire sortirait de sa torpeur maussade pour s'adresser un minimum à Dean.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
   Dean savait que Andréa pouvait aisément le comprendre. Il était lui aussi passer par la. Mais bon, contrairement à l'irlandais, le débourreur semblait avoir une vie très bien remplit grâce à son nouveau copain, ça il ne pouvait le nier.
   
    A sa phrase, Dean haussa un sourcil, à la fois heureux de voir Andréa si enthousiaste et penaud d'avoir un peu gâcher leur moment, mais bon, on se refait pas, il était le maitre dans le gâchage de bonne nouvelle... Il passa une main dans ses cheveux, esuissant un sourire.

" Ben, félicitations ! Quel genre de boulot, sans être indiscret ? "

    Dean attendit la réponse, sans plus se préoccuper du militaire. Son air maussade et ses yeux froid montrer bien qu'il n'avait aucunement envi de parler à l'irlandais. Il semblai très rancunier.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Matthew sourit en voyant Andrea lui adresser un regard empli de fierté. Bon, ok, il venait de décrocher un boulot, mais c'est ce qui arrivait à tout le monde, non ? Toutefois, les félicitations de Dean entachèrent un peu sa joie, mais il continua d'admirer son ange avec des yeux brillants. Il plongea de nouveau ses lèvres dans le cocktail alcoolisé, et finalement décida d'être un petit peu plus cool avec ce pauvre homme qui était sans doute le plus gros connard du monde, mais qui restait tout de même un être humain cherchant à se faire pardonner. A sa question, il finit d'une traite son verre, pour plonger un regard plus ou moins amical dans celui de ce fameux Dean.

- Je viens d'être embauché en tant que Maître chien dans la police nationale, avec mes deux chiens dont l'un a été réquisitionné pour la recherche, et l'autre pour la détection d'explosifs.

Il toussota, avant de caresser la main de son ange, en lui faisant des petits ronds avec son pouce, avant de lui adresser un regard voulant, puis de déclarer d'une voix lointaine :

- Après, si tu as envie de monter, et que tu es un "ami" d'Andrea, j'ai une petite jument qui se débrouille pas mal sur les cross, donc ... On pourrait s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Féminin

Messages : 392

Date d'inscription : 08/10/2013

Double compte : Blue-Ivy Dell'Espedito

Célébrité : Paul Wesley

Crédit : Mini BN

Prénom : Lancelot

Age : 29 ans

Métier : Sage-Femme

Voir le profil de l'utilisateur

Andrea regarda avec un sourire tranquille Matthew enfin adresser la parole à Dean. Il se retint de pousser un soupir de soulagement, mais ça aurait été plus que mal interprété, vu l'état de nerfs dans lequel se trouvait son chéri.
Il lui laissa sa main, pensant un instant que leur deal était bien étrange. En échange de sa main, le militaire devait parler avec l'irlandais. Certes, il le faisait de mauvaise grâce et affichait sur son visage un air très reconnaissable comme étant un "je préférerais me pendre", mais au moins il lui parlait.

Bon. Matthew et Dean ne deviendraient pas les meilleurs amis du monde, puisque visiblement le militaire était d'un naturel rancunier. Mais si c'était possible d'éviter les bagarres au moindre regard, c'était chouette aussi. Andrea doutait de sa capacité à pardonner à son copain si celui-ci menait véritablement Dean à l’hôpital pour des broutilles dignes de petits gosses de maternelle.
Avec un sourire à l'intention de Dean puis un regard tendre pour Matthew -histoire qu'il n'y ait pas de jaloux- Andrea répondit aussi.
"" - C'est vrai que j'aurais bien voulu t'aider, mais je doute que Cae' puisse être défini comme un cheval "montable"...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-» La jalousie est un vilain défault ! [PV Andréa et Matthew]
» La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond]
» La jalousie est un vilain défaut, oui mais. (xarah) (terminé)
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]




Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


- +
Sauter vers: